Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 310030041
Bois de la Fosse à Lestrem

(n° régional : 00000248)

Commentaires généraux

Située au cœur des paysages d’openfield de la Flandre française, la vallée alluviale de la Lawe a été très fortement dégradée par les pollutions d’origine industrielle et agricole. Néanmoins, malgré un tel contexte très marqué par les activités humaines, il existe encore sur la commune de Lestrem un remarquable boisement alluvial plus ou moins longuement inondable et ponctué de mares de chasse et de loisirs. Ce bois alluvial, un des derniers du secteur, confère à cette ZNIEFF une grande valeur paysagère et joue un rôle important en tant que « cœur de nature » au sein du corridor biologique et écologique que constitue la Lawe.

De nombreux peupliers ont été massivement plantés sur le site. En raison de la mauvaise qualité des eaux et des perturbations passés du sol, la strate herbacée est majoritairement composée d’une mégaphorbiaie eutrophile voire nitrophile dominée par le Cirse maraîcher et l’Ortie dioïque. Malgré tout, une strate dense composée de jeunes aulnes et saules exprime des potentialités écologiques encore très intéressantes (boisements hygrophiles à longuement inondables). Un réseau de fossés draine partiellement le bois et relie plusieurs mares de loisirs et de chasse.

Ce bois héberge de nombreuses végétations aquatiques, amphibies et hygrophiles de plus ou moins grande valeur, caractéristiques de ce système alluvial alcalin, aux sols localement nettement organiques voire presque paratourbeux au bord de certaines mares. Ce vaste espace humide sert de refuge à plusieurs végétations et plantes déterminantes de ZNIEFF aujourd’hui presque disparues de la Flandre française intérieure.

L’Hottonie des marais (Hottonia palustris), protégée dans la région et rare dans la Flandre française peut être considérée comme la plante emblématique de ce bois. Il s’agit d’une des toutes dernières populations avérées de la plaine de la Lys. Elle prospère au sein d’une mare et de plusieurs fossés qui traversent le bois. En régression généralisée sur le territoire de la Flandre suite à la dégradation de la qualité des eaux et à l’abaissement du niveau moyen des nappes superficielles, les milliers de pieds encore présents dans le Bois de la Fosse démontrent le caractère exceptionnel de cette population dans la vallée de la Lys ainsi que dans la Flandre française intérieure.

Notons la présence également remarquable pour la Flandre française d’une population de Jonc à fleurs obtuses (Juncus subnodulosus) sur les berges d’une mare de chasse. Bien que ne formant pas encore une végétation structurée, cette espèce mésotrophile indique des potentialités d’expression de végétations de bas-marais oligotrophiles à mésotrophiles alcalins, rattachées à l’Hydrocotylo vulgaris - Schoenenion nigricantis (connues dans les marais de Beuvry-Festubert, guère éloignés du Bois de la Fosse). Et une gestion raisonnée devrait permettre la constitution d’une végétation qui est, à l’heure actuelle, menacée dans la région.

Une autre espèce, le Pigamon jaune (Thalictrum flavum), se maintient difficilement au sein d’une mégaphorbiaie méso-eutrophile très menacée par l’eutrophisation du site. Protégée dans la région, elle est devenue très localisé dans la plaine de la Lys.

L’Oenanthe aquatique (Oenanthe aquatica), protégée au niveau régional, est bien représentée avec plusieurs centaines de pieds dans la plupart des mares et dans les fossés.

Au total, au moins 3 végétations et 5 taxons déterminants de ZNIEFF ont pu être recensés dans ce bois alluvial dont 4 protégés dans la région (Oenanthe aquatica, Hottonia palustris, Juncus subnodulosus et Thalictrum flavum).

Commentaires sur la délimitation

Nouvelle ZNIEFF dont le périmètre intègre le Bois de la Fosse et une pâture avec une mare. Cette zone alluviale est située en rive gauche de la Lawe. Malgré l’implantation de peupliers, une strate dense composée d’aulnes et de saules exprime les potentialités forestières du site. Un réseau de fossés draine partiellement le bois et relie plusieurs mares. Le maintien du fonctionnement écologique de cet ensemble a permis la préservation de plusieurs végétations déterminantes de ZNIEFF (Hottonietum palustris...) et la conservation de plusieurs espèces déterminantes de ZNIEFF, espèces ayant fortement régressé dans la Flandre française (notamment Hottonia palustris, Juncus subnodulosus, Rorippa palustris).