Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 260030478
VALLEE ET COTEAUX DU TERNIN ENTRE GOIX ET VAUCHEZEUIL

(n° régional : 16003012)

Commentaires généraux

Au sud-est du haut-Morvan, la zone comprend :

- un tronçon de la vallée du Ternin riche en prairies humides bocagères, en cours d'eau et en ripisylves,

- des coteaux dominant avec des prairies sèches, des boisements feuillus ou résineux et des zones rocheuses.

La géologie (roches volcanosédimentaires incluant des filons de roches dures localement riches en bases), la topographie mouvementée (qui provoque des expositions variées) et l'hydrogéologie (vallée alluviale, sources de versants) sont à l'origine d'habitats diversifiés.

Ce site est d'intérêt régional pour ses habitats et les espèces de flore et de faune inféodées.

1/ Les coteaux présentent plusieurs habitats déterminants pour l'inventaire ZNIEFF dont :

- des pelouses pionnières à annuelles sur affleurements rocheux (alliance végétale du Thero-Airion), d'intérêt régional,

- des végétations des fentes de rochers siliceux (Asplenion septentrionalis), d'intérêt européen,

- des végétations d'éboulis siliceux (Galeopsion segetum), d'intérêt européen,

- des pelouses sur sols siliceux enrichis en base (Koelerio macranthae-Phleion phleioidis), d'intérêt européen,

- des pelouses sur sols acides à Agrostide capillaire (Agrostis capillaris) et Fétuques (Festuca rubra, Festuca commutata, Festuca gpe ovina), d'intérêt européen,

- des prairies sèches fauchées (Arrhenatherion elatioris), d'intérêt européen,

- des landes sèches (Genisto pilosae-Vaccinion uliginosi), d'intérêt européen, sur les affleurements,

- des chênaies sèches à Silène penché (Silene nutans) et Alisier blanc (Sorbus aria), sur les sols superficiels des versants abrupts orientés sud,

- des chênaies-charmaies sur sols sains à Stellaire holostée (Stellaria holostea), sur sols plus profonds et d'expositions variées,

- des chênaies-hêtraies à Canche flexueuse (Avenella flexuosa), surs les sols les plus acides,

- des fourrés et des coupes forestières arbustives,

- des plantations résineuses.

Dans ces habitats, plusieurs espèces végétales déterminantes pour l'inventaire ZNIEFF ont été observées, notamment :

- le Silène à bouquets (Atocion armeria), plante des rochers siliceux, exceptionnelle en Bourgogne et protégée réglementairement,

- l'Anarrhine à feuilles de pâquerette (Anarrhinum bellidifolium), plante des rochers et arènes siliceuses, protégée réglementairement, proche de la limite nord de son aire de répartition et très rare en Bourgogne,

- la Doradille du nord (Asplenium septentrionale), fougère des rochers siliceux, très rare en Bourgogne,

- le Persil des montagnes (Oreoselinum nigrum), plante des pelouses sèches, protégée réglementairement, proche de la limite nord de son aire de répartition et rare en Bourgogne.

2/ Le réseau hydrographique offre le panel d'habitats suivants :

- sources d'eau pauvres en bases, d'intérêt régional,

- herbiers des cours d'eau (Ranunculion aquatilis), d'intérêt européen,

- végétations amphibies des bordures de cours d'eau, d'intérêt régional,

- mégaphorbiaies (Thalictro flavi-Filipendulion ulmariae), d'intérêt européen,

- ripisylves d'aulnes et de frênes (Alnenion glutinoso-incanae), d'intérêt européen,

- prairies humides pâturées à Jonc acutiflore (Juncus acutiflorus) et Jonc épars (Juncus effusus), d'intérêt régional.

Dans ce contexte, d'autres espèces végétales déterminantes pour l'inventaire ZNIEFF ont été observées, notamment :

- l'Impatiente ne-me-touchez-pas (Impatiens noli-tangere), plante des boisements humides, rare en Bourgogne et protégée réglementairement,

- le Cerisier à grappes (Prunus padus), arbuste des boisements humides, rare en Bourgogne et protégé réglementairement.

Ce patrimoine dépend :

- du maintien d'un élevage extensif respectueux des milieux prairiaux, des cours d'eau et des zones humides,

- d’une gestion forestière à base de peuplements feuillus et de traitements adaptés aux conditions stationnelles (sol, climat, topographie, hydrographie), conservant les milieux annexes (cours d'eau, lisières). Il convient de ne pas planter davantage de résineux.

Des pelouses sèches sont susceptibles de se boiser et de perdre leur intérêt pour la faune et la flore des milieux ouverts. Une restauration (débroussaillage) et un entretien (pâturage, fauche) permettraient de contrecarrer cette évolution.

Commentaires sur la délimitation

Périmètre délimité par des habitats riches en espèces végétales déterminantes :

- pelouses et prairies sèches,

- zones d'affleurement rocheux,

- ripisylves.