Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430007731
COTEAU DES GENEVRIERS

(n° régional : 40000028)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

En aval de Saint-Claude, le cours de la Bienne suit une direction générale est-ouest. La rivière recoupe donc perpendiculairement les structures plissées, orientées nord-sud dans ce secteur, en s’engageant dans des cluses. Ainsi, à Etables, le versant du Plan d’Arcier offre une belle coupe dans le mont de la forêt d’Avignon. Le village d’Avignon-lès-Saint-Claude se situe sur le flanc oriental de cet anticlinal, sur des terrains calcaires datés du Portlandien (Jurassique supérieur).

 

Le coteau des Genévriers, exposé à l’est, occupe la partie haute de la commune, au contact même de la forêt d’Avignon. Bien que sa superficie soit modeste, cette zone occupée par des pelouses en voie d’enfrichement revêt un intérêt remarquable sur le plan botanique.

 

Différents facteurs sont à l’origine de l’implantation de pelouses sur ce coteau : sols superficiels à squelettiques, relative pauvreté en éléments nutritifs, réserves en eau assez limitées, ensoleillement important. Les groupements rencontrés sont typiques de la région de Saint-Claude, notamment une pelouse mésophile qui couvre l’essentiel de la surface : dominée par les touffes de seslérie bleuâtre, elle reste assez ouverte, entrecoupée de plages nues. Cette formation à tendance marneuse présente des caractères intermédiaires entre deux alliances, l’une à seslérie bleuâtre, d’affinité montagnarde, et l’autre à lotier maritime, typique des pelouses marnicoles. Ce type de groupement, peu répandu dans la région, présente en général une richesse floristique exceptionnelle, à la fois en termes de diversité et d’abondance d’espèces rares et menacées. En effet, les conditions sévères (alternance de phases d’engorgement et de sécheresse au cours de l’année) entraînent la sélection de cortèges floristiques tout à fait originaux. C’est le cas sur cette zone, où deux plantes bénéficiant d’un statut de protection en France ou dans la région sont recensées. Localement, une pelouse xérophile à globulaires (ponctuée et à feuilles en cœur) apparaît en mosaïque, sur le sol superficiel des ressauts rocheux.

 

Cette zone est piquetée de broussailles dominées par le buis et le genévrier. La présence du cotonéaster à feuilles entières témoigne du caractère thermophile de cette fruticée. En effet, en l’absence d’entretien, l’évolution naturelle des pelouses tend vers la recolonisation progressive par la forêt, ce qui se traduit par la présence d’ourlets, de buissons et de faciès pré-forestiers. Le coteau est d’ailleurs en cours de boisement par diverses essences et des arbustes à tendance compétitive : pin sylvestre, épicéa, genévrier, buis, cotonéaster, etc.

 

STATUT DE PROTECTION

La zone est incluse dans le site Natura 2000 « Vallée de la Bienne, du Tacon et du Flumen ». En outre, la présence de plantes protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 20/01/82 et 22/06/92).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

D’une manière générale, les pelouses sèches sont des milieux semi-naturels menacés et en régression. Sur ce site, la principale menace est liée à l’enfrichement, ce qui risque à terme de remettre en cause la pérennité des stations d’espèces protégées : celles-ci ne supporteraient pas un ombrage important. D’autre part, cette zone située juste en limite d’un secteur urbanisé se trouve soumise à des menaces directes d’origine humaine : risque d’extension des aménagements, dépôt de matériaux en bordure du site.

 

Du fait des enjeux majeurs de conservation pesant sur cette zone, plusieurs mesures de gestion sont à préconiser :

limiter au maximum la fréquentation humaine ;

élaborer un programme de travaux d’entretien raisonné sur les secteurs envahis par le buis (actions ménagées, à réaliser en dehors de la période de végétation des espèces patrimoniales) ;

proscrire tout enrésinement du coteau ;

mettre en œuvre un suivi régulier des espèces patrimoniales ;

mettre un terme au dépôt de matériaux en bordure de pelouse.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible