Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 260014963
MARAIS DE BAON, VAU D'ARVAU ET ALLEE DE TANLAY

(n° régional : 23008023)

Commentaires généraux

Au coeur des plateaux de calcaires d'âge jurassique supérieur du Tonnerrois, le territoire est composé :

- du marais de Baon, du nom du ruisseau qui l'alimente, considéré comme un des derniers marais alcalins de l'ouest de la Bourgogne,

- de l’allée de Tilleuls de Tanlay, avec sa faune remarquable,

- de la combe boisée du Vau d'Arvau,

- des friches calcaires au sud et au nord du site.

Ce site est d’intérêt régional pour ses divers habitats et les espèces de faune et de flore qui s'y développent.

Plusieurs habitats ont été répertoriés au niveau du marais, notamment :

- des prairies humides alcalines à Molinie bleue (Molinia caerulea), d’intérêt européen,

- du bas-marais alcalin, d’intérêt européen,

- des végétations amphibies de bordure des cours d’eau, d’intérêt régional,

- des aulnaies-frênaies rivulaires, d’intérêt européen,

- des mégaphorbiaies, d’intérêt européen,

- de grandes caricaies,

- des saulaies marécageuses.

Des espèces végétales déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF y ont été répertoriées avec :

- l'Orchis négligé (Dactylorhiza praetermissa), orchidée des prairies et des marais, exceptionnelle en Bourgogne et en régression suite à la destruction de son milieu,

- la Laîche paradoxale (Carex appropinquata), plante des marais, exceptionnelle en Bourgogne,

- la Fougère des marais (Thelypteris palustris), plante des marais et des boisements humides, rarissime en Bourgogne et protégée réglementairement,

- l'Orchis incarnat (Dactylorhiza incarnata), orchidée des prairies et des marais, protégée réglementairement, très rare en Bourgogne et en régression suite à la disparition des prairies humides,

- le Sélin à feuilles de carvi (Selinum carvifolia), plante prairiale très rare en Bourgogne et menacée par la destruction des marais,

- le Gaillet boréal (Galium boreale), plante très rare en Bourgogne,

- l'Ophioglosse vulgaire (Ophioglossum vulgatum), petit fougère rare en Bourgogne,

- l'Epipactis des marais (Epipactis palustris), orchidée des marais, rare en Bourgogne et protégée réglementairement,

- la Gentiane pneumonanthe (Gentiana pneumonanthe), plante des prairies humides et des marais, rare en Bourgogne et protégée réglementairement.

Les arbres vieillissants de l’allée de Tanlay et une Tiliaie âgée du Vau D’Arvau accueillent deux insectes déterminants pour l’inventaire ZNIEFF :

- le Pique-prune (Osmoderma eremita), coléoptère xylophage d’intérêt européen, menacé par la suppression des vieux arbres dans les peuplements forestiers et le bocage,

- Lichenophanes varius, coléoptère indicateur des futaies vieillissantes.

Une colonie de mise-bas de Grand Murin (Myotis myotis), chauve-souris d'intérêt européen, a été noté dans un bâtiment. Ses territoires de chasse sont constitués de bordures boisées, de prairies bordées de haies et de ripisylves.

Des secteurs de pelouses, habitat d’intérêt européen, et d’ourlets sur sols calcaires abritent également des espèces végétales déterminantes pour l’inventaire, notamment :

- le Cytise couché (Cytisus supinus), sous-arbrisseau des pelouses sèches, très rare en Bourgogne,

- la Céphalanthère rouge (Cephalanthera rubra), orchidée des boisements et des pelouses sèches, rare en Bourgogne.

Le patrimoine naturel dépend :

- d’une gestion forestière à base de peuplements feuillus et de traitements adaptés aux conditions stationnelles (sol, climat, topographie, hydrographie), conservant les milieux annexes (clairières, layons, cours d'eau, lisières) et les vieux arbres sur pied,

- de la conservation des vieux arbres de l’allée de Tanlay,

- d’une gestion agricole extensive, respectueuse des milieux prairiaux et des linéaires de haies interconnectés entre eux,

- d’une limitation des activités d'extraction de matériaux sur les coteaux.

Des secteurs en déprise (pelouses sèches, prés humide et marais) sont susceptibles de se boiser et de perdre leur intérêt pour la faune et la flore des milieux ouverts. Une restauration (débroussaillage) et un entretien (pâturage, fauche) permettraient de contrecarrer cette évolution.

Commentaires sur la délimitation

Périmètre délimité par plusieurs secteurs d'intérêt patrimonial importants :

- le marais alluvial et ses abords fonctionnels (ruisseaux amont), secteur riche en plantes remarquables,

- les gîtes de mise-bas de chauves-souris, avec les terrains de chasse des jeunes,

- les milieux où les insectes ont été observés.