Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 260030473
VALLEE ET COTEAUX DE L'ARMANCON ENTRE SAINT-THIBAULT ET BUFFON

(n° régional : 26002000)

Commentaires généraux

Entre Terre-Plaine et Auxois, le territoire est constitué d'un long tronçon de la vallée de l’Armançon allant de Saint-Thibault jusqu'à sa confluence avec la Brenne. Les versants sont composés d’amont en aval : de granites, de grès du Trias, d'argiles et marnes liasiques et de calcaires du Jurassique moyen. Le paysage est varié avec :

- de la prairie bocagère de plaine, en alternance avec quelques cultures et des petits massifs boisés,

- des boisements, des prairies et des friches en milieux pentus.

Ce site est d’intérêt régional pour ses habitats typiques des prairies bocagères, ses mares, ses cours d’eau, ses pelouses sèches, ses falaises, ainsi que pour les espèces animales et végétales qui évoluent au sein de ces milieux.

1) En milieu prairial bocager, à la faveur des sols superficiels (terrains en pente) ou des pratiques agricoles comme la fauche, des milieux d’intérêt régional s’expriment tels que :

- des pelouses sèches sur sols calcaires, d’intérêt européen,

- des prairies de fauches sur sols sains, d’intérêt européen,

- des pelouses à espèces vivaces et annuelles sur les grès et les granites , d’intérêt régional,

- des ourlets herbacés sur sols secs, d’intérêt régional.

Ces milieux hébergent plusieurs espèces déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF avec par exemple

- la Scleranthe polycarpe (Scleranthus polycarpos), plante naine des sables siliceux, rarissime en Bourgogne,

- l'Azuré de l'Esparcette (Polyommatus thersites), papillon rare en Bourgogne, sensible à la régression des pelouses sèches.

2) Dans les vallées bien alimentées en eau se développent :

- des végétations aquatiques des cours d’eau, d’intérêt européen,

- des ourlets humides à hautes herbes, d’intérêt européen,

- des ripisylves d’aulnes et de frênes, d’intérêt européen,

- des sources, d’intérêt régional.

Les cours d’eau (ruisseaux et rivières) abritent diverses espèces déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF avec par exemple :

- le Chabot (Cottus gobio) et la Bouvière (Rhodeus amarus), deux poissons d'intérêt européen,

- la Mulette épaisse (Unio crassus), moule d'intérêt européen indicatrice des cours d'eau de taille moyenne et de bonne qualité,

- laRenoncule des rivières (Ranunculus fluitans), plante aquatique des cours d'eau, rare en Bourgogne.

3) Les mares en prairie accueillent des populations diversifiées d'amphibiens avec notamment le Triton crêté (Triturus cristatus), d'intérêt européen, qui est en régression en Bourgogne du fait de la disparition des mares et de la mise en culture des terres engendrant la déconnexion de ses populations. Le Crapaud calamite (Bufo calamita) a été observé au sein d'une carrière.

4) Du fait des différences d’exposition et de nature des sols, divers habitats forestiers sont également présents, dont :

- de la chênaie-charmaie sur sols calcaires, sur les versants de calcaires d'âge jurassique,

- de la chênaie-charmaie à Stellaire holostée (Stellaria holostea), sur sols peu acides et souvent argileux ou marneux, d’intérêt régional,

- de la chênaie sessiliflore à Canche flexueuse (Avenella flexuosa) sur les sols granitiques ou gréseux.

Ces boisements abritent des plantes déterminantes comme le Polystic à aiguillons (Polystichum aculeatum), fougère forestière rare en Bourgogne.

Ces différents milieux (bois, prairies bocagères, étangs, cours d’eau) constituent des zones de reproduction et d’alimentation pour une faune diversifiée avec :

- le Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros) et le Grand Murin (Myotis myotis), deux chauves-souris d'intérêt européen qui présentent plusieurs colonies de reproduction en bâtiments,

- la Chevêche d'Athéna (Athene noctua), rapace nocturne menacé par la disparition du bocage et notamment des vieux arbres qu'il utilise préférentiellement pour nidifier,

- la Pie-grièche à tête rousse (Lanius senator), passereau nicheur assez rare en Bourgogne, menacé par l'altération de son habitat de reproduction,

- la Cicogne noire (Ciconia nigra), échassier d'intérêt européen qui vient s'alimenter dans les prairies et bordures de cours d'eau en halte migratoire.

Ce patrimoine dépend :

- d'un élevage extensif respectueux des milieux prairiaux, des linéaires de haies interconnectés entre eux, des cours d'eau, des plans d'eau ainsi que des zones humides,

- d’une gestion forestière à base de peuplements feuillus et de traitements adaptés aux conditions stationnelles (sol, climat, topographie, hydrographie), conservant les milieux annexes : lisières, clairières, milieux humides, ripisylves et cours d'eau, etc.

Il convient de :

- maintenir le régime hydraulique des cours d'eau, sans seuils ni enrochement des berges et de respecter les ripisylves,

- ne pas combler les mares.

Commentaires sur la délimitation

Périmètre délimité par :

- le cours d'eau et son bassin d'inondation, habitats de poissons, d'invertébrés et de plantes aquatiques,

- des zones de prairies bocagères et de boisements sur coteaux ou plateaux, riches en habitats prairiaux, en amphibiens, oiseaux et chauves-souris.