Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 310030043
Terril de Haillicourt et Ruitz

(n° régional : 00000240)

Commentaires généraux

Cette série de terrils constituent un marqueur paysager de première importance de l’ouest du bassin minier, notamment grâce aux deux terrils coniques jumeaux (terrils 2 et 3) de 180 m d’altitude. Installé dans un contexte urbain et agricole, leur morphologie marque fortement le paysage, tant en volume qu’en surface. La progression des promeneurs sur le site même marque les esprits par la découverte permanente de nouveaux habitats et de nouvelles perspectives.

Ce site accueille une biodiversité importante grâce aux nombreux habitats présents. Il se démarque des autres terrils par la présence de zones humides suspendues situées sur des terrasses correspondants à d’anciens lavoirs recouverts de schlamms (boues résiduelles obtenues lors du lavage densimétrique des roches remontées de la mine). Ils sont colonisés dans leur partie la plus humide par des roselières et des boisements relativement ouverts dominés par le Saule cendré. Ces quatre bassins de décantation sont entourés par des digues accueillant une petite population d’Epervière de Bauhin (Hieracium bauhinii), taxon déterminant de ZNIEFF.

Au pied des terrils 2 et 3, de vastes prairies sèches s’étendent sur le terril 7 (aussi appelé plateau des Glachoires). Elles hébergent deux orchidées déterminantes de ZNIEFF et protégées régionalement : l’Ophrys abeille (Ophrys apifera) et l’Anacamptis pyramidal (Anacamptis pyramidalis). Constitué essentiellement de boisements mésophiles à xérophiles (plantés et parfois spontanés) sur les talus et au sommet, ce terril est parcouru de chemins, les layons les plus frais de ces boisements accueillant quelques petites populations de Dactylorhize de Fuchs (Dactylorhiza fuchsii), orchidée protégée au niveau régional.

Les terrils coniques 2 et 3 sont composés de schistes noirs et de grès de nature grossière et variée, de pH basique. Terrils très élevés (178m pour le terril 2 et 180 m pour le terril 3), ils ont un aspect dénudé avec des pentes instables. Elles sont colonisées localement par la Friche pionnière sur éboulis de schistes à Patience à écussons et Réséda jaune (Resedo luteae - Rumicetum scutati) avec la présence de la Patience à écussons (Rumex scutatus). Cette espèce, véritable curiosité botanique, est connue uniquement des terrils en région Nord-Pas de Calais.

Une autre série de structures minières est située au nord d’Haillicourt. On y retrouve les éléments suivants :

· Le terril 9 a commencé à être édifié en 1907. De forme conique, c’est un des rares terrils en combustion d’où son sommet dénudé bien reconnaissable dans le paysage. Atteignant 73 m de haut, il est constitué de schistes rouge et noir. Certains éléments sont particulièrement intéressants car très représentatifs de la richesse floristique et phytocénotique particulière des terrils du Nord-Pas de Calais. Les végétations de pelouses sont remarquables mais très localisées. Quelques pelouses déterminantes de ZNIEFF ont été observées sur l’ancien cheminement menant au sommet du terril. Notons plus particulièrement la présence de la Pelouse annuelle à Cotonnière naine et Aira précoce (Filagini minimae - Airetum praecocis) et la Pelouse vivace à Épervière piloselle et Pâturin comprimé (Hieracio pilosellae - Poetum compressae).

· Le terril 9a dessine une forme plane très allongée. Egalement édifié à partir de 1907, il abrite plusieurs secteurs de pelouses et de friches minières accompagnées de bosquets arbustifs.

· Les terrils 25 et 26 sont d’anciens puits et lavoirs dominés par des végétations de friches, bordées de linéaires ligneux.

Au total cette ZNIEFF abrite une diversité floristique et phytocénotique très importante. 7 végétations et 21 taxons déterminants de ZNIEFF ont pu être recensés sur ces terrils dont 7 espèces protégées au niveau régional (Micropyrum tenellum, Potentilla neumanniana, Rumex scutatus, Dianthus armeria, Astragalus glycyphyllos, Dactylorhiza fuchsii et Lathyrus sylvestris).

Ce site composé essentiellement de friches minières accueille la faune caractéristique des terrils. La diversité de ses milieux bien que liés à un passé industriel permet à ce site de renfermer des cortèges des milieux secs comme des zones humides.

L'intérêt faunistique se concentre surtout sur la partie sud de la zone.

C'est ainsi qu'il accueille 4 espèces d'amphibiens et 3 espèces d'oiseaux liées aux milieux humides. Parmi celles-ci le Triton crêté, Inscrit en annexe II de la Directive habitat faune flore, il est néanmoins assez commun dans la région ce qui confère aux populations du Nord-pas-de-Calais une importance particulière en terme de conservation. Les friches minières, les fonds de carrières inondées, les zones d’extraction de granulat constituent l’habitat secondaire du Crapaud calamite dans la région dont l’habitat primaire est constitué par les dunes. L'Alyte accoucheur fréquente les mêmes milieux dans le bassin minier avec un caractère nettement rupestre. Le Pélodyte ponctué quant à lui est dans la région en limite de son aire de répartition ce qui confère une importance particulière à tous les sites où il se reproduit.

Concernant l'entomofaune, Phaneroptera falcata assez rare dans la région est néanmoins en expansion vers le Nord en Belgique (COUVREUR et GODEAU, 2000) et en Allemagne (Hochkirch, 2001), cependant son implantation n’est pas généralisée sur les milieux favorables.

Parmi l'avifaune, le site accueille deux espèces en annexe I de la Directive oiseaux dont Le Busard des roseaux qui se reproduit de façon certaine sur le site. Son secteur de nidification est cependant fortement perturbée par la forte fréquentation sur le site.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre de cette nouvelle ZNIEFF englobe un alignement de terrils en connexion avec des cavaliers. Sont inclus les terrils et annexes miniers 2, 3, 7, 9, 9a, 25, 26, 229. Malgré parfois de nombreux travaux d’aménagements, de plantations et d’ensemencements, ce site abrite encore une diversité floristique et phytocénotique typique des terrils de la région avec la présence de plusieurs végétations et espèces déterminantes de ZNIEFF (Micropyrum tenellum, Galeopsis angustifolia …). Cette diversité biologique et écologique justifie la création de cette nouvelle ZNIEFF.