Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 420030400
Collines calcaires du Hungersberg, du Mittelpinn et du Schiebenberg à Dinsheim-sur-Bruche

(n° régional : 1677034)

Commentaires généraux

Cette ZNIEFF I s’inscrit dans le contexte des collines calcaires du champ de fractures d’Obernai-Saverne et se trouve incluse dans la ZNIEFF II « Paysage de collines et grands ensembles de vergers de Saverne à Obernai ». Elle englobe un ensemble de pelouses relictuelles, des parcelles de vergers plus ou moins anciens et de friches arbustives, à des altitudes comprises entre 250 et 320 m. Située sur des calcaires du Muschelkalk, elle abrite une flore calcicole et thermophile. Des pelouses se développent et se maintiennent surtout sur les sommets.

Parmi les plantes qui indiquent l’intérêt de ces pelouses et de leurs ourlets thermophiles il y a par exemple le très rare Pigamon des rochers (Thalictrum minus subsp. saxatile), deux Germandrées (Teucrium botrys et Teucrium chamaedrys) et leur Orobanche parasite (Orobanche teucrii), huit espèces remarquables d’orchidées ou encore la Pulsatile commune (Pulsatila vulgaris). Citons encore deux Gentianacées rares : la Gentiane ciliée (Gentianella ciliata) et la Gentiane croisette (Gentiana cruciata). Cette dernière est la plante-hôte d’un papillon excessivement rare en Alsace: l’Azuré de la croisette (Maculinea alcon rebeli) qui trouve ici une de ses uniques stations alsaciennes. Un autre groupe de plantes remarquables dépend des cultures, avec notamment des messicoles des champs de blé comme le Pied d'alouette royal (Consolida regalis), le Brome faux-seigle (Bromus secalinus), le Silène noctiflore (Silene noctiflora), l’Epiaire annuelle (Stachys annua), des plantes des terrains sableux : la Minuartie à fleurs lâches (Minuartia hybrida), l’Euphorbe fluette (Euphorbia exigua) et de divers plantes d’autres milieux plus ou moins liés aux cultures extensives ou abandonnées, aux bords de chemin, etc.

La strate arbustive des nombreuses haies et autres structures buissonnantes accueille le Rosier des haies (Rosa agrestis) et des Lépidoptères de la famille des Thècles : le Thècle du Bouleau (Thecla betulae) et le Thècle de l'amarel (Satyrium acaciae).

Les Lépidoptères sont relativement bien connus grâce aux inventaires menés par le Conservatoire des Sites Alsaciens qui mentionnent de nombreuses espèces remarquables, notamment l’Argus frêle (Cupido minimus), le Fluoré (Colias alfacariensis), la Mélitée des digitales (Melitaea aurelia) et un beau cortège de Zygénidés (Zygaena carniolica, Z. ephialtes, Z. loti, Z. viciae).

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre est conçu pour englober un ensemble cohérent d’espèces remarquables, défini par une certaine homogénéité de leurs exigences écologiques, notamment dans ce cas par leur préférence pour les milieux calcaires chauds, secs et ensoleillés typiques des collines.

La ZNIEFF est dessinée à partir des données disponibles concernant ce groupe d’espèces, sur un pas de temps déterminé (2001-2012), des connaissances bibliographiques concernant leurs exigences vitales (qualitativement et en termes de surfaces) et à partir des connaissances des habitats biologiques en présence. La ZNIEFF est donc centrée sur le sommet de la colline, qui concentre les pelouses.

Les contours de la ZNIEFF suivent des limites géographiques repérables sur le terrain :

au nord : des limites parcellaires et la limite avec les premiers labours;

à l’est : des limites parcellaires et la limite des grands ensembles de vergers-bosquets;

à l’ouest : un chemin et une lisière forestière;

au sud : la limite entre la pelouse et les vergers.