Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 310013319
Marais de la Loisne

(n° régional : 00000166)

Commentaires généraux

Localisé sur les anciens marais de la Loisne au sud-est de la ville de Béthune et incluant les terrils édifiés sur les mêmes marais, le site a été largement réaménagé en espace de loisirs avec de nombreux étangs de pêche. De plus, il est traversé par l’A26, qui contribue à fortement le dénaturer. Cette ZNIEFF est marquée par la présence d’un réseau dense d’étangs qui s’étirent du Nord au Sud. Ils sont les témoins relictuels des anciens marais de la Loisne. Les berges sont principalement colonisées par des roselières et des boisements très dégradés. Ces étangs permettent le maintien de quelques espèces des marais originels. Toutefois peu d’espèces de zones humides déterminantes de ZNIEFF s’y développent. Seuls le Pâturin des marais (Poa palustris), la Spirodèle à plusieurs racines (Spirodela polyrhiza) et le Potamot fluet (Potamogeton pusillus) y ont été observés depuis 1990. La végétation des plans d’eau forme un complexe de végétations des eaux mésoeutrophes à eutrophes. La végétation aquatique est relativement fragmentaire avec quelques îlots d’herbier à Nénuphar jaune (Nymphaeo albae - Nupharetum luteae). Ces étangs accueillent également quelques étendues linéaires de roselières relevant du Solano dulcamarae – Phragmitetum australis, autre végétation déterminante de ZNIEFF. D’anciens dépôts de schistes, constituant le terril n° 46, sont localisés au nord du site. Certains éléments sont particulièrement intéressants car très représentatifs de la remarquable richesse floristique et phytocénotique des terrils du Nord-Pas de Calais. Les végétations de pelouses sont remarquables malgré leur caractère fragmentaire et très localisé. Quelques pelouses déterminantes de ZNIEFF ont été observées sur le plateau au nord-est du terril. Notons plus particulièrement la présence de la Pelouse annuelle à Cotonnière naine et Aira précoce (Filagini minimae - Airetum praecocis) et la Pelouse vivace à Épervière piloselle et Pâturin comprimé (Hieracio pilosellae - Poetum compressae). La richesse floristique et phytocénotique reste globalement limitée en raison du caractère hautement eutrophile voire nitrophile d’une grande partie de la flore et de la végétation.. Seulement 4 végétations et 6 taxons déterminants de ZNIEFF, relativement localisés, sont connus sur le site et aucun ne présente de statut de protection. Concernant la faune, la ZNIEFF du Marais de la Loisne abrite neuf espèces déterminantes dont cinq espèces d’Amphibiens. Le Triton crêté est inscrit à l’Annexe II de la Directive Habitats. Le fait qu’il soit peu commun en région (GODIN, 2003) confère aux populations du Nord – Pas-de-Calais une importance particulière en terme de conservation. L’Alyte accoucheur et le Crapaud calamite sont tous deux inscrits en Annexe IV de la Directive Habitats, ils sont assez communs dans la région (GODIN, 2003). L’Alyte accoucheur réalise la majorité de son cycle annuel à terre. Il se reproduit principalement dans les plans d’eau d’assez faible profondeur (mares, fonds de carrières, pannes dunaires) (GODIN, 2003). Le Crapaud calamite est surtout observé dans des habitats d’origine anthropique comme les terrils et mares temporaires, les carrières inondées et les zones d’extraction de granulats (GODIN, 2003). Concernant les Rhopalocères, le Collier de corail (Aricia agestis) et l’Hespérie de la houque (Thymelicus sylvestris) sont peu communs en région (HAUBREUX [coord.], 2009). Le premier est observé dans les prairies maigres, les pelouses sèches, les lisières et les bois clairs, le second fréquente les milieux ouverts herbeux et les prairies sylvatiques (LAFRANCHIS, 2000). Deux espèces déterminantes d’Odonates, peu communes en région (GODIN et al. [coord.], 2003), sont présentes sur le site : l’Agrion à longs cercoïdes (Erythromma lindenii) et le Leste brun (Sympecma fusca). Ces deux espèces occupent généralement les eaux stagnantes (GODIN et al. [coord.], 2003).

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre de 1ère génération inclut les terrils 46 et la série des 62 accompagnés des étangs de pêche. Aucune modification significative du périmètre n’a été apportée par rapport à celui de 1ère génération (hormis quelques ajustements sur SIG par rapport au parcellaire).