Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430002367
TOURBIERE DU SENNEPEY

(n° régional : 35000016)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le secteur de Saint-Barthélémy appartient à la dépression périvosgienne. Dans cette région, les paysages sont marqués par l'érosion intense que le socle plissé hercynien vosgien a subi au cours des temps quaternaires du fait de phénomènes glaciaires et périglaciaires particulièrement actifs. Le substratum est donc constitué de dépôts fluvio-glaciaires imperméables associés à des systèmes de moraines terminales. Ces caractéristiques géologiques, alliées à la géomorphologie (stagnation de l'eau dans un point bas), au climat froid et très humide et à la nature acide des eaux de ruissellement et des précipitations concourent à la formation de milieux tourbeux dans ce secteur.

 

Au sein de formations forestières et de cultures, le complexe tourbeux des Monthaureux associe une tourbière bombée active à un bas-marais acide fortement enfriché, avec des formes de transition et des mares permanentes à utriculaires. Dans ces milieux gorgés d'eau en permanence, les conditions sont contraignantes et très sélectives. Les sphaignes se développent sous forme de coussins : il se crée un système de buttes et de gouilles où les différentes espèces de sphaignes et les autres plantes se répartissent selon leurs exigences écologiques (notamment leur degré d'hygrophilie). Le haut des buttes est colonisé par la molinie et des bouleaux s'y installent de part en part. La tourbière des Monthaureux, d'un grand intérêt floristique, recèle des espèces strictement inféodées à ces habitats. Parmi celles-ci, les rossolis intermédiaire et à feuilles longues sont protégés en France. Pour leur part, le rhyncospore brun, l'écuelle d'eau et la gentiane pneumonanthe bénéficient d'un statut de protection régional.

 

Cette dernière espèce est la plante-hôte d'un papillon rare et protégé, l'azuré des mouillères. Sa particularité écologique est d'être lié pour son cycle à une espèce précise de fourmi (la larve hiverne dans la fourmilière). Ce site héberge la seule station connue en Haute-Saône. Autre papillon protégé, le nacré de la canneberge est très rare à cette altitude. Les gouilles tourbeuses abritent diverses espèces de libellules (au moins 9 espèces prioritaires) parmi lesquelles le sympétrum jaune dont la présence à cette altitude est exceptionnelle.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l'espace n'a été mise en place. En revanche, la présence d'espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés du 20/01/82, du 22/06/92 et du 23/04/07).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Les tourbières de Haute-Saône s'étendent sur moins de 250 hectares pour une centaine de sites. Ces réservoirs de biodiversité assurent également des fonctions de régulation hydrique (" rôle d'éponge ") et d'épuration des eaux de surface. Leur rareté et l'intérêt de cette zone rendent sa sauvegarde prioritaire.

L'état de conservation du site est actuellement défavorable tant par le processus naturel de fermeture du milieu qu'en raison de son exploitation ancienne comme décharge. Bien que son fonctionnement ait cessé en 1994, de nombreux dépôts restent encore visibles et influent négativement sur les eaux souterraines et la tourbière. Une étude a été réalisée pour dégager les solutions visant un moindre impact.

De plus, un lotissement a été construit juste en périphérie nord du site et une ligne électrique traverse la tourbière. Leur impact reste à définir ; la maîtrise des effluents domestiques est également un paramètre important à contrôler. De même, les apports d'engrais, provoquant un enrichissement en éléments nutritifs, sont déconseillés dans les prairies environnantes (une trentaine de mètres). Par ailleurs, les opérations de drainage et d'assainissement sont à éviter dans la zone et aux alentours.

La progression importante des ligneux constitue une menace pour la conservation du site, notamment pour la préservation de la population d'azuré des tourbières, inféodée au maintien de plages herbacées où pousse la gentiane pneumonanthe. La mise en place d'une gestion conservatoire est donc à envisager (débroussaillage, fauche).

 

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible