Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430007768
FALAISE DU FAYS ET GROTTE DE GIGNY

(n° régional : 43489010)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Au sud du département du Jura, la région naturelle de la Petite Montagne se situe entre la plaine de Bresse et le cours de l’Ain. Ce territoire est ainsi dénommé d’après la fréquence des reliefs tourmentés. Tout à l’ouest de ce secteur, en limite du bois du Fays, la falaise du même nom domine une dépression occupée par les villages de Loisia et Gigny.

Ce site est occupé par une mosaïque d'écosystèmes ouverts à forestiers. Le substrat plutôt marneux est propice à l’installation d’une association de pelouse à blackstonie perfoliée et brome dressé, formation qui compte parmi les plus remarquables de Petite Montagne. Outre les caractéristiques mésologiques communes aux groupements de pelouse (sols superficiels à squelettiques, relative pauvreté en éléments nutritifs, ensoleillement important), les formes sur marnes sont soumises à des contraintes supplémentaires (fort contraste hydrique annuel, faible stabilité des sols constamment rajeunis par l’érosion, humus peu épais). Les conditions drastiques sélectionnent un cortège floristique original, comprenant en particulier l'ail à tête ronde et la digitale à grandes fleurs. Ces milieux ouverts sont parsemés de fourrés à genévriers et à buis. Une chênaie-charmaie neutrophile et calcicole s’étend sur le plateau. Enfin, les parois rocheuses hébergent une végétation clairsemée extrêmement spécialisée ; en contrebas, les éboulis sont colonisés par une formation forestière particulière, la tiliaie-érablaie.

La présence du faucon pèlerin, nichant dans les anfractuosités de la falaise du Fays, confère à ce site un intérêt faunistique majeur. Les parois escarpées constituent en effet le biotope de prédilection de ce rapace emblématique qui a failli disparaître en France. De plus, le crapaud sonneur à ventre jaune se reproduit dans cette zone.

Enfin, l’existence d’une grotte fréquentée par dix espèces de chauves-souris rehausse la qualité du site. Avec 28 taxons sur 33 dénombrés au plan national, la Franche-Comté, située au carrefour de différents climats, est l’une des régions les plus riches de France pour ce groupe de mammifères. La grotte de Gigny abrite 300 minioptères de Schreibers et 10 petits rhinolophes en hibernation. De plus, en relation directe avec celle de la Balme d'Epy, cette grotte sert de lieu de transit à 3000 minioptères. Cette espèce exclusivement cavernicole compte environ 20000 individus en Franche-Comté (soit 15 % de l'effectif national). D'une année sur l'autre, la quinzaine de gîtes majeurs est identique et le biorythme reste analogue. Cependant, cette population peut subir des variations interannuelles en raison du dérangement important (la grotte est indiquée depuis le belvédère, ce qui conduit à une fréquentation parfois excessive).

Cette cavité présente également un intérêt archéologique : la séquence stratigraphique de ce site préhistorique sert de référence pour le Quaternaire régional.

 

STATUT DE PROTECTION

Cette zone est incluse dans le réseau Natura 2000 « Petite Montagne du Jura » et la grotte fait partie du « Réseau de cavités à minioptères de Schreibers en Franche-Comté ». En outre, la présence d’espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 23/04/07 et 19/11/07).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Compte tenu de l’extrême sensibilité des chauves-souris au dérangement, il est urgent d’équiper la grotte de Gigny d’un système de fermeture adapté.

D’une manière générale, les pelouses sont des milieux semi-naturels en régression. En l’absence d’intervention, la dynamique naturelle conduit à une recolonisation par les ligneux. Pour contrer cette menace active sur le site, suite à l’abandon des pratiques agro-pastorales, des mesures de gestion volontaristes seraient à encourager (par le biais d’incitations agri-environnementales, par exemple). Par ailleurs, les plantations sont à éviter impérativement : ce contexte étant inapproprié, elles sont vouées à l’échec.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible