Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430009462
VALLEE DE LA CLAUGE

(n° régional : 14201009)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

A l'est de Dole, entre le Doubs et la Loue, le massif de la forêt de Chaux est le deuxième ensemble forestier feuillu français par sa superficie (plus de 26 km de long sur 12 km de large). Il occupe l'emplacement de l'ancien delta Aar-Doubs. Le sous-sol est constitué de dépôts fluviatiles siliceux dénommés " cailloutis de la forêt de Chaux ", cimentés dans une pâte argileuse et généralement surmontés de limons. Les caractéristiques du sol et du sous-sol conditionnent ainsi l'hydrologie souterraine et de surface.

La Clauge, l'un des principaux ruisseaux permanents de la forêt, prend sa source au bois du Baron et traverse le massif d'est en ouest. Alimentée essentiellement par des nappes perchées provenant des plateaux hydromorphes et par quelques sources permanentes (Fontaine Lecomte), elle est largement tributaire des précipitations. Son débit est donc irrégulier avec une large amplitude saisonnière.

Le lit majeur, étendu et complexe, comporte des méandres et des anastomoses, des bras vifs et des bras morts plus ou moins colmatés, un système étagé de banquettes alluviales et des zones marécageuses périphériques. En aval de la Vieille Loye, cette vallée inondable est une relique des cours d'eau non corrigés par l'Homme ce qui lui confère une valeur remarquable à l'échelle régionale et même nationale. Cette complexité morphologique sous-tend une diversité importante d'habitats forestiers imbriqués en mosaïque fine selon le régime hydrique et le micro-relief. Les forêts inondables résiduelles (aulnaies alluviales à fougères), en particulier, constituent des phytocénoses de composition et d'aspect tout à fait originaux pour la Franche-Comté. Les aulnaies marécageuses et les chênaies pédonculées (avec deux variantes typiques, l'une à tremble et à crin végétal et l'autre, ripicole, à groseillier rouge) contribuent à l'originalité du système. L'humidité atmosphérique favorise la présence d'espèces submontagnardes (phégoptéris à pinnules confluentes, pâturin de Chaix) ou subatlantiques (petite scutellaire), habituellement rares en plaine. Il faut souligner la présence exceptionnelle de Hyocomium armoricum, mousse des berges de ruisseaux d'affinité océanique, protégée dans la région.

Les caractéristiques de la Clauge (bassin versant et parcours forestiers, dynamisme préservé) en font un système aquatique riche. Ses eaux fraîches, limpides, un peu acides et faiblement minéralisées hébergent la vandoise, la truite fario et la lamproie de Planer (toutes protégées). Cette dernière, très abondante ici, revêt un intérêt européen, tout comme le toxostome et le chabot. Les communautés d'invertébrés, de composition remarquable, en lien avec le contexte exclusivement forestier du lit majeur, témoignent aussi de la qualité optimale des eaux.

 

STATUT DE PROTECTION

Ce secteur est inclus dans le réseau Natura 2 000 " Forêt de Chaux " et dans une Réserve Biologique Domaniale Dirigée. En outre, la présence d'espèces protégées confère indirectement un statut de protection aux milieux naturels et à la rivière en particulier : la législation interdit tout acte de destruction vis-à-vis des espèces et de leur milieu (arrêtés ministériels des 8/12/88 et 22/06/92).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

La gestion sylvicole devrait favoriser l'hétérogénéité de structure de l'écocomplexe et pérenniser les différents types d'aulnaie en assurant leur régénération. Cet objectif peut être réalisé en intervenant le moins possible sur ces boisements. Les essences exotiques et les peupleraies devront être éliminées au profit des espèces autochtones.

Ces ruisseaux constituent des écosystèmes remarquables de plus en plus rares. Sur le cours forestier de la Clauge, il convient de conserver la qualité actuelle des eaux et les caractéristiques morphologiques et dynamiques du cours d'eau qui constituent son originalité et dont dépendent la présence des espèces d'intérêt patrimonial. Il faut notamment prêter le maximum d'attention au ruisseau lors des travaux forestiers et le préserver de tout aménagement.

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible