Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 310013703
Forêt domaniale de Marchiennes et ses lisières

(n° régional : 00070013)

Commentaires généraux

Bien que le relief de la forêt de Marchiennes soit peu marqué, la géomorphologie fine du substratum s’exprime ici de façon tout à fait caractéristique et s’illustre sur le terrain par un ensemble de communautés végétales très diversifiées et adaptées aux moindres variations écologiques significatives : buttes sableuses avec végétations forestières et préforestières oligotrophiles acidiphiles telles que la chênaie sessiflore à Néflier et Maïanthème à deux feuilles ou l’ourlet à Millepertuis élégant ; cuvette humide à inondables avec chênaie pédonculée à Molinie ; mares intra forestières avec de rares espèces aquatiques ou amphibies de la flore régionale (Hottonia palustris, Carex elongata) ; très localement, layons frais à humides à Jonc rude (Juncus squarrosus) ; ourlets hygroclines à Oréoptéride des montagnes (Oreopteris limbosperma) et Blechne en épi (Blechnum spicant). Une trentaine de plantes déterminantes de ZNIEFF ont été relevées dans le périmètre, dont une vingtaine protégées régionalement. La forêt de Marchiennes héberge la seule population régionale connue d’une fougère : la Dryoptéride écailleuse (Dryopteris affinis subsp. affinis). Quelques prairies hygrophiles périphériques au massif forestier comportent plusieurs espèces rares : Stellaire des marais (Stellaria palustris), Séneçon des marais (Senecio paludosus)… Du point de vue faunistique, 23 espèces déterminantes ont été répertoriées. La forêt de Marchiennes abrite 3 espèces déterminantes d’amphibiens dont le Triton crêté, inscrite en annexe II de la Directive habitat faune flore, assez commun dans la région ce qui confère aux populations du Nord-pas-de-Calais une importance particulière en terme de conservation. La Grenouille de Lessona est menacée et risque de disparaître, le Klepton Pelophylax kl. esculentus se substituant à l’espèce parente. Elle est citée ici sous réserve puisque seules des analyses génétiques permettent de déterminer l’espèce avec certitude. 6 espèces d’oiseaux en Annexe I de la Directive Oiseaux nichent dans le secteur dont le Pic mar et le Pic noir localisés à l’échelle régionale. La Pie grièche écorcheur a disparu du Complexe Scarpe Escaut mais a niché dans une coupe forestière de la Forêt en 1993 (LEFUR, 1998). La zone au sud est fréquentée en période de reproduction par la Gorgebleue à miroir et le Tarier des prés nicheurs possibles puisque présents en période de nidification. Parmi les huit espèces de papillons rhopalocères, notons celles dont l’autochtonie est avérée. Carterocephalus palaemon, très rare au niveau régional, constitue ici un noyau de l’unique population régionale. Le cortège des grands Nymphalidae forestiers (Apatura ilia, Apatura iris, Argynnis paphia et Ladoga camilla), est encore bien représenté. La présence conjointe d’Apatura ilia et Apatura iris (espèces assez rares au niveau régional) est à souligner. Ces deux espèces constituent ici, une de leurs rares populations régionales en dehors de l’Avesnois. Une mention particulière pour Nymphalis polychloros, espèce assez rare au niveau régional. Ce papillon habituellement inféodée aux bois clairs et aux lisières, est recluse aux zones boisées riches en plantes hôtes, dans la région Nord-Pas-de-Calais. La ZNIEFF de la forêt domaniale de Marchiennes et ses lisières est un enjeu majeur pour la conservation de ces espèces dans la perspective de la trame verte régionale. Les mares intraforestières très nombreuses constituent un réseau très favorables aux espèces d’odonates, notamment pour les espèces liées aux mares temporaires (Aeshna affinis) qui constituent des milieux mal connus. La loche d’étang est potentiellement présente sur le site. Il est à préciser que cette espèce est peu détectée à travers la méthodologie de pêche au moyen de l’électricité, notamment en raison de sa capacité d’enfouissement dans le sédiment. Une méthodologie de capture à l’aide de nasses a pu être développée par la fédération de pêche du Nord. Sur le territoire Scarpe Escaut, seule la Mare à Goriaux a pu être prospectée, sans succès au niveau de l’observation. Néanmoins, les milieux aquatiques du territoire, de par leur spécificité (faible pente, courant benthique, présence de sédiment organique et présence de végétation), sont très favorables à cette espèce en matière d’habitat.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre reste globalement inchangé par rapport à celui de la 1ère génération. Il inclut la forêt domaniale de Marchiennes et une bande périphérique incluant des prairies comportant certaines espèces végétales déterminantes (au sud de la forêt) et quelques cultures. Cette zone périphérique inclut une partie des domaines vitaux des rapaces nicheurs notamment la Bondrée apivore espèce déterminante nicheur probable mais aussi les autres espèces non déterminantes.