Logos SINP

ZNIEFF 250012339
HAUTE-VALLEE DE LA SARTHE

(n° régional : 01040000)

Commentaires généraux

La haute-vallée de la Sarthe constitue une limite naturelle entre la Basse-Normandie et les Pays de Loire. En amont d'Alençon, à l'exception des têtes de bassin, elle correspond à une large vallée alluviale favorable à l'expansion des crues. En aval, la vallée se rétrécit progressivement en pénétrant dans le massif Armoricain.

Compte tenu du régime hydrique auquel elle est soumise, la vallée est en majeure partie occupée par de vastes étendues de prairies naturelles maigres. Ces prairies présentent par endroits un caractère paratourbeux à tourbeux et sont traditionnellement utilisées pour la production de fourrage (fauche tardive). La nature alluvionnaire, voire tourbeuse, du sol favorise des cortèges végétaux remarquables, essentiellement constitués de plantes caractéristiques des milieux humides.

FLORE

La richesse floristique du site est révélée par la présence de nombreuses espèces rares dont certaines sont protégées au niveau national (**) ou régional (*).

Les prairies maigres de fauche, majoritaires sur la zone par leur superficie et directement dépendantes des pratiques agricoles, renferment notamment la rare Sanguisorbe officinale (Sanguisorba officinalis*).

Ce sont toutefois les prairies tourbeuses qui recèlent le plus grand nombre d'espèces rares avec l'Ophioglosse vulgaire (Ophioglossum vulgatum), l'Inule britannique (Inula britannica*), l'Orchis incarnat (Dactylorhiza incarnata), l'Epipactis des marais (Epipactis palustris), la Parnassie des marais (Parnassia palustris), la Stellaire des marais (Stellaria palustris*), la Gratiole officinale (Gratiola officinale**)...

Les communautés des fossés et des berges sont également bien représentées avec le Plantain d'eau lancéolé (Alisma lanceolatum) et la Laîche queue de renard (Carex vulpina). Pour les espèces franchement aquatiques, il convient de signaler la présence du Myriophylle verticillé (Myriophyllum verticillatum*), de plusieurs espèces de Renoncules aquatiques, de l'Ache aquatique (Apium inundatum), de la Lentille gibbeuse (Lemna gibba)...

Signalons également le recensement sur le site de la Ratoncule naine (Myosurus minimus), de la Renouée douce (Polygonum mite*), de la Renoncule à feuilles d'Ophioglosse (Ranunculus ophioglossifolius**), de la Germandrée des marais (Teucrium scordium ssp. scordium), de la Menthe pouliot (Mentha pulegium)... espèces qui renforcent l'intérêt patrimonial du site.

FAUNE

Les relevés entomologiques ont permis de recenser une grande richesse en espèces, dont plusieurs d'intérêt patrimonial.

Parmi les nombreuses espèces d'Orthoptères, mentionnons le Criquet ensanglanté (Stethophyma grossum) et le Conocéphale des roseaux (Conocephalus dorsalis).

Les espèces de lépidoptères sont également nombreuses et comptent un représentant peu commun, le Nacré de la Sanguisorbe (Brenthis ino).

L'avifaune également est ici riche et diversifiée. Les conditions hydrologiques, les pratiques agricoles traditionnelles et la tranquillité du site favorisent la nidification d'espèces remarquables telles que le Courlis cendré (Numenius arquata), la Bergeronnette printanière (Motacilla flava flava), le Traquet tarier (Saxicola rubetra), la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) et le Vanneau huppé (Vanellus vanellus). La nidification de la Bécassine des marais (Gallinago gallinago) et des Sarcelles d'été (Anas querquedula) et d'hiver (A. crecca) y a été constatée, celle du Canard colvert (A. platyrhynchos) y est commune.

On observe également de grands rassemblements d'anatidés sur les zones humides en hiver.

La Sarthe et ses affluents présentent un réel intérêt piscicole : les frayères à Truite fario (Salmo trutta fario) et les importantes populations de Chabot (Cottus gobio) témoignent d'une bonne qualité biologique des ruisseaux, que des "recalibrages" ont toutefois gravement affectés. Dans la partie aval de la zone, les prairies inondables constituent de bonnes frayères à Brochet (Esox lucius).

Signalons enfin la présence, parmi un cortège spécifique important pour ce groupe taxonomique, de deux espèces de mollusques inscrites à l'Annexe II de la Directive Habitat, le Vertigo moulinsiana et le Vertigo angustior.

Commentaires sur la délimitation

Vallée inondable renfermant des espèces animales et végétales d'intérêt patrimonial.