Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 250014117
HAVRE DU THAR

(n° régional : 00070020)

Commentaires généraux

Le havre du Thar est probablement le plus petit de toute la côte ouest du Cotentin. C'est également le plus méridional. D'un point de vue géomorphologique, ce site réunit, en "miniature", tous les phénomènes sédimentologiques propres aux havres de la côte ouest du Cotentin.

 

FAUNE

Le havre du Thar est un site remarquable d'hivernage pour les limicoles et un site d'étape important au cours des migrations, en particulier celle des Sternes.

On note l'hivernage du grand Gravelot (Charadrius hiaticula : environ 0-200), du Pluvier argenté (Pluvialis squatarola : 0-200), du Bécasseau maubèche (Calidris canutus : 0-1000), du Bécasseau sanderling (Calidris alba : 0-1000), du Bécasseau variable (Calidris alpina : 0-500) , de l'Huîtrier-pie (Haematopus ostralegus : 0-200), du Courlis cendré (Numenius arquata : 0-100), du Tournepierre à collier (Arenaria interpres : 0-100). Parmi les laridés, on note cinq espèces de Goélands : argenté ( Larus argentatus :0-200), brun (Larus fuscus : 0-20), marin ( Larus marinus : 0-200), cendré ( Larus canus : 0-1000) et la Mouette rieuse ( Larus ridibundus : 1000-5000). Notons aussi que le site est fréquenté par la Bernache cravant (Branta bernicla bernicla) et la Bernache à ventre clair (Branta bernicla hrota).

Ce site paraît avoir, de plus, une grande importance pour la migration post-nuptiale des Sternes : caugek (Sterna sandvicensis), pierregarin (Sterna hirundo), naine (Sterna albifrons) et arctique (Sterna paradisea).

La plage au nord du havre est un lieu de nidification pour le Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus). Sur l'herbu, nichent le Pipit farlouse (Anthus pratensis) et l'Alouette des champs (Alauda arvensis). Nichent également sur le site : la Fauvette grisette (Sylvia communis), la Cisticole des joncs (Cisticola juncidis) et le Bruant zizi (Emberiza cirlus). Il a été observé la présence de quatre espèces de Bergeronnette : flavéole (Motacilla flava flavissima), des ruisseaux (Motacilla cinerea), grise (Motacilla alba alba) et de Yarrell (Motacilla alba yarrellii).

 

FLORE

Les pelouses du nord de ce havre renferment la deuxième station bas-normande du Calament ascendent (Calamintha ascendens). Les dunes constituent un point de rencontre entre cortèges de plantes nordiques telles que l'Elyme des sables (Elymus arenarius) -espèce protégée au niveau national-, et de plantes plus méridionales comme l'Oyat (Ammophila arenaria). Elles renferment d'autres espèces peu communes : l'Ail à tête ronde (Allium sphaerocephalum), le Cynodon (Cynodon dactylon), la Koelérie blanchâtre (Koeleria albescens), l'Argousier (Hippophae rhamnoides). Les milieux salés (slikke et schorre), bien représentés, abritent la Corrigiole des rives (Corrigiola littoralis)-espèce très rare-, et la Spergulaire marginée (Spergularia media).

On note également la présence du Polycarpon à quatre feuilles (Polycarpon tetraphyllum), espèce protégée au niveau régional.

Commentaires sur la délimitation

Petit estuaire assez bien préservé accueillant des populations intéressantes d'oiseaux.