Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430007773
FALAISE AU BARRAGE DE VOUGLANS

(n° régional : 04890012)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Entre la plaine de Bresse et la vallée de l’Ain, la région naturelle de la Petite Montagne est caractérisée par un relief tourmenté correspondant à une succession de crêtes orientées généralement nord-sud. A l’est de ce secteur, le plateau de Lect et des Joux Noires constitue une vaste unité structurale où des faciès du Jurassique supérieur affleurent. A ce niveau, la vallée de l’Ain est encaissée : le cours d’eau y a entaillé les terrains calcaires d’âge Portlandien tout en façonnant de nombreux escarpements rocheux. A Menouille, un barrage hydro-électrique ferme la vallée.

La zone englobe la falaise dominant la route D 60 et s’étend vers l’ouest jusqu’à la pelouse au Béry, située en contrebas du Rocher Sainte-Barbe. En aval du barrage, la paroi calcaire, constituée de barres rocheuses suintantes alternant avec de petits ressauts humides ou secs, a conservé une certaine naturalité. Ces replats abritent des groupements végétaux particuliers et très contrastés : bas-marais alcalins à choin noir et pelouses sèches en cours de colonisation par les ligneux (fourrés de buis notamment). Sur ce site, la grotte de la Caborde est bien connue des spéléologues en raison de son extension importante.

Selon la nature du substrat, les pelouses au Béry relèvent d’associations mésophiles à sainfoin, ou alors à blackstonie perfoliée sur substrat marneux. Les conditions contraignantes (sol peu profond, relative pauvreté en éléments nutritifs, fort ensoleillement, fluctuations hydriques marquées pour les formations sur marnes) sélectionnent un cortège typique, riche en éléments d’affinité méditerranéenne.

Si ces milieux diversifiés étroitement imbriqués justifient l’intérêt écologique du site, sa valeur est rehaussée par la présence du capillaire cheveu de Vénus, fougère protégée en Franche-Comté. En effet, cette espèce méditerranéenne est rarissime à cette latitude et n’est connue, à l'heure actuelle, que de deux stations franc-comtoises. Située ici très au nord de son aire de répartition, cette fougère délicate se trouve accrochée aux rochers suintants qui constituent son biotope habituel. Le reste de la flore témoigne également d'un caractère méridional accusé.

Pour la faune, il faut retenir la présence du lézard vert, pour lequel la Petite Montagne constitue l’un des bastions de répartition dans la région. Le cortège de papillons de jour, bien diversifié, comprend le damier de la succise (protégé en France, bien représenté dans les pelouses marnicoles), ainsi que le moiré franconien, l’azuré des coronilles, l’hespérie de la mauve et le fadet de la mélique. Ces espèces dont la répartition est localisée sont inféodées aux pelouses sèches.

STATUT DE PROTECTION

Cette zone est incluse dans le réseau Natura 2000 « Petite Montagne du Jura ». En outre, la présence d’espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 22/06/92, 23/04/07 et 19/11/07).

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Du fait de son inaccessibilité, ce site ne semble pas directement menacé. Il convient cependant de veiller au maintien son intégrité en interdisant les travaux d'aménagement, les extractions de matériaux ou les dépôts divers. La qualité des eaux circulant dans les niveaux calcaires est un paramètre important pour la pérennité de la station de capillaire cheveu de Vénus. Les systèmes karstiques sont en effet extrêmement vulnérables aux pollutions, du fait de l’absence de filtration des eaux dans la roche.

D’une manière générale, les pelouses sont marquées par un abandon des pratiques pastorales ; le pâturage encore pratiqué au Béry est essentiel pour limiter la dynamique naturelle d’enfrichement et conserver des milieux ouverts. Outre l’intérêt propre qu’elle présente, cette pelouse fait partie intégrante d’un réseau écologique favorable à des échanges entre populations d’espèces calcicoles et thermophiles ; à ce titre, il est important de maintenir des connexions entre habitats similaires.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible