Logos SINP

ZNIEFF 310007016
Pointe de la Crêche et falaise entre Boulogne-sur-Mer et Wimereux

(n° régional : 00000065)

Commentaires généraux

Ce système nord-atlantique de falaise littorale jurassique d’argiles, de sables, de grès mamelonnés et de marnes présente une grande originalité car il est coiffé, dans sa partie nord, d’altitude plus faible, de placages sableux plus ou moins anciens s’étendant largement vers l’intérieur des terres.
Par ailleurs, l’intérêt géologique de cette falaise est très grand (anticlinal de la Crèche et faille de Honvault avec « décrochement » de 1,80 m entre l’étage du Portlandien et celui du Kimméridgien). En effet, cette ZNIEFF est concernée par le site n°0009 de l'inventaire régional du patrimoine géologique intitulé « Formation kimméridgiennes et tithoniennes des falaises de la Pointe de la Crèche », de rareté nationale pour sa stratigraphie.
De plus, l’estran rocheux développé à ses pieds héberge une des plus intéressantes zonations d’algues marines du nord de la France.

En particulier, les sites de la Pointe de la Crèche et de Fort de Croy abritent plusieurs espèces d'intérêt patrimonial telles que les algues brunes Pelvetia caniculata sur le médiolittoral supérieur, Fucus vesiculosus et Fucus vesiculosus var linearis sur le médiolittoral moyen et Fucus serratus sur le médiolittoral inférieur et l'infralittoral. Il n'existe pas à ce jour de cartographie des communautés de macroalgues de la région ; l'identification des espèces de macroalgues sur la zone est issue des sources bibliographiques. L'estran rocheux abrite également des gisements naturels de moules (Mytilus edulis).

Entre les zones rocheuses, deux communautés macrobenthiques intertidales de substrats meubles sont présentes :

- la communauté des sables intertidaux fins à moyens à amphipodes et Scolelepis spp. (A2.223) présente sur toutes les plages de la région, excepté dans les zones portuaires, depuis les hauts niveaux jusqu’aux bas niveaux, à la limite des basses mers de mortes eaux. Au total 60 espèces ont été recensées dans cet habitat de 1998 à 2012. Elle est caractérisée par les amphipodes du genre Bathyporeia, les isopodes Eurydice spp et le polychète Scolelepis squamata (Rolet et al., 2014).
- la communauté des sables fins intertidaux à polychètes et amphipodes (A2.23) égalment présente sur toutes les plages de la région. L'habitat est caractéristique des bas niveaux de l’estran et s’étend vers la zone subtidale. Au total 80 espèces ont été recensées dans cet habitat de 1998 à 2012. Les polychètes Nephtys cirrosa et Spio martinensis principalement et le mollusque bivalve Donax vittatus sont typiques de cet habitat (Rolet et al., 2014).

Sur le plan phytocénotique, les habitats les plus originaux sont bien sûrs liés à la falaise, avec notamment la pelouse sommitale du Cirsio acaulis - Festucetum pruinosae, endémique des falaises du Boulonnais, les pelouses hygrophiles des versants (Samolo valerandi - Caricetum vikingensis, Apio graveolentis - Tussilaginetum farfarae) et les pelouses aérohalines annuelles du Saginion maritimae. On peut également citer certaines végétations de pelouses et de prairies mésotrophiles pâturées ou fauchées, certaines sur sables plaqués (Carici arenariae - Luzuletum campestris, Luzulo campestris - Cynosuretum cristati, autres prairies plus neutroclines du Sanguisorbo minoris - Cynosurenion cristati), permettant le maintien d’orchidées rares et menacées dans le Nord de la France (Anacamptis morio et Anacamptis pyramidalis notamment). Au total, quatorze végétations ont ainsi été inventoriées depuis 2001 mais de nouvelles prospections seraient souhaitables pour confirmer leur maintien sur l’ensemble du site.
On y retrouve également, dans la prairie pâturée juste au-dessus de la Pointe, une importante population d’Orobanche pourpre (Phelipanche purpurea), taxon menacé de disparition et protégé dans le Nord-Pas de Calais, qui est un parasite de l’Achillée millefeuille. Cette orobanche se rencontre essentiellement sur le littoral entre le cap Gris-nez et Bray-dunes, mais souvent en faible population. La population de la Pointe de la Crèche est la seule connue sur le littoral au sud du Cap Gris-nez et celle-ci est d’autant plus remarquable qu’elle est composée de plus d’une centaine d’individus.
De même, au niveau de prairies plus hygrophiles se maintiennent deux autres orchidées : Epipactis palustris et Dactylorhiza praetermissa, cette dernière étant plutôt rare en France et présentant d’importants noyaux de populations dans le Pas-de-Calais et la Somme.
Au total, plus de 34 plantes déterminantes de ZNIEFF ont été relevées dans le périmètre dont 11 protégées dans le Nord-Pas de Calais et une protégée au niveau national (Crambe maritima).

Du point de vu faunistique, l'intérêt de cette ZNIEFF est à la fois entomologique et ornithologique. Elle accueille la seconde colonie régionale de Fulmar boréal, la première étant située au Cap Blanc Nez. Cette population, découverte en 1993, atteint 27 couples en 2000 (DUBOIS et al., 2000) et seize couples en 2015 (CAMBERLEIN, 2015). Comme ce nicheur n’est localisé que sur une vingtaine de sites en France, sa présence confère donc à ce site une importance nationale pour l'espèce.
Cette ZNIEFF accueille une des rares stations du Nord-Pas de Calais de la Mélitée du plantain (Melitea cinxia). Cette espèce, très rare en région (HAUBREUX, 2009), vit quasi exclusivement dans les pelouses aérohalines dans lesquelles elle trouve notamment le Plantain lancéolé (Plantago lanceolata), une de ses plantes-hôtes.

Commentaires sur la délimitation

Vaste estran rocheux et système de falaise littorale jurassique constitué d’argiles, de sables, de grès mamelonnés et de marnes et coiffé dans sa partie nord, de placages sableux plus ou moins anciens. Extension importante du périmètre en 2010 vers l’Ouest, incluant le Fort de la Crèche avec ses pâtures mésophiles à hygrophiles, hébergeant diverses espèces végétales déterminantes de ZNIEFF (notamment Dactylorhiza praetermissa et Eryngium campestre).