Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430007771
LA COTE D'ARMAND ET LA ROCHE DE NARMONT

(n° régional : 43489005)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Au sud du département du Jura, la région naturelle de la Petite Montagne se situe entre la plaine de Bresse et le cours de l’Ain. Ce territoire est ainsi dénommé d’après la fréquence des reliefs tourmentés. La structure géologique est constituée de trois faisceaux associés à deux étroites bandes de plateaux, ce qui se traduit par une alternance de crêtes et de dépressions orientées globalement nord-sud.

Dominant Lains, la Côte d’Armand constitue un relief assez raide qui s’étire du nord au sud ; le périmètre se prolonge vers le sud jusqu’à la Roche de Narmont, caractérisée par une falaise intérieure côté ouest. L’ensemble revêt un bel attrait paysager. Cette côte est occupée par des pelouses ponctuées de genévriers, buis et cytises dans sa partie centrale et d’une forêt de type hêtraie-chênaie sur matériaux marneux à ses extrémités.

Divers facteurs sont favorables à l’expression de pelouses dans ce secteur : sols superficiels à squelettiques, relative pauvreté en éléments nutritifs, ensoleillement important. La nature marno-calcaire du sous-sol conditionne la venue d’une pelouse mésophile à blackstonie perfoliée et brome dressé. En Franche-Comté, ce groupement très original est localisé dans le Revermont et en Petite Montagne. Sur ce type de terrain, le fonctionnement se caractérise en outre par une alternance de phases d’hydromorphie marquée et d’assèchement au cours de l’année. Ces conditions contraignantes entraînent la sélection d’un cortège de plantes typiques, comprenant de nombreux éléments thermophiles et d’affinité méditerranéenne, dont un est protégé au plan régional.

La structure hétérogène de cet ensemble est favorable à l’accueil d’un cortège faunistique diversifié (oiseaux, reptiles et insectes notamment).

Enfin, la présence du faucon pèlerin, nichant dans les anfractuosités des falaises de la Roche de Narmont, confère à ce site un intérêt faunistique majeur. Les parois escarpées constituent en effet le biotope de prédilection de ce rapace emblématique qui a failli disparaître en France.

 

STATUT DE PROTECTION

Cette zone est incluse dans le réseau Natura 2000 « Petite Montagne du Jura ». En outre, la présence d’espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 29/10/09 et 22/06/92).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

L’évolution de ces milieux semi-naturels en l’absence d’entretien se traduit par une recolonisation par la forêt. N’étant plus pâturées depuis plusieurs dizaines d’années, les pelouses de la Côte d’Armand sont menacées de fermeture totale à moyen terme : actuellement, bien qu’il soit variable selon les secteurs, le degré d’enfrichement est en général supérieur à 60 %. Afin d’assurer la pérennité de ces milieux, plusieurs mesures de gestion s’imposent : maintien des plages de pelouses encore ouvertes d’une part, restauration des secteurs enfrichés d’autre part. Lors des travaux, il convient de veiller à la conservation d’une structure complexe et hétérogène, intégrant pelouses, landes à buis, haies et boisements, celle-ci étant particulièrement propice à une richesse faunistique élevée. Par la suite, l’entretien du site pourra être assuré par le biais de conventions de gestion (mesures agri-environnementales, par exemple), afin d’assurer une continuité des pratiques agricoles extensives. Par ailleurs, la gestion forestière devrait avoir pour objectif de conserver la structure de la hêtraie tout en respectant la diversité des essences secondaires appartenant au cortège spontané.

Compte tenu de l’intérêt et des potentialités de cette zone, il conviendrait d’entreprendre des investigations complémentaires dans les différents groupes faunistiques.

Outre l’intérêt propre qu’elle présente, cette pelouse fait partie intégrante d’un réseau écologique favorable à des échanges entre populations d’espèces calcicoles et thermophiles à l’échelle de la Petite Montagne.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible