Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430002197
VALLEE DE L'AIN ENTRE MARIGNY ET CHATILLON

(n° régional : 46484006)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

La Combe d'Ain constitue au sein du massif jurassien une région naturelle particulièrement diversifiée et composée de deux entités majeures. La première est représentée par la vallée de l'Ain, qui traverse de l'amont vers l'aval selon une orientation nord-sud des paysages au relief calcaire tourmenté, marqués par une influence méridionale croissante. L'autre composante correspond à la région des lacs, dont l'origine glaciaire a permis le développement de grandes plaines souvent marécageuses. Des plis accentués aux pentes boisées marquent également ce paysage auquel s'ajoutent de hautes falaises et des barres rocheuses. Au cœur de cette région naturelle, la Vallée de l'Ain entre Marigny et Châtillon constitue un vaste ensemble reposant sur un substrat marno-calcaire pour les coteaux et sur des dépôts alluvionnaires aux abords de l'Ain.

 

Cette zone présente tout d'abord une qualité paysagère tout à fait remarquable et représentative de la Combe d'Ain. L'Ain, héberge sur ce secteur un cortège piscicole beaucoup plus abondant que les têtes de bassin situées un peu plus en amont. On y rencontre des espèces d'eau froide et bien oxygénée comme la truite fario, le chabot, le vairon ou la loche franche mais aussi des espèces d'eau dormante à forte productivité telle que le brochet. La dynamique de la rivière favorise les mécanismes d'érosion - sédimentation si bien qu'elle serpente entre berges érodées et grèves. Lorsque ces dernières ne sont plus soumises à des perturbations trop violentes, une végétation de bord de rivière s'installe et évolue vers des stades forestiers de types saulaie, aulnaie-frênaie ou bois marécageux à aulne, saule et piment royal.

 

De part et d'autre de cette rivière, de longs coteaux aux ruptures de pente soulignées par des réseaux de haies sont encore entretenus pour l'essentiel grâce au pâturage. Il s'agit souvent de pâturages mésophiles ou plus localement de prairies à molinie installées sur des matériaux marno-calcaires et de pelouses sèches. Ces derniers milieux sont d'une manière générale très intéressants dans la région. Ils se forment sur des stations à degré nutritionnel plutôt faible et sur des sols généralement superficiels. La diversité d'espèces est souvent assez remarquable car il s'agit de zones refuges pour une flore adaptée à des conditions rigoureuses (sécheresse chronique, toxicité du calcium, instabilité du substrat…) ne supportant aucune fertilisation. D'autre part, la structure en mosaïque de certaines pelouses est particulièrement favorable à de nombreuses espèces animales. Parmi elles, il faut signaler la nidification d'espèces protégées devenues rares comme les pie grièche grise et écorcheur, milan royal, torcol fourmilier, alouette lulu... pour les oiseaux mais également du lézard vert pour les reptiles. La diversité de milieux de cette zone est à l'origine d'une grande richesse botanique, parmi lesquelles six plantes protégées sont recensées dont une au niveau national. On signalera le thésium à feuilles de lin et la spiranthe d'automne, deux plantes typiques des pelouses calcicoles à tendance marneuse.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l'espace n'a été mise en place. En revanche, la présence de nombreuses espèces végétales et animales citées dans les arrêtés ministériels des 20.01.82, 22.06.92, 8.12.88, 17.04.81 et 19.11.07 assure la protection de cette zone puisque sont interdits tous actes de destruction à l'encontre de ces espèces et de leur biotope.

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

La Vallée de l'Ain entre Marigny et Châtillon est un ensemble remarquable encore concerné par des pratiques agricoles et pastorales. Toutefois, certains secteurs peu productifs ne sont plus entretenus et une dynamique d'enfrichement a débuté localement. Ils pourraient faire l'objet d'un débroussaillement respectueux de la diversité structurale pelouse-fruticée-haie et d'une remise en pâturage. D'autre part, il est important de veiller à limiter les amendements et les ensemencements des prairies comme cela est observé en périphérie.

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible