Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430009474
FALAISES DU SURMONTANT

(n° régional : 40034017)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

 

Surplombant la Bienne de plusieurs centaines de mètres, le site du Surmontant fait face au Bois du Plan d'Acier. Ces deux versants forestiers dotés d'un superbe linéaire de falaises calcaires constituent un très bel ensemble paysager contrastant avec le fond de la vallée occupé par une vaste zone industrielle, marquant l'entrée sud-ouest de Saint-Claude.

 

 

 

Les milieux rocheux du Surmontant sont caractéristiques de la partie jurassienne de la Franche-Comté. Ils présentent un fort intérêt patrimonial en raison de leur nature primaire et de leur fonction de refuge pour de nombreuses espèces très spécialisées. L'ampleur des contrastes hydriques et thermiques et l'instabilité du substrat sélectionnent en effet les espèces les mieux adaptées à la rudesse des conditions écologiques de ces milieux, dont de nombreuses plantes méditerranéo-montagnardes.

 

 

 

La corniche est colonisée par une mosaïque de végétation rase. Les bancs de calcaire dur affleurants sont le domaine des groupements de dalles rocheuses, constitués d'espèces des milieux très secs. Ils abritent notamment des orpins, de petites plantes grasses, l'œillet des rochers et le fumana couché. Lorsqu'un sol squelettique est parvenu à se constituer, c'est la pelouse à genêt poilu et laser siler qui prend le dessus. Elle se présente comme un gazon à seslérie blanchâtre très coloré au moment de la floraison de fin de printemps, imbriqué localement avec une fruticée thermophile montagnarde à amélanchier et cotonéaster tomenteux. Les anfractuosités de la paroi verticale de la falaise sont investies par des plantes pionnières thermophiles. En contrebas, des cônes d'éboulis, issus du délitement de la paroi par gélifraction, permettent le développement d'une maigre flore adaptée à l'instabilité de ce substrat.

 

 

 

Plus globalement, la forêt est la formation la plus recouvrante sur les fortes pentes rocailleuses du Surmontant. Elle est représentée par la hêtraie à tilleul, un peuplement dominé par les deux essences qui lui ont donné son nom, auxquelles se joignent le frêne, l'érable sycomore, le sapin blanc et l'épicéa. Lorsque la strate herbacée n'est pas trop appauvrie par un envahissement par le buis, les éboulis frais sont garnis du cortège caractéristique d'espèces hygrosciaphiles comme la dentaire pennée, le polystic à aiguillons, l'actée en épi et la grande fétuque. Outre la fonction de protection assurée par cet habitat en fixant le sol, son rôle écologique de zone refuge mérite d'être signalé. L'inaccessibilité à la sylviculture des pentes les plus fortes favorise en effet la conservation d'arbres morts pour les invertébrés, chiroptères et oiseaux cavernicoles, et offre des zones de quiétude aux mammifères forestiers.

 

 

 

L'érosion de la falaise calcaire, productrice de nombreuses cavités naturelles et corniches, est favorable à la nidification du faucon pèlerin. La responsabilité du massif jurassien dans la conservation de ce rapace, menacé en France et en Europe, mérite d'être rappelée.

 

 

 

STATUT DE PROTECTION

 

La tranquillité du faucon pèlerin est assurée pendant la période de nidification par un arrêté préfectoral de protection de biotope depuis le 2 juin 1982.

 

 

 

OBJECTIFS DE PRÉSERVATION

 

Les principales mesures à suivre concernent l'absence de dérangements de l'avifaune en période de nidification. La pratique de l'escalade et du deltaplane sont interdites du 15 février au 15 juin. Les travaux d'équipement forestier sont interdits aux mêmes dates dans une zone de 200 m au pied des falaises et de 50 m au sommet. Par ailleurs, les faibles potentialités forestières de la hêtraie à tilleul en matière d'exploitation économique plaident en faveur d'une gestion jardinatoire ou pied à pied, voire même d'un abandon de l'exploitation et d'un classement en forêt de protection.

 

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible