Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 260008560
COTEAU DE PARON A SAINT-MARTIN-DU-TERTRE

(n° régional : 15000016)

Commentaires généraux

A l’est du Gâtinais, l’Yonne a découvert les argiles à silex du plateau et laisse apparaître un vaste coteau crayeux (craie sénonienne). Friches, boisements, pelouses, anciennes carrières et pinacles rocheux se partagent l’espace.

Ce site est d’intérêt régional pour sa faune et sa flore des milieux chauds et secs.

Les versants sur craie présentent une végétation thermophile caractéristique avec les habitats suivants :

- falaises crayeuses, d’intérêt européen,

- éboulis, d’intérêt européen,

- pelouses thermophiles sur craie, d’intérêt européen,

- ourlets herbacés sur sols calcaires d’intérêt régional.

Ces habitats hébergent deux espèces déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF avec :

- le Lin français (Linum leonii), plante très rare des pelouses arides, endémique française, protégée réglementairement et inscrite au livre rouge de la flore menacée de France,

- le Silène glaréeux (Silene vulgaris subsp. glareosa), plante des éboulis,

- le Lézard vert occidental (Lacerta bilineata), reptile protégé réglementairement, en limite nord de son aire de répartition.

Les mines abritent de petites population de chauves-souris d’intérêt européen avec entre autres le Grand rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum) et le Murin de Bechstein (Myotis bechsteinii) en hibernation, avec près de 15 individus pour cette dernière espèce. très rare en Bourgogne.

Les pelouses sont susceptibles de se boiser et de perdre leur intérêt pour la faune et la flore des milieux ouverts, aussi une restauration (débroussaillage) et un entretien (pâturage, fauche) permettraient de contrecarrer cette évolution.

De plus, le patrimoine souterrain est sensible : le dérangement provoque le réveil des chauves-souris et la surconsommation de leurs réserves en énergie, ce qui peut compromettre leur survie en période hivernale.

Commentaires sur la délimitation

Périmètre délimité par les coteaux dominants la vallée de l'Yonne, ainsi que par les cavités et les terrains de chasse de chauves-souris à proximité des entrées. Les zones cultivées et urbanisées ont été exclues.