Logos SINP

ZNIEFF 420030313
Forêts et prairies thermophiles des versants Sud du Schlosswald, du Blauenberg et du Naegeleberg à Kiffis

(n° régional : 1685296)

Commentaires généraux
<p>Les versants exposés au Sud du massif préjurassien d'orientation Est-Ouest du Blauenberg et du Naegeliberg, au Nord de Kiffis, ainsi que le Schlosswald à l'Ouest et les prés du Saalhof à l'est, sont composés de calcaires et de marnes de l'Oxfordien. Cet ancien vignoble est aujourd'hui essentiellement coiffé d'un couvert forestier ponctué de quelques prairies. L'ensemble forme un paysage caractéristique de la région naturelle du Jura alsacien. Les versants thermophiles accueillent une flore et une faune diversifiée et originale. Les versants très pentus sont composés de forêt thermophiles et de pelouses xérothermophiles avec affleurements rocheux, favorables à de nombreuses espèces typiques, notamment des Orchidées. Les prairies thermophiles, comme celle située sous le Blochmont à l'ouest et les prés qui surplombent la ferme du Saalhof à l'est, sont le plus souvent d'anciens pâturages recolonisés par la dynamique forestière avec des bosquets de ligneux comme Juniperus communis, Rosa canina, Prunus mahaleb, Prunus spinosa, Crataegus monogyna, etc. Ces milieux particuliers étaient exploités par une grande diversité de rhopalocères (Feltdrauer, 1989) avec d'anciennes stations d'Euphydryas aurinia et d'Iphiclides podalirius, 2 espèces remarquables aujourd'hui considérées comme disparues du Sundgau et du Jura alsacien. L'intérêt entomologique actuel serait à préciser, notamment en recherchant des espèces comme Hipparchia semele ou Maculinea rebeli, en lien avec la découverte récente d'une station de la très rare et remarquable Gentiane croisette. Cette mosaïque paysagère est à l'origine de l'intérêt écologique du versant, tant pour la flore, l'avifaune que l'entomofaune (Decticus verrucivorus).</p><p>La ZNIEFF 2 de première génération (Blauenberg et Nageleberg) indiquait en outre, en 1985, un grand intérêt avifaunisique avec des oiseaux liés aux mosaïques d'habitats ouverts et semi-ouverts thermophiles (Alouette lulu, Pie-grièche écorcheur, Bruant zizi, Bécasse des bois) et des oiseaux davantage liés aux milieux forestiers : Chouette effraie, Hibou moyen-duc et Grand tétras, espèce aujourd'hui disparue du Jura alsacien. L'intérêt ornithologique serait donc à confirmer aujourd'hui, les données d'espèces déterminantes actuelles étant essentiellement floristiques. </p><p>Le versant présente également un intérêt écologique: c'est un axe de déplacement est-ouest (crête, versant) et les clairières constituent des éléments de corridors ponctuels de milieux ouverts thermophiles qui permettent des échanges de populations (métapopulation), notamment pour les insectes. Les menaces identifiées sur le versants sont essentiellement liés à la fermeture des habitats ouverts par abandon du pâturage ou au contraire impactés par des pratiques agricoles plus intensives  (pâturage plus dense avec surpiétinnement, voire apport d'engrais et semis ou encore brûlis), comme ce qui est observé sur le pré du Saalhof à l'est de la ferme, dont l'intéêt écologique a fortement régressé suite à la modification des pratiques agricoles. </p><p>> ZNIEFF de première génération décrites en 1985 par SCHORTANNER M., ATELIER D'ECOLOGIE RURALE ET URBAINE (A.F.R.P.N.): 65610045 - PRAIRIE A SPIRANTHES AUTOMNALIS (AU DESSUS DU SAALHOF) /SOUS LE NAEGEHEBERG/ et  65620060 - PRAIRIES THERMOPHILES SOUS LE BLOCHMONT</p><p></p>
Commentaires sur la délimitation
<p>Le versant sud avec ses forêts et prairies thermophiles a été délimité suivant la topographie, en suivant la crête au nord, le chemin au sud, et en s'arrêtant à l'ouest au niveau du cours d'eau qui rejoint la Lucelle. L'ensemble reprend plusieurs zonages d'anciennes ZNIEFF de première génération et recréée un continuum plus cohérent en reliant des milieux similaires et en s'appuyant sur la fonctionnalité est-ouest du site.</p>