Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430002297
TOURBIERE PRES LES ESSARTS

(n° régional : 41000017)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

 

 

 

Le val de Mouthe, dans le Haut-Jura plissé, s'étend selon un axe sud-ouest/nord-est, dans un environnement de forêts de conifères et de pâturages mésophiles. Il est limité au sud-est par l'anticlinal du Risoux sur lequel se développe la forêt du Noirmont. Ce synclinal, surcreusé par les glaciers du quaternaire, est rempli de dépôts imperméables. A environ 5 kilomètres en aval de la source du Doubs, une moraine terminale détermine la formation d'une zone humide assez vaste à quelques centaines de mètres au droit du cours d'eau : la tourbière " Près-les-Essarts " s'étend autour d'un petit étang, à proximité du village de Gellin et de la route D437, qui coupe la zone en partie.

 

 

 

Les tourbières sont des biotopes spécialisés qui engendrent des écosystèmes particuliers. Leur microclimat a permis le développement d'espèces boréo-arctiques (espèces des régions nordiques de l'Europe). Ce sont d'importants réservoirs hydriques et elles jouent un rôle régulateur dans la circulation complexe des eaux superficielles et souterraines de la région.

 

 

 

Dans le massif du Jura, en altitude, les facteurs climatiques sont propices à l'installation de tourbières (forte pluviométrie, basses températures et absence de périodes sèches de longue durée). A partir de cuvettes remplies d'eau, les tourbières se forment et évoluent lentement depuis environ 12 000 ans : colonisation de l'eau libre (tremblants), bas-marais alcalin, puis tourbière bombée (haut-marais acide), caractérisée par l'installation des coussins de sphaignes. Enfin, l'assèchement et l'installation des ligneux marquent le stade ultime. Le haut-marais colonise rarement tout le bas-marais alcalin, et comme dans le cas de Près-les-Essarts, la tourbière est dite " mixte " : elle présente différents stades et des formes de transition riches en espèces.

 

 

 

Ce secteur se compose de différents milieux naturels en mosaïque : une tourbière bombée active, des bas-marais, des mégaphorbiaies (formations hygrophiles de hautes herbes) et des prairies de fauche montagnardes. L'intérêt floristique est remarquable : parmi le cortège de plantes originales, inféodées aux conditions contraignantes des tourbières, sept espèces protégées sont recensées. Le rossolis à feuilles rondes, la laîche des bourbiers, l'andromède à feuilles de polium et une mousse, Cinclidium stygium, sont caractéristiques des haut-marais acides, alors que la grassette commune et la primevère farineuse préfèrent les milieux alcalins. Les fleurs de l'aconit napel et de la polémoine bleue colorent les mégaphorbiaies, tandis que l'oeillet superbe anime les prairies.

 

 

 

Les formations végétales riches en plantes à fleurs présentent un grand intérêt sur le plan entomologique. Leurs floraisons abondantes et réparties dans l'année sont favorables à l'alimentation de nombreux insectes floricoles, en particulier des papillons de jour pour lesquels quatre espèces patrimoniales se reproduisent.

 

 

 

 

 

STATUT DE PROTECTION

 

 

 

Aucune protection réglementaire de l'espace n'a été mise en place. En revanche, la présence d'espèces végétales protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés du 20/01/82, 22/06/92 et 06.05.07).

 

 

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

 

 

 

L'influence anthropique se manifeste dans les proches abords du site (route, urbanisation discontinue, fréquentation touristique dans le val de Mouthe).

 

Toutefois, le principal objectif de préservation consiste à conserver un bon fonctionnement hydrique de la tourbière. Ainsi, il convient d'éviter toute opération de drainage ou d'assainissement dans le secteur. Les apports d'engrais, provoquant un enrichissement en éléments nutritifs, sont déconseillés au sein de la zone et dans les prairies mésophiles environnantes. Dans le cas contraire, il s'ensuivrait un déséquilibre trophique préjudiciable à la flore et à la faune très spécialisées des tourbières.

 

 

 

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible