Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 260020011
FORETS DU PLATEAU NIVERNAIS ET DU BASSIN HOUILLER

(n° régional : 24110000)

Commentaires généraux

Le territoire comprend une partie importante des massifs boisés de la partie sud du Plateau nivernais. Les plateaux sont recouverts par les argiles à chailles (Jurassique supérieur); les calcaires du Jurassique moyen n'affleurent que sur les versants de certaines vallées. Au sud du site, les terrains houillers du Permiens alternent avec les grès du Trias et les argiles et marnes du Lias et du Tertiaire. Le plus souvent feuillues, les forêts sont séparés par de petites vallées (vallée de l’Ixeure, de Sardolles et les affluents rive gauche de la Nièvre).

Ce site est d’intérêt régional pour ses forêts, ses milieux prairiaux, ses étangs, ses ruisseaux et les espèces de faune et de flore qui y évoluent.

1) Compte-tenu de la nature des sols, de l’exposition des parcelles, de l’alimentation en eau et du traitement forestier appliqué, les boisements sont très diversifiés avec :

- des hêtraies-chênaies à Houx (Ilex aquifolium) sur sols acides, d’intérêt européen,

- des hêtraies-chênaies à Aspérule odorante (Galium odoratum) sur sols neutres à faiblement acides, d’intérêt européen,

- des aulnaies marécageuses, d’intérêt régional,

- des chênaies sessiliflores sur les parties les plus siliceuses,

- de la chênaie-charmaies à Stellaire holostée (Stellaria holostea), sur terrains peu acides.

Des espèces déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF sont hébergées dans ces milieux comme :

- la Prêle d’hiver (Equisetum hyemale), fougère des boisements humides protégée réglementairement et rare en Bourgogne,

- l'Epipactis pourpre (Epipactis purpurata), orchidée forestière très rare en Bourgogne.

2) Les milieux prairiaux sont également très diversifiés (petites vallées humides, pentes calcaires) avec :

- des pelouses à Brome dressé (Bromopsis erecta), d’intérêt européen,

- des fourrés de Genévrier (Juniperus communis), d’intérêt européen,

- des prairies de fauche sur sols sains, d’intérêt européen,

- des prairies de fauche humides à Oenanthe à feuille de Peucédan (Oenanthe peucedanifolia) d’intérêt régional,

- des ourlets herbacés, d’intérêt régional.

Des espèces déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF ont été observées dans les prairies humides comme :

- le Cuivré des marais (Lycaena dispar), papillon protégé réglementairement et menacé par la disparition des prairies,

- l'Agrion de mercure (Coenagrion mercuriale), libellule d'intérêt européen.

3) Le réseau de mares forestières ou prairiales ainsi que les étangs sont riches habitats déterminants pour l'inventaire ZNIEFF avec :

- divers herbiers aquatiques, d’intérêt régional à européen,

- diverses roselières et cariçaies,

- de la saulaie à saule cendré (Salix cinerea).

Dans ces habitats a été noté l’Hottonie des marais (Hottonia palustris), plante aquatique très rare en Bourgogne et protégée réglementairement.

Les zones humides (mares, mais aussi ornières) sont importantes pour la faune aquatique déterminante pour l’inventaire ZNIEFF avec par exemple le Sonneur à ventre jaune (Bombina variegata), crapaud d’intérêt européen noté dans les petites zones humides éclairées des forêts et des prairies.

4) Le réseau hydrographique comprend une grande variété d’habitats humides avec :

- des aulnaies-frênaies bordant les cours d’eau, d’intérêt européen,

- des herbiers aquatiques de cours d’eau, d’intérêt européen,

- des sources, d’intérêt régional.

Certains ruisseaux accueillent une faune déterminante pour l’inventaire ZNIEFF avec :

- le Chabot (Cottus gobio), poisson d’intérêt européen indicateur d’une bonne qualité d’eau.

- la Cigogne noire (Ciconia nigra), échassier d’intérêt européen qui vient s’alimenter dans les cours d’eau et les milieux prairiaux voisins en période migratoire.

5) Enfin, La Chevêche d'Athéna (Athene noctua), rapace nocturne menacé par la disparition du bocage et notamment des vieux arbres qu'elle utilise préférentiellement pour nidifier, se reproduit sur le site.

Ce patrimoine dépend :

- d’une gestion forestière à base de peuplements feuillus et de traitements adaptés aux conditions stationnelles (sol, climat, topographie, hydrographie), conservant les milieux annexes (clairières, layons, cours d'eau, etc.),

- du maintien d'un élevage extensif respectueux des milieux prairiaux, des haies, des cours d'eau et des zones humides,

- d'une gestion douce des plans d'eau, respectueuse des herbiers aquatiques et des ceintures de végétation.

Il convient de maintenir le régime hydraulique des cours d'eau, sans seuils ni enrochement des berges et en respectant les ripisylves.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre est délimitée par les grands massifs forestiers ainsi que les clairières et les petites vallée insérées dans ces massifs, secteurs riches en habitats, en plantes et en animaux d'intérêt régional.