Logos SINP

ZNIEFF 430007775
GROTTE DE GRAVELLE

(n° régional : 34000006)

Commentaires généraux

Région karstique par excellence, la Franche-Comté est très riche en habitats souterrains. Qu'ils soient grottes naturelles, anciennes mines ou zones de fissure du karst, les habitats souterrains présentent des caractéristiques semblables : obscurité d'où l'absence de photopériode, variations de température atténuées, hygrométrie proche de la saturation et disponibilité alimentaire limitée.

L'intérêt patrimonial des habitats souterrains réside surtout dans leur faune extrêmement originale et spécialisée. Le groupe zoologique le mieux connu est celui des chauves-souris pour lequel 28 espèces sont dénombrées en Franche-Comté la plaçant ainsi parmi les régions les plus riches de France (33 espèces). Cette richesse s'explique par la situation de notre région placée à la confluence de différents climats (continental, océanique et méditerranéen). Toutes les espèces ne sont pas cavernicoles, mais un certain nombre passent une partie ou la totalité de leur cycle biologique sous terre : hibernation, reproduction ou transit. Pour plusieurs d'entre elles, la période estivale, correspondant à la mise bas des femelles, se déroule dans des sites artificiels (bâti) ou arboricoles (décollements d'écorce, trous de pics).

Les terrains de chasse changent régulièrement au cours de l'année en fonction des concentrations d'insectes et ce sont les biotopes de transition qui assurent les meilleurs garde-manger : haies, cours d'eau, zones humides, lisières forestières et forêts. Il s'ensuit généralement des changements de sites, constants et étroitement liés au rythme biologique. Les distances entre ces gîtes sont variables : de 200 kilomètres pour le minioptère de Schreibers, elles n'excèdent pas 5 à 10 kilomètres pour le petit rhinolophe. Une fidélité aux gîtes d'hiver et de mise bas est généralement constatée pour plusieurs espèces.

La grotte de Gravelle se situe dans une forêt de reconstitution du type hêtraie neutrophile ; à l'entrée, les rochers montrent quelques plantes caractéristiques des falaises calcaires. La grotte est constituée par un réseau fossile d'une longueur totale de 120 mètres et d'une hauteur de voûte de 10 mètres à l'entrée. Dans cette grotte, se retrouvent environ 450 individus en période estivale (400 grands et petits murins, 20 minioptères). Ces espèces chassent sur les pelouses maigres de Mancy et de Vaux-sous-Bornay qu'il convient de préserver. Dans les années 1950-1960, cette colonie mixte de mise bas se composait de 2000 à 2500 minioptères. L'intérêt de la grotte de Gravelle est national (indice chiroptérologique de 80).

Le minioptère de Schreibers est une chauve-souris exclusivement cavernicole. Sa population compte environ 20 000 individus en Franche-Comté (soit 15% de l'effectif national). Pour accomplir son cycle annuel de reproduction, cette population a besoin de sites estivaux de mise bas, de transit et d'hibernation. D'une année sur l'autre, la quinzaine de gîtes majeurs est identique et leur biorythme reste analogue. Ce cycle s'organise à partir de la principale cavité d'hibernation pour l'est de la France, la grotte de la Baume Noire à Fretigney-Velloreille où hibernent 15 à 20000 individus (une des plus importantes cavités de France pour cette espèce).

 

STATUT DE PROTECTION

La grotte de Gravelle bénéficie d'un classement en réserve naturelle (décret du 15/12/1992) et figure dans le réseau Natura 2000. L'arrêté ministériel du 23 avril 2007 assure une protection stricte des espèces et interdit la destruction ou l'altération des sites de reproduction ou des aires de repos.

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

En complément de la protection réglementaire, un périmètre grillagé a été installé, en 1993, autour de la grotte de Gravelle afin de :

- assurer la préservation durable de son intégrité,

- garantir la tranquillité des chauves-souris en faisant obstacle à la fréquentation humaine et en leur maintenant des conditions d'accessibilité optimales.

Des opérations de gestion des territoires de chasse voisins sont programmées de même que la protection des autres gîtes régionaux majeurs. Enfin, outre la surveillance de la cavité, un suivi de l'évolution des populations de chauves-souris est organisé afin de mesurer l'efficacité des dispositions mises en œuvre.

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible