Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 260030459
VALLEE ET COTEAUX DE L'YONNE DE COULANGES-SUR-YONNE A AUXERRE

(n° régional : 23001000)

Commentaires généraux

Le territoire comprend un tronçon de la vallée de l’Yonne qui traverse les plateaux de calcaires d'âge jurassique supérieur de Basse Bourgogne. Le fond de vallée est dominé par des prairies bocagères accompagnées de ripisylves, de peupleraies et de rares parcelles cultivées. Quelques gravières en eau complètent le panel des milieux présents vers l’aval. Sur les versants de la vallée, l’Yonne a entaillé les calcaires et a créé des milieux remarquables (Rochers du Saussois, Bois du Parc, etc.) : coteaux, éboulis, falaises, boisements de pentes, pelouses sèches, fruticées, plantations de pins et carrières de pierre se côtoient.

Ce site est d’intérêt régional pour ses habitats alluviaux (forêts, prairies, plans d’eau et cours d’eau), ses milieux secs (rochers, pelouses, bois de pente) et les espèces de faune et de flore qui en dépendent.

1) Divers habitats ont été répertoriés dans la vallée inondable de l’Yonne, notamment :

- des herbiers aquatiques des cours d’eau, d’intérêt européen,

- des ripisylves d’aulnes et de frênes, d’intérêt européen,

- diverses végétations aquatiques des plans d’eau (mares, gravières), d’intérêt régional à européen

- des végétations amphibies des berges de cours d’eau, d’intérêt régional,

- des ourlets humides à hautes herbes, d’intérêt européen,

- des prairies humides inondables.

Plusieurs espèces déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF y ont été notées avec par exemple :

- le Chabot (Cottus gobio), la Loche de rivière (Cobitis taenia) et la Lamproie de Planer (Lampetra planeri), trois poissons d’intérêt européen, indicateurs d’une bonne qualité d’eau,

- la Vandoise (Leuciscus leuciscus), qui a besoin de fonds riches en graviers pour frayer,

- le Cincle plongeur (Cinclus cinclus), oiseau qui se reproduit et se nourrit au niveau des cours d’eau et qui indique leur bonne qualité physique et chimique,

- la Couleuvre vipérine (Natrix maura), reptile des cours d'eau, en limite nord de son aire de distribution en Bourgogne,

- le Gomphe semblable (Gomphus simillimus), libellule des berges de cours d'eau.

Les mares prairiales et les prairies inondables accueillent diverses espèces déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF avec par exemple le Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus), crapaud menacé par la destruction des zones humides en Bourgogne et inscrit sur la liste rouge de la faune menacée de France.

Les gravières de la plaine du Sausse accueillent des espèces végétales déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF comme :

- le Cresson rude (Sisymbrella aspera), plante exceptionnelle en Bourgogne,

- le Souchet jaunâtre (Pycreus flavescens), plante pionnière des berges exondées, exceptionnelle en Bourgogne et inscrite au livre rouge de la flore menacée de France.

2) Les milieux ouverts sont très diversifiés en raison de la nature des terrains (calcaires durs, marnocalcaires), de l’épaisseur du sol et de leur usage (fauche, pâturage, déprise) avec :

- des végétations des fentes de rochers calcaires, d’intérêt européen,

- des végétations des éboulis calcaires, d’intérêt européen,

- des pelouses pionnières à orpins (Sedum sp.) sur rochers calcaires, d’intérêt européen,

- des pelouses semi-arides sur sols calcaires à Brome dressé (Bromopsis erecta), d’intérêt européen,

- des prairies de fauche sur sols sains, d’intérêt européen,

- des pelouses arides sur sols calcaires, d’intérêt européen,

- différents types d’ourlets herbacés, d’intérêt régional,

- des fourrés de Genévrier (Juniperus communis) sur terrains calcaires, d’intérêt européen,

- des fourrés à Buis (Buxus sempervirens) sur terrains calcaires, d’intérêt régional.

Parmi les espèces déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF qui y ont été observées, figurent notamment :

- le Liseron cantabrique (Convolvulus cantabrica), plante des pelouses arides, exceptionnelle en Bourgogne et protégée réglementairement,

- le Stipe penné (Stipa pennata), plante des milieux arides, exceptionnelle en Bourgogne et protégée réglementairement,

- l'Ibéris intermédiaire (Iberis intermedia), plante des éboulis calcaires, rarissime en Bourgogne, inscrite au livre rouge de la flore menacée de France et protégée réglementairement,

- divers reptiles comme la Couleuvre verte et jaune (Hierophis viridiflavus), reptile des milieux chauds, protégé réglementairement.

3) Compte-tenu de l’exposition des parcelles, de la profondeur du sol et du traitement forestier appliqué, les boisements sont assez diversifiés avec entre autres les habitats suivants :

- tiliaie-érablaie sur éboulis calcaires, d’intérêt européen,

- hêtraie-chênaie fraîche sur calcaire, d’intérêt européen,

- chênaie pubescente sèche sur adrets calcaires, d’intérêt régional,

- chênaie-charmaie sèche sur terrains calcaires.

Dans ces habitats ont été répertorié des plantes déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF dont :

- l'Orobanche du Lierre (Orobanche hederae), plante forestière parasite très rare en Bourgogne,

- l'Orme des montagnes (Ulmus glabra), arbre rare en Bourgogne.

La diversité des milieux s'exprimant sur le site (boisements, pelouses, cours d’eau et prairies) accueillent une avifaune nicheuse déterminante pour l’inventaire ZNIEFF avec par exemple :

- l'Engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus), oiseau d’intérêt européen menacé par la fermeture du milieu et la modification des pratiques sylvicoles,

- le Petit-duc Scops (Otus scops), hibou nicheur rare en Bourgogne.

- la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), passereau chasseur d’insectes, d’intérêt européen.

4) Enfin, diverses chauves-souris d'intérêt européen présentent d’importantes colonies d’hibernation en grotte ou en carrière souterraine, à l'image du Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum). Elles utilisent les différents milieux de la vallée et des versants (prairies bocagères, ripisylves, friches calcaires, milieux forestiers) pour se déplacer et s’alimenter.

Ce patrimoine dépend :

- du maintien d'un élevage extensif respectueux des milieux prairiaux, des haies, des cours d'eau et des mares,

- d’une gestion forestière à base de peuplements feuillus et de traitements adaptés aux conditions stationnelles (sol, climat, topographie, hydrographie), conservant les milieux annexes (layons, lisières, etc.),

- de la préservation de la dynamique naturelle du cours d'eau. Il convient de maintenir son régime hydraulique, sans seuils ni enrochement des berges et en respectant les ripisylves.

Des pelouses en déprise sont susceptibles de se boiser et de perdre leur intérêt pour la faune et la flore des milieux ouverts. Une restauration (débroussaillage) et un entretien (pâturage, fauche) permettraient de contrecarrer cette évolution.

Par ailleurs, le patrimoine souterrain est sensible : le dérangement provoque le réveil des chauves-souris et la surconsommation de leurs réserves d'énergie, ce qui peut compromettre leur survie en période hivernale.

Commentaires sur la délimitation

Périmètre délimité par des secteurs riches en habitats et en espèces d'intérêt régional :

- la zone d'inondation de l'Yonne,

- les reliefs calcaires bordant l'Yonne (coteaux, falaises, éboulis, vallons annexes).