Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430007813
VALLEE DU DESSOUBRE ET SES FALAISES ATTENANTES

(n° régional : 38227000)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

A l'est du département du Doubs, la vallée du Dessoubre sépare nettement le plateau de Pierrefontaine-lès-Varans / Belleherbe au nord, de celui de Maîche / Le Russey au sud. Cet affluent du Doubs, d'une longueur de 33 kilomètres, s'écoule au fond d'une reculée étroite, selon une orientation sud-ouest / nord-est, de sa source au sein du spectaculaire Cirque de Consolation jusqu'à Saint-Hippolyte.

Cette vallée incisée dans un plateau plus ou moins tabulaire se caractérise par des versants abrupts et réguliers. Les falaises issues de l'érosion des calcaires durs du Séquanien et du Rauracien, qui contribuent à l'identité du site, surplombent une partie basse ennoyée de cailloux et d'argiles. Deux sous-ensembles paysagers se distinguent :

- un canyon aux versants forestiers s'étend de la source jusqu'à Rosureux. Les milieux ouverts sont limités à une bande étroite en fond de vallée ;

- en aval, le fond de vallée, très encaissé et boisé, s'ouvre à mi-pente sur un niveau de replats marneux généralement occupés par des prairies.

La forte pente de ce cours d'eau de tête de bassin lui confère un caractère torrentiel. Depuis sa source et tout au long de son cours, cette rivière très abondante est alimentée par de nombreuses résurgences karstiques.

Les boisements sont majoritaires sur ce site. Le gradient altitudinal et l'opposition de versants conduisent à des situations contrastées (en termes d'exposition, de topographie, de confinement, de nature et de granulométrie du substrat), ce qui permet l'expression d'une grande variété de groupements : hêtraies-chênaies collinéennes neutroclines à acidiclines, hêtraies ou hêtraies-sapinières montagnardes thermophiles à hygrosciaphiles, érablaies et tiliaies à érables des pentes fortes, chênaies pédonculées en bas de versant, et enfin frênaie-érablaie alluviale résiduelle.

Les espaces ouverts sont surtout représentés par des pâtures et prairies de fauche. Toutefois, certains habitats, bien que restreints en superficie, revêtent une forte valeur patrimoniale : pelouses sèches à très sèches des versants bien exposés et des corniches, éboulis, falaises, mais également sources et édifices tufeux (accompagnés d'associations de mousses remarquables).

La richesse floristique est élevée : 12 plantes protégées en France ou dans la région ont été recensées, la plupart dans les habitats très secs ou alors forestiers très confinés. La faune se démarque également : papillons de jour liés aux pelouses sèches, hôtes des massifs forestiers à tendance montagnarde (gélinotte des bois, lynx boréal), oiseaux rupestres (faucon pèlerin, grand duc). Enfin, les grottes et cavités accueillent six espèces de chauves-souris. Certains cours d'eau de tête de bassin ayant conservé une qualité optimale des eaux, comme le ruisseau de Vauclusotte, abritent l'écrevisse à pattes blanches.

Vingt ZNIEFF de type 1 sont incluses dans cette zone.

STATUT DE PROTECTION

Cette zone est incluse dans le site Natura 2000 « Vallées du Dessoubre, de la Reverotte et du Doubs ». Treize secteurs de falaises font l'objet d'Arrêtés Préfectoraux de Protection de Biotopes en vue de la protection des habitats d'oiseaux rupestres. Le ruisseau de Vauclusotte, quant à lui, bénéficie d'un APPB en vue de la protection des habitats de l'écrevisse à pattes blanches. Enfin, cinq sites (dont le Cirque de Consolation) sont inscrits au titre de la loi de 1930.

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Plusieurs types de menaces sont identifiées sur ce site :

- dégradation de la qualité des eaux du Dessoubre et des afférences (du fait de la vulnérabilité des réseaux karstiques vis-à-vis de pollutions parfois lointaines), étiages parfois sévères, cloisonnement du cours d'eau par de nombreux seuils ;

- impacts liés à la sylviculture intensive : enrésinement, coupes à blanc dans les pentes, dessertes, franchissements des cours d'eau. Il convient donc de promouvoir des pratiques respectueuses des essences spontanées et des habitats ;

- exploitation intensive de la plupart des prairies, entraînant une banalisation de la flore ; les secteurs les moins accessibles (pelouses sèches relictuelles) souffrent au contraire d'enfrichement.

A l'exception du Cirque de Consolation et des belvédères surplombant la vallée, la fréquentation touristique semble peu intense.

Enfin, les forts enjeux de conservation concernant les oiseaux rupestres et l'écrevisse à pattes blanches justifient l'instauration de mesures réglementaires.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible