Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430009455
FORET DE COURTEFONTAINE

(n° régional : 14201002)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

 

Situé à l'est de Dole, entre le Doubs et la Loue, le massif de la forêt de Chaux est le deuxième ensemble forestier feuillu français par sa superficie (plus de 26 kilomètres de long sur 12 de large). Il occupe l'emplacement de l'ancien delta Aar-Doubs. Le sous-sol est composé de dépôts fluviatiles siliceux dénommés " cailloutis de la forêt de Chaux ". Toutefois, le rebord oriental du massif montre une zone calcaire très faillée (formant une charnière avec le faisceau de Quingey), percée de très nombreuses dolines apparemment organisées en chapelets le long des lignes de failles. Ces dépressions fermées plus ou moins circulaires sont typiques du relief karstique de surface. Leur formation est liée à l'infiltration de l'eau de ruissellement dans les minces fissures de la roche calcaire sous-jacente. L'agrandissement progressif de la fente finit par provoquer l'effondrement du terrain superficiel.

 

La végétation des dolines est particulièrement remarquable : en effet, divers faciès paysagers miniatures et très contrastés peuvent s'observer à l'échelle de ces dépressions. Les différentes conditions de topographie, d'exposition et de sol créent des micro-habitats à l'origine de la cohabitation de plusieurs types de groupements forestiers sur de petites surfaces. Le fond, plutôt acidicline, est occupé par des limons colluvionnés. Les flancs sont généralement dissymétriques, l'érosion se produisant de façon différentielle selon l'exposition. Le versant orienté au nord et au nord-est, assez abrupt, est garni d'éboulis stabilisés. Sa physionomie se rapproche de celle des forêts de ravin ombragées ; caractérisées par la scolopendre, elles sont ici enrichies en espèces telles que la scille à deux feuilles. Les côtés les mieux exposés, moins inclinés, sont occupés par la chênaie-charmaie calcicole.

 

Ces dolines abritent localement de fortes populations de nivéole de printemps (sur les parois éboulantes en exposition nord-est) et de jonquille. Autour et à l'intérieur de ces dépressions, on retrouve des espèces rares telles que l'isopyre faux-pigamon (fréquent et abondant sur le site) et l'anémone fausse-renoncule. Avec la nivéole, ce sont des espèces d'ombre et de sols frais, d'affinité montagnarde : leur présence, liée au micro-climat froid et au bilan hydrique favorable des versants et fonds de dolines, est assez exceptionnelle dans cette région de plaine. On trouve également des espèces d'affinité sub-méditerranéenne ou atlantique comme le fragon petit houx et le chêne chevelu, noté en abondance. Ce dernier présente ici ses stations les plus septentrionales, à distance du noyau de répartition spontané de l'extrême sud-est de la France.

 

La forêt de Courtefontaine, sur le plateau, est de type hêtraie-chênaie neutrophile à aspérule odorante. Elle se présente sous différents faciès, notamment une chênaie-charmaie d'altération entre les dolines (le traitement en taillis sous futaie favorise en effet les chênes et le charme). Plusieurs secteurs localisés sur substrat plus acide se rapprochent de la hêtraie-chênaie à pâturin de Chaix.

 

Parmi les espèces animales remarquables actuellement recensées figure le pic mar, nicheur dans les chênes avec un sous taillis de charme.

 

 

 

STATUT DE PROTECTION

 

Ce secteur est inclus dans le réseau Natura 2 000 " Forêt de Chaux ".

 

 

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

 

L'habitat présente un bon état de conservation. De part la configuration naturelle du terrain, les dolines ne paraissent pas menacées. Tout remblai ou dépôt devant évidemment être proscrit.

 

Afin de préserver la typicité des conditions stationnelles et du cortège floristique, la gestion sylvicole optimale devrait avoir pour objectif de conserver une futaie composée d'essences autochtones avec une bonne stratification (étagement de la végétation). Une présence significative de bois morts, de gros arbres, d'arbres creux ou sénescents contribuera à accroître la biodiversité. Les traitements les plus adaptés sont ceux de la futaie irrégulière par bouquets ou par parquets qui permettent de conserver un mélange d'essences avantageux et ainsi d'assurer à la fois une diversité et une stabilité au sein des peuplements.

 

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible