Logos SINP

ZNIEFF 430009439
LES MONTS DE GY

(n° régional : 44158000)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Entre les vallées de la Saône et de l’Ognon, les Monts de Gy correspondent à la partie méridionale des plateaux centraux de Haute-Saône. Toute une série de replis et de vallons confèrent à ce secteur une géomorphologie assez mouvementée. Des failles dans le substrat calcaire et marno-calcaire du Jurassique moyen à supérieur en sont à l'origine. La nature géologique du sous-sol explique la présence de nombreuses formes karstiques tant superficielles que souterraines (dolines, vallées sèches, grottes, résurgences, etc.).

Le périmètre de cette zone est circonscrit au secteur de cette région naturelle où la forêt est prédominante. Les paysages y sont néanmoins diversifiés et incluent une mosaïque de pelouses sèches, friches, pâturages, cultures, vignes et vergers (aux alentours de Gy, en particulier). La répartition des habitats ouverts obéit à la topographie et aux terroirs agricoles.

Les groupements forestiers feuillus sont essentiellement représentés par des chênaies-charmaies collinéennes et des hêtraies à aspérule odorante. Localement, ils comprennent aussi des chênaies pubescentes (thermophiles), des hêtraies acidiphiles (sur un substrat décalcifié en surface) et des aulnaies-frênaies riveraines (le long des cours d'eau ou en fond de vallon). Du fait de leur extension, ces massifs boisés accueillent une faune intéressante : la gélinotte des bois, toutes les espèces de pics forestiers ainsi que le cerf élaphe.

Les milieux ouverts constituent néanmoins les habitats les plus remarquables. Les pelouses sèches calcicoles, en particulier, sont des formations herbacées rases installées sur les versants bien exposés ou sur les sommets, à la faveur de sols superficiels. Elles se distinguent par leur richesse en plantes d'affinité méditerranéenne, dont certaines sont rares. Au total, ce secteur compte six taxons protégés dans la région. Ces milieux ouverts à semi-ouverts ponctués de buissons accueillent une faune diversifiée, notamment parmi les oiseaux, les reptiles et les insectes (avec de riches cortèges de papillons de jour). Les vergers, les ourlets thermophiles, des prairies de fauche et des pelouses-ourlets acidiclines se démarquent également. Enfin, le vallon de Fontenelay recèle un bas-marais de pente, unique à l'échelle des Monts de Gy, qui revêt même un intérêt départemental. Par ailleurs, plusieurs grottes et bâtiments accueillent de belles populations de chauves-souris en période d'hivernage ou de mise-bas : au total, sept espèces sont recensées.

Les rivières et ruisseaux, relativement bien représentés malgré le contexte karstique, présentent une qualité des eaux satisfaisante ; ils abritent des peuplements d'invertébrés benthiques devenant rares car très sensibles à la pollution.

Quatorze ZNIEFF de type 1 sont incluses dans cette zone.

STATUT DE PROTECTION

La grotte-mine des Champs Tourneaux et les grottes de Beaumotte et de la Baume Noire font l'objet d'un Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope en vue de la protection des chiroptères. De plus, cette dernière est incluse dans le Réseau de cavités à Minioptères de Schreibers en Franche-Comté, au titre de Natura 2000. Enfin, le vallon de Fontenelay est classé en Réserve Naturelle Régionale.

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Suite à l'abandon du pâturage, l’évolution des pelouses sèches tend vers un enfrichement progressif et une avancée de la forêt, d'où une banalisation des habitats et des espèces. Cette menace étant particulièrement préoccupante, il est urgent de mettre en place un programme de restauration (travaux de débroussaillage sélectifs, complétés par un pâturage extensif), par le biais de conventions de gestion, par exemple.

D'autres préconisations sont tout aussi essentielles :

- préservation des milieux souterrains et des colonies de chiroptères ;

- conservation de la qualité des eaux des ruisseaux ;

- restauration des vergers de haute tige ;

- maintien de la vocation feuillue des peuplements forestiers (groupements de pente ou thermophiles, en particulier). La mise en place d'un réseau d'îlots vieillis au sein des massifs serait appropriée.

Ce site participe à un réseau écologique favorable à des échanges entre populations d'espèces calcicoles et thermophiles. La conservation du maillage de pelouses sèches à l’échelle du secteur revêt une grande importance pour le maintien de la richesse écologique globale.

Commentaires sur la délimitation

La Z.N.I.E.F.F. est limitée à la partie des Monts de Gy marquée par la dominance de la forêt. Quelques zones de cultures sont inclues. Pour des raisons pratiques, les routes et les chemins ont été utilisés pour limiter la Z.N.I.E.F.F. nous permettant d'intégrer des mosaïques de cultures, vergers, prairies, haies et bosquets parfois importants pour certaines espèces animales (échange entre ces milieux et les milieux de pelouses par exemple).