Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430002266
VALLON DE VALBOIS ET CORNICHE DE CHASSAGNE-SAINT-DENIS

(n° régional : 36087001)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Caractéristiques de la partie jurassienne de la Franche-Comté, les reculées sont des formations géologiques issues de l'érosion hydraulique des plateaux calcaires. Outre leur grand intérêt paysager, les reculées présentent une grande variété de conditions topographiques et climatiques qui favorisent l'expression de nombreux groupements végétaux et la présence d'une faune et d'une flore particulières sur un espace restreint.

 

Long de trois kilomètres, le vallon de Valbois en est un exemple remarquable, de son ouverture au nord-ouest sur le village de Cléron jusqu'à sa cascade au sud-est en bout de reculée. Ses versants abruptes surmontés de falaises, dominant le fond du vallon de 150 m, forment un ensemble naturel d'une qualité paysagère exceptionnelle.

 

En arrière des corniches de Chassagne-Saint-Denis, les sols assez profonds sont occupés par des prés plus ou moins secs et gras, parmi lesquels se distingue la pelouse mésoxérophile à laîche humble et brome dressé. Progressivement, elle entre en contact avec une autre pelouse d'intérêt communautaire, la pelouse thermoxérophile à laîche humble et anthyllide des montagnes avec son cortège d'espèces remarquables. Formant un liseré discontinu sur la corniche, ce gazon, écorché et animé de la floraison purpurine de la très rare anthyllide des montagnes, côtoie les communautés d'orpins et d'ails des affleurements rocheux, les buissons épars d'une fruticée thermophile montagnarde à amélanchier et nerprun des alpes et la maigre flore des parois calcaires ensoleillées. Collection d'espèces méditerranéo-montagnardes rares, ce dernier groupement défie la rudesse des conditions écologiques régnant dans de tels endroits. En contrebas, des cônes d'éboulis, issus du délitement des falaises, abrite une végétation adaptée à l'instabilité du substrat.

 

Très recouvrante dans le vallon de Valbois, la forêt se montre ici sous toutes ses formes. Les sols squelettiques des rebords de plateaux réunissent les groupements tolérant des conditions sévères de sécheresse, tels que la hêtraie à laîche et la chênaie pubescente. Sur les pentes, les facteurs déterminants sont la granulométrie du substrat et le degré de confinement. Les stations chaudes abritent des groupements thermocalcicoles tels que la tillaie à érable à feuilles d'obier sur les blocs instables et la hêtraie-chênaie sèche sur les pierriers fins. Les situations froides accueillent l'érablaie à scolopendre sur les éboulis chaotiques et la hêtraie à dentaire sur les pierriers enrichis en terre fine. Au fond du vallon, l'ambiance fraîche et humide favorise une érablaie-frênaie à très forte naturalité. La luxuriance du sous-bois dissimule une imbrication complexe de nombreux groupements herbacés hygrosciaphiles, tous plus originaux les uns que les autres. Toutes ces forêts sont d'intérêt communautaire et l'abandon ancien de l'exploitation sylvicole favorise la conservation de grandes quantités de bois mort recelant des communautés de mousses, de lichens, de champignons et d'insectes inféodés à cet habitat. Enfin, au niveau de la cascade, les écoulements carbonatés produisent des tufs remarquables et parviennent à créer de petits bas-marais à même la paroi.

 

A l'entrée de la reculée, l'agriculture diversifie encore les milieux du vallon. Pelouses mésophiles typiques, sèches ou marnicoles bordées d'ourlets à géranium offrent aux insectes, d'une variété et d'une richesse exceptionnelles, des habitats d'élection.

 

STATUT DE PROTECTION

Une réserve naturelle nationale protège réglementairement les milieux naturels de cette zone depuis le 26.10.1983. Par ailleurs, la présence de plusieurs espèces animales et végétales protégées assure indirectement la protection de cette zone puisque est interdit tout acte de destruction à l'encontre de ces espèces et de leur milieu.

 

OBJECTIFS DE PRÉSERVATION

L'application des mesures prévues par le plan de gestion de la réserve naturelle doit permettre de garantir la conservation du patrimoine biologique. Parmi les priorités figure l'entretien des milieux ouverts des corniches de Chassagne-Saint-Denis et la conservation des espèces menacées.

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible