Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430007729
TOURBIERE DU PRÉ GAILLARD

(n° régional : 40034003)

Commentaires généraux

Description générale

 

Située sur la commune de Saint-Claude, au pied de la Forêt du Frênois, la tourbière du Pré gaillard occupe une combe peu marquée, la Combe de Tressus, à une altitude d’un peu moins de 1100 mètres. Orientée nord-est / sud-ouest, cette dépression est comblée par des dépôts morainiques d’origine glaciaire, datant du début du Quaternaire et constitue la source de plusieurs biefs qui confluent en aval pour donner le ruisseau de Grosdar. À cette altitude, dans le Haut-Jura, les conditions climatiques sont très rudes : hivers très froids et longs, moyenne annuelle des température basse, précipitations abondantes et notamment en hiver où la neige persiste au sol durant plusieurs mois, absence de périodes sèches de longue durée. Ces conditions géologiques et climatiques sont extrêmement favorables à l’installation de milieux naturels très originaux : les tourbières.

 

C’est le cas à la tourbière du Pré Gaillard où une belle mosaïque de milieux tourbeux et paratourbeux a colonisé le fond de la dépression glaciaire. Un bas-marais alcalin, représentant la première phase de la formation d’une tourbière, abrite une végétation typique de ces milieux, en forte régression depuis quelques années. Parmi les espèces qui en constituent le cortège floristique - linaigrettes à feuilles larges, des Alpes et engainée, pédiculaire des marais - certaines ont un intérêt patrimonial fort comme la grassette, plante protégée en Franche-Comté. Aux abords de ce bas-marais ou dans les gouilles qui l’animent, des coussins de sphaignes hébergent le rossolis à feuilles rondes, protégé au niveau national. Le bas-marais est également en très étroite mosaïque avec des prairies paratourbeuses, en forte régression dans le Haut-Jura, leur faible rendement agricole et leur utilisation traditionnelle n’ayant plus cours dans l’économie rurale actuelle. L’évolution naturelle du bas-marais est une tourbière haute, acidiphile, qui a pris ici la forme d’une lande dominée par la myrtille des marais et le scirpe cespiteux et qui accueille une belle population d’andromède, plante protégée en France. La dernière phase évolutive de cette tourbière est traduite par l’apparition d’une pessière sur tourbe.

Sur les franges de cet ensemble tourbeux, des communautés de plantes à grand développement, mégaphorbiaies et roselières, assurent la transition avec les autres prairies du site.

 

Ce très beau complexe de milieux tourbeux est également favorable à un grand nombre de papillons dont le solitaire, protégé en France et le moiré des luzules, potentiellement menacé en Franche-Comté.

 

Statut de protection

 

Ce site a été retenu comme site d’intérêt communautaire par la Directive Habitats qui assure une protection des milieux en même temps que des espèces. Par ailleurs, la présence d’espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux dites espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 20.01.1982 et 22.06.1992 pour les plantes ; arrêté du 23.04.2007 pour les insectes).

 

Objectifs de préservation

 

Peu d’activités menacent ce site, si ce n’est la présence d’un fossé de drainage traversant la tourbière dans son ensemble. L’agriculture est pratiquée de façon extensive sur la périphérie du site, un peu plus soutenue dans la partie sud du complexe tourbeux.

La préservation de la tourbière du Pré Gaillard passe par plusieurs actions comme le maintien d’une activité pastorale sur les prairies paratourbeuses, au sud du site, mais en adoptant une gestion extensive qui permettra de contenir l’évolution naturelle de ces prairies vers les formations boisées et donc d’assurer la pérennité de la tourbière aussi bien pour ses fonctions écologiques que pour son intérêt patrimonial. Le maintien de l’équilibre hydrodynamique de l’ensemble est étroitement lié à la neutralisation des drains et à l’abandon de tous travaux de creusement ou d’assainissement.

Commentaires sur la délimitation

Secteur englobant la tourbière sensus-stricto et les prés humides périphériques (mégaphorbiaies, roselières, moliniaies, cariçaies).