Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 250013016
POINTE DE BARFLEUR

(n° régional : 00310001)

Commentaires généraux

La pointe de Barfleur est le principal cap rocheux de la côte nord-ouest du Val de Saire. La violence des courants, les faibles précipitations, l'exposition aux vents et la diversité des milieux de cette zone lui confèrent un intérêt écologique certain. La Znieff s’étend de la côte rocheuse continentale vers la mer et englobe tout le platier intertidal de la pointe.

A noter, l'intérêt également géo-morphologique et archéologique que constitue le site paléolithique de Gatteville-Phare, et l'intégration d'une partie du périmètre de cette Znieff à la ZSC FR2500085 "Récifs et marais arrière-littoraux du Cap Lévi à la Pointe de Saire".

 FLORE

On note ici une grande diversité d'espèces végétales.

Au niveau des riches pelouses aéro-halines, se rencontrent le Trèfle occidental (Trifolium occidentale), pour lequel le site constitue la limite orientale, et l'Orpin d'Angleterre (Sedum anglicum).

En secteurs humides plus ou moins salés, la Ruppie maritime (Ruppia maritima) -espèce à statut de protection régionale- est présente, ainsi que la Grenouillette de Baudot (Ranunculus baudotii) et le Scirpe glauque (Scirpus lacustris subsp. tabernae-montani).

Les plages de galets abritent le Chou marin (Crambe maritima) qui bénéficie d'une protection au niveau national.

Signalons la présence sur l'estran d'herbiers d'algues marines avec de nombreuses espèces, dont le Codium en bourse (Codium bursa), Bryopsis hypnoides, des cladophores rares correspondant à des algues vertes. Parmi les algues rouges, mentionnons le recensement de Calliblepharis ciliata, de Gigartina pistillata, de Gymnogongrus griffithsiae, de Bornetia secundiflora et de Ceramium pallidum, très peu répandus de Cherbourg (50) à Luc-sur-Mer (14).

On peut noter la présence d’un petit herbier de Zostera marina au niveau de Barfleur dans la partie la plus basse de l’estran. Il existe très probablement d’autres microherbiers de Zostera marina non répertoriés cartographiquement dans l’ensemble de la ZNIEFF-Marine.

 FAUNE

Au regard des observations ornithologiques réalisées, cette zone se situe sur un couloir migratoire de première importance et constitue de ce fait une halte pour nombre d'espèces.

En hiver, ce site est régulièrement fréquenté par le Bécasseau violet (Calidris maritima) et le Tournepierre à collier (Arenaria interpres).

Parmi les oiseaux nicheurs, signalons le Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus) sur les plages de galets et de sables grossiers.

 Sur le plan batracologique, ce site héberge pas moins de dix espèces, parmi lesquelles nous mentionnerons les plus patrimoniales :  le Triton crêté (Triturus cristatus), le Crapaud calamite (Epidalea calamita), et le Triton ponctué (Lissotriton vulgaris).

 L'estran héberge une riche faune caractéristique de ce type de milieu, constituée d'Arthropodes, Éponges, Gastéropodes, etc.

Signalons enfin la découverte en 1997 d'une espèce d'Orthoptère à répartition d'ordinaire méridionale, l'Ephippigère carénée (Uromenus rugosicollis), ici à trois cent kilomètres de sa limite classique de répartition au nord. Cette unique observation, sans preuves formelles d’établissement d'une population, limite toutefois l'intérêt de cette donnée.

Commentaires sur la délimitation

Côte rocheuse préservée renfermant des espèces animales et végétales d'intérêt patrimonial.