Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 260030277
PLAINE ET VAL DE SAONE ENTRE CHALON-SUR-SAONE ET VERDUN-SUR-LE-DOUBS

(n° régional : 14004021)

Commentaires généraux

Sur les alluvions du val de Saône, le site forme un paysage de plaine encadrant le cours de la Saône. Les zones de cultures dominent des milieux relictuels (boisements, friches, prairies pâturées, lit et berges de cours d’eau) qui conservent un fort intérêt patrimonial.

Le site constitue une zone majeure pour l’avifaune et la flore des milieux humides.

Il permet notamment la nidification et l'alimentation pour des oiseaux comme :

- le Busard cendré (Circus pygargus), rapace diurne nicheur rare en Bourgogne, menacé par la régression de son habitat de reproduction et par la destruction directe des nids en milieux cultivés,

- le Courlis cendré (Numenius arquata), oiseau limicole nicheur rare en Bourgogne,

- le Fuligule milouin (Aythya ferina), oiseau d'eau nicheur rare en Bourgogne,

- le Vanneau huppé (Vanellus vanellus),

- le Tarier des prés (Saxicola rubetra).

Le Râle des genêts (Crex crex), oiseau nicheur d'intérêt européen, est devenu extrêmement rare et menacé d’extinction en Bourgogne en raison de la disparition de son habitat de reproduction et de la fauche précoce des prairies. Il a encore nidifié de façon certaine jusqu'à la fin des années 1990 et a été observé de façon ponctuelle jusqu’en 2004, sans toutefois prouver sa nidification.

Le site est également très important en période de halte migratoire pour les oiseaux limicoles comme le Pluvier doré (Pluvialis apricaria) et le Chevalier sylvain (Tringa glareola), mais aussi pour des anatidés tels que l'Oie cendrée (Anser anser), l'Oie rieuse (Anser albifrons), l'Oie des moissons (Anser fabalis), et des échassiers comme la Grue cendrée (Grus grus), d’intérêt européen. De plus, c'est un site d'hivernage en dortoirs pour le Busard Saint-Martin (Circus cyaneus) et le Hibou des marais (Asio flammeus), rapace nocturne d’intérêt européen. Enfin, c'est une zone de halte migratoire et d'hivernage pour des oiseaux inféodés à des milieux plus secs comme la Pie-grièche grise (Lanius excubitor) et le Faucon pèlerin (Falco peregrinus), rapace d’intérêt européen.

Les milieux d’intérêt régional suivant ont été observés sur la ZNIEFF :

- étangs et petits plans d’eau avec des herbiers aquatiques, des petites roselières et des végétations pionnières amphibies d’intérêt régional,

- bordures de fossés et cours d’eau, pieds de digues et berges de Saône avec des mégaphorbiaies et des ourlets humides à hautes herbes, habitats d’intérêt européen,

- prairies inondables de fauche. Les prairies de fauches ont fortement régressé dans ce secteur du fait de l'évolution des pratiques agricoles sur le territoire.

Dans ces biotopes diverses espèces déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF ont été observées avec :

- le Butome en ombelle (Butomus umbellatus), plante amphibie protégée réglementairement,

- le Faux-nénuphar (Nymphoides peltata), plante aquatique rarissime en Bourgogne, protégée réglementairement,

- la Pesse d'eau (Hippuris vulgaris), plante aquatique très rare en Bourgogne,

- la Lentille d’eau à trois sillons (Lemna trisulca), plante aquatique annuelle très rare en Bourgogne et indicatrice d’une bonne qualité des eaux,

- la Germandrée des marais (Teucrium scordium), plante amphibie rare en Bourgogne,

- le Pigamon jaune (Thalictrum flavum),

- le Séneçon des marais (Jacobaea paludosa).

Souvent installées sur les terrasses sableuses anciennes de la Saône, des friches présentent quelques espèces rares, les milieux dunaires originels ayant totalement disparus à la faveur des plantations, des cultures et de l’urbanisation; c'est le cas :

- du Persil des montagnes (Oreoselinum nigrum), plante protégée réglementairement, rare en Bourgogne et proche de la limite nord de son aire de répartition,

- de la Gesse de Nissole (Lathyrus nissolia),

- de la Cuscute volubile (Cuscusta scandens).

Ce patrimoine encore riche dépend de pratiques agricoles extensives, respectueuses des derniers ilots de prairies. Il convient d'éviter le comblement et le drainage des zones humides.

Commentaires sur la délimitation

Périmètre délimité par les zones de halte migratoire, de reproduction et les domaines vitaux (alimentation) utilisés pour l’hivernage des oiseaux.