ZNIEFF 250012324
ANSE DU CUL DE LOUP

(n° régional : 00120001)

Commentaires généraux

Il s'agit d'une anse vaseuse, refermée à l'est par le Fort de la Hougue et la route qui y mène. On rencontre ici divers types de milieux marins : slikke vaseuse, herbus, îlots, rochers, plage de graviers, chenaux... Au nord, un petit secteur de prairies humides complète l'ensemble, tandis qu'au sud s'ajoute au périmètre général une roselière (commune de Morsalines).

Une grande partie de cette Znieff est incluse dans la ZSC FR2500086 " Tatihou - Saint-Vaast-la-Hougue" au titre de Natura 2000, et une petite partie dans l'Espace Naturel Sensible "Marais et dunes de l'Est Cotentin".

Quant aux origines du nom de ce site, se reporter à l'article de René Lepelley publié en 1998 aux Annales de Normandie.

FLORE

Ce site représente une limite phyto-géographique pour un certain nombre de phytocœnoses méditerranéo-atlantiques. On note la présence d'espèces rares et/ou protégées au niveau régional (*) telles que la Salicorne radicante (Arthrocnemum perenne), la Soude vraie (Suaeda vera*), la Spergulaire des rochers (Spergularia rupicola), le Maceron (Smyrnium olusatrum), la Spartine maritime (Spartina maritima*) -espèce ayant fortement régressé depuis l'invasion de la Spartine de Townsend-, et la Zostère de Nolt (Zostera noltii*), dont la baie de Saint-Vaast constitue avec la baie des Veys les seuls sites où cette espèce se développe et forme des herbiers en Manche orientale. Ces herbiers, que l'on retrouve également aux îles Chausey et sur la façade atlantique, sont suivis dans le cadre de la DCE.

FAUNE

Le site de l'anse du Cul de Loup constitue une zone très importante pour l'hivernage et la migration de nombreuses espèces d'oiseaux de par sa situation sur les axes de migration en provenance des îles britanniques, de l'Islande, et des pays scandinaves. Et il offre également un relai de la baie des Veys et des marais littoraux de la côte est du Cotentin.

On note ainsi en hiver la présence régulière de plusieurs centaines de Bernaches cravant (Branta bernicla) et Tadornes de Belon (Tadorna tadorna), de l'Aigrette garzette (Egretta garzetta), de la Macreuse noire (Melanitta nigra), de l'Eider à duvet (Somateria mollissima), du grand Gravelot (Charadrius hiaticula), et de diverses espèces de harles-notamment huppé-, grèbes -notamment esclavon et à cou noir-, plongeons, limicoles, laridés et anatidés.

En période de migration, aux espèces mentionnées ci-dessus s'ajoutent, en effectifs importants, le Fou de Bassan (Morus bassanus) et le Courlis corlieu (Numenius phaeopus) et, en effectifs réduits, diverses espèces de Chevaliers, Sternes, passereaux,...

Notons enfin la nidification du Tadorne de Belon (Tadorna tadorna) aux abords du fort de la Hougue, de l'Huitrier-pie (Haematopus ostralegus) sur l'île du Crau, du Canard colvert (Anas platyrhynchos) dans les petits marais littoraux au nord de la zone, du Busard des roseaux (Circus aeruginosus) dans la roselière de Morsalines, du petit Gravelot (Charadrius dubius), du Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus), et de la Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus).

Nombre de ces espèces se nourrissent sur les herbiers de Zostera noltii, et sur la macrofaune benthique présente dans le sédiment sablo-vaseux, dont les espèces dominantes ont également fait l'objet d'un inventaire.

Commentaires sur la délimitation

Habitats remarquables renfermant des espèces animales et végétales d'intérêt patrimonial.