Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 310013262
Marais des Viviers et des Grandes Billes à Lecluse,

(n° régional : 00120007)

Commentaires généraux

Une certaine diversité de biotopes caractérise ce marais plus ou moins tourbeux (caractère moins marqué que dans la zone en aval du village de Lécluse). Quelques communautés et espèces végétales présentent un intérêt tout à fait particulier dans le contexte actuel du complexe écologique de la vallée de la Sensée : - fragments de végétations mésotrophiles avec de rares espèces de la flore régionale. Ces reliques pourraient témoigner d’un état antérieur de ces zones humides ; - mégaphorbiaie à Reine des prés, Cirse des maraîchers et Pigamon jaune, plante relativement localisée et peu fréquente dans la région... Les autres végétations palustres, plus communes, sont néanmoins bien développées en périphérie des mares de chasse. Le Grand marais d’Étaing constitue un exemple intéressant de renaturation d’un marais anciennement cultivé (recolonisation spontanée par la flore sauvage). Une quinzaine d’espèces déterminantes de ZNIEFF a été relevée, parmi laquelle on signalera la présence, dans le bois de Lécluse, d’une petite population de Scille à deux feuilles (Scilla bifolia), protégée et très rare dans la région. Du point de vue faunistique, 8 espèces déterminantes ont été répertoriées sur cette ZNIEFF. La diversité des milieux humides ouverts (phragmitaie, prairies humides, mares) est favorable à la nidification des passereaux paludicoles, Bien que la population de Scarpe Sensée Escaut Marque soit une des deux principales de la région, la Gorgebleue à miroir liée aux zones humides pour la nidification et figurant en annexe I de la Directive oiseaux, est menacée par les drainages, les mises en culture et autres aménagements de tout type. La pérennité de ses populations est donc conditionnée au maintien de zones humides hétérogènes dans son domaine vital. La loche d’étang est potentiellement présente sur le site. Il est à préciser que cette espèce est peu détectée à travers la méthodologie de pêche au moyen de l’électricité, notamment en raison de sa capacité d’enfouissement dans le sédiment. Une méthodologie de capture à l’aide de nasses a pu être développée par la fédération de pêche du Nord. Sur le territoire Scarpe Escaut, seule la Mare à Goriaux a pu être prospectée, sans succès au niveau de l’observation. Néanmoins, les milieux aquatiques du territoire, de par leur spécificité (faible pente, courant benthique, présence de sédiment organique et présence de végétation), sont très favorables à cette espèce en matière d’habitat.

Commentaires sur la délimitation

Grande extension du périmètre de 1ère génération vers l’Ouest, pour inclure les marais d’Etaing dont la restauration écologique récente a permis l’expression de plusieurs espèces et communautés végétales déterminantes, ainsi que le marais voisin de Dury qui présente un état de conservation assez satisfaisant.