Logos SINP

ZNIEFF 260006349
BASSIN DE LA CURE ENTRE LES SOURCES ET LE LAC DES SETTONS

(n° régional : 16002001)

Commentaires généraux

Le site s'insère au cœur du Haut-Morvan, caractérisé par un paysage vallonné où alternent massifs boisés feuillus ou résineux et secteurs bocagers. Il offre une grande variété de milieux, organisés autours d’un réseau hydrographique dense, et comprend l’amont du lac des Settons, la Cure et ses affluents plus en amont, des prairies humides et une tourbière de fond de vallée.

Le site prend en compte les principaux milieux humides caractéristiques de cette région naturelle et présente un intérêt patrimonial de niveau régional pour ses habitats, sa faune et sa flore.

Les variations du niveau du lac permettent l'installation de pelouses amphibies sur certaines zones vaseuses ou sableuses en queue du lac. Des aulnaies marécageuses et des boulaies tourbeuses s'y sont également développées. Les pelouses amphibies sont caractérisées par :

- l’Elatine à six étamines (Elatine hexandra), plante amphibie protégée réglementairement,

- la Littorelle des étangs (Littorella uniflora), plante amphibie protégée réglementairement,

- l’Isoète des lacs (Isoetes lacustris), plante exceptionnelle en Bourgogne, protégée réglementairement,

- le Fluteau nageant (Luronium natans), plante aquatique d’intérêt européen, exceptionnelle en Bourgogne.

La partie amont de la Cure, ses affluents, cours d’eau acides et pauvres en éléments nutritifs et leurs abords, présentent des habitats d’intérêt communautaire (herbiers aquatiques, ripisylves, mégaphorbiaies). Y ont été répertoriés :

- la Moule perlière (Margaritifera margaritifera), mollusque d’intérêt européen, menacé en France par la dégradation de la qualité de l’eau,

- le Cincle plongeur (Cinclus cinclus), oiseau pêcheur qui se reproduit et se nourrit au niveau des cours d’eau,

- le Chabot (Cottus gobio) et la Lamproie de Planer (Lampetra planeri), poissons d’intérêt européen, indicateurs d’une bonne qualité de l’eau.

Les vallons et vallées, alimentés par de nombreuses sources latérales, permettent l’expression d’habitats à forte valeur patrimoniale : prairies tourbeuses, tourbières et bois tourbeux (boulaies sur tourbe, aulnaies marécageuses). Ces milieux hébergent des espèces remarquables telles que :

- l'Agrion de mercure (Coenagrion mercuriale), libellule d’intérêt européen,

- le Lézard vivipare (Zooteca vivipara), reptile rare en Bourgogne,

- le Nacré de la bistorte (Boloria eunomia), papillon qui présente un isolat de population dans la partie centrale du Morvan,

- le Cuivré écarlate (Lycaena hippothoe), papillon des zones marécageuses, en forte régression,

- l'Arnica des montagnes (Arnica montana), plante montagnarde absente en dessous de 500 m d’altitude en Bourgogne, protégée réglementairement,

- le Crépis des marais (Crepis paludosa), plante rarissime en Bourgogne, protégée réglementairement,

- la Gentiane pneumonanthe (Gentiana pneumonanthe), espèce très rare en Bourgogne, protégée réglementairement,

- le Rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia), plante carnivore des tourbières, exceptionnelle en Bourgogne et protégée réglementairement,

- la Canneberge (Vaccinium oxycoccos), plante rarissime dans la région, protégée réglementairement,

- la Campanille à feuilles de lierre (Wahlenbergia hederacea), plante exceptionnelle en Bourgogne, protégée réglementairement,

- la Linaigrette engainante (Eriophorum vaginatum), plante boréale, également exceptionnelle et protégée réglementairement.

Ce patrimoine naturel dépend de :

- pratiques extensives d’élevage, gage du maintien des milieux tourbeux et des cours d’eau,

- pratiques forestières respectueuses des cours d’eau et zones tourbeuses intraforestières,

- une gestion conservatoire et/ou contractuelle pour les joyaux naturalistes tels que les tourbières,

- une gestion extensive des plans d’eau, respectueuse des ceintures de végétation.

Il convient de :

- ne pas étendre davantage les plantations résineuses et les cultures de sapins de Noël,

- de ne pas drainer les prairies humides.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre est délimité par les têtes de bassin et vallons des ruisseaux affluents de la Cure, depuis sa source jusqu'au lac des Settons. Il est basé sur des critères de préservation de la qualité des milieux aquatiques (logique de bassin versant).