Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 420030297
Prairies sous le Geissberg à Biederthal

(n° régional : 1685384)

Commentaires généraux

Le pied du Geissberg, correspondant au pli du Landskron, accueille deux espèces patrimoniales: les zones ouvertes en situation périurbaine constituent un site de reproduction pour l'Alyte accoucheur et les combles de l'église de Biederthal abritent une colonie de reproduction du Petit Rhinolophe.

Le secteur est constitué d'habitats herbacés intriqués entre l'urbain et le versant nord du massif boisé du Geissberg, avec une petite mosaïque d'habitats permettant l’accomplissement du cycle biologique de l’Alyte accoucheur : broussailles, jardins, prés, pâtures, ourlets herbacés et surtout la lisière forestière, où se situent également d'anciens sites d'extraction miniers. Potentiellement, le ruisseau qui borde la frange ouest du site (la Birsig) peut également constituer un axe de déplacement pour les amphibiens.

Le Crapaud accoucheur est réparti sur l'ensemble du territoire français, mais devient rare dans le nord-est et se trouve très localisé en Alsace : il n'est présent que dans quelques stations au sud du département du Haut Rhin. L’espèce, dans sa limite orientale de répartition, s’observe entre 200 m (Bande rhénane) et 625 m d'altitude (Sundgau). On la retrouve dans des habitats pionniers et post-pionniers, à substrat minéral affleurant et thermophiles, préférentiellement sur la bande rhénane et dans les gravières (habitat de substitution des rivières à fond mobile). L'Alyte se réfugie sous des galets, des racines, dans des cavités et des interstices, ou encore dans des terriers creusés dans le substrat. Ses effectifs ne sont jamais importants. Cet anoure a la spécificité de s’accoupler en milieu terrestre. Les mâles, qui portent les œufs, peuvent s'accoupler plusieurs fois dans la saison. La période de reproduction de l'Alyte est plus étendue que celles des amphibiens à reproduction aquatique. La dégradation et la disparition des habitats favorables (peu courants en Alsace), ainsi que l'isolement génétique des populations constituent les principales menaces pesant sur cette espèce rare dans la région. Sur ce site plus précisément, les menaces les plus probables sont sans doute liées aux extensions urbaines.

La colonie de Petits Rhinolophes est suivie par le GEPMA. L'espèce, chasse essentiellement en lisère forestière. Les aménagements et réfections des bâtiments, la surfréquentation humaine font partie des menaces qui pèsent sur cette espèce. L'intensification des pratiques agricoles, l'assèchement des zones humides, les plantations forestières monospécifiques, entrainent une disparition des territoires de chasse. L'utilisation de pesticides en agriculture et pour les charpentes dans les combles peuvent entraîner la mort des individus (par lèchement) et diminuent la biomasse disponible en insectes. De plus les illuminations des édifices publics (église) perturbent la sortie des colonies de mise bas.

Les zones de chasse des chiroptères, bien plus étendues que la ZNIEFF 1, sont intégrées à une ZNIEFF 2 du Jura alsacien qui englobe le massif du Geissberg. En effet, les captures réalisées par le GEPMA entre 2000 et 2008 ont également mis en évidence que le massif du Geissberg constitue une zone de chasse importante pour d'autres chiroptères patrimoniaux: le Grand murin, le Murin de natterer et l'Oreillard roux.

Commentaires sur la délimitation

La ZNIEFF, définie essentiellement pour deux espèces déterminantes de cotation maximale, intègre l'église et le cimetière de Biederthal, site de reproduction du Petit Rhinolophe et les milieux ouverts et semi-ouverts au contact de l'urbain au nord, où se reproduit l'Alyte accoucheur. La superficie du site, centrée sur l'observation de l'Alyte et de ses sites de reproduction, permet l'accomplissement de ses besoins vitaux et a été définie sur la base des recommandations de l'association BUFO dans sa proposition de liste d'espèces déterminantes pour les ZNIEFF (ODONAT, 2009) et qui reprend les distances moyennes de dispersion (ACEMAV 2003, Nöllert & Nöllert 2003), soit 100m autour du site de reproduction pour le Crapaud accoucheur. Les habitats qui ont été intégrés à ce rayon sont la frange de boisement avec de petites anciennes carrières, les jardins privatifs et les prés avec des mares ainsi qu'un petit tronçon de la Birsig. Le site est en cohérence avec le périmètre de la ZSC.