Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430009480
FALAISES DOMINANT LE PETIT MACLU, GRAND MACLU AU PIC DE L'AIGLE

(n° régional : 41000030)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

A l'est du plateau du Frasnois, le relief est marqué par la présence d'une longue barre rocheuse calcaire orientée selon un axe nord-est/sud-ouest. La zone englobe les falaises surplombant les lacs du Petit et du Grand Maclu, de part et d'autre du Pic de l'Aigle. Cette situation dominante offre au visiteur un magnifique panorama et confère à ce site un intérêt paysager exceptionnel.

Ce vaste secteur est composé d'un ensemble de milieux ouverts et forestiers installés sur des sols très superficiels.

Les milieux ouverts, sur la partie sommitale, se déclinent selon l'épaisseur des sols en pelouses montagnardes sèches (mésophiles) ou très sèches (xérophiles), ces dernières apparaissant sur des sols squelettiques à discontinus. Ces milieux primaires et relictuels, d'intérêt européen, dominés par la seslérie bleue associée au laser siler, présentent une flore riche et diversifiée. Ils hébergent des espèces spécialisées, souvent rares, supportant ces conditions drastiques (sols pauvres et superficiels, sécheresse). L'un des éléments les plus remarquables est l'anthyllide des montagnes, d'affinité méditerranéo-montagnarde, protégé en Franche-Comté. L'évolution dynamique tend très progressivement vers un enfrichement. On observe ainsi des formations buissonnantes dominées par le nerprun des Alpes, le genévrier ou encore le buis dans les secteurs les plus arides.

Des groupements rupicoles remarquables, où l'athamante de Crête et l'épervière lisse prédominent souvent, colonisent les parois verticales calcaires. L'épervière à feuilles de scorsonère, protégée dans la région, s'y rencontre également. Cette plante inféodée aux à-pic calcaires bien exposés est uniquement localisée dans les massifs des Alpes et du Jura. L'érosion des parois verticales donne naissance à des éboulis grossiers où se développe une végétation spécialisée à rumex à écussons.

Parmi les groupements forestiers les plus remarquables, il faut signaler une hêtraie montagnarde de plateau et pente à seslérie bleue. Cet habitat de forêt claire s'exprime notamment sur les rebords de corniche et les hauts de versant dans des conditions où le bilan hydrique est particulièrement défavorable. Enfin, certains éboulis grossiers sont colonisés par une forêt d'épicéa remarquable dont la strate inférieure acidiphile est dominée par la myrtille.

La présence du faucon pèlerin, nichant dans les anfractuosités de ces falaises, confère à ce site un intérêt faunistique majeur. Les parois escarpées constituent en effet le biotope de prédilection de ce rapace emblématique qui a failli disparaître en France. De plus, les pelouses sèches montagnardes rocailleuses hébergent l'apollon, papillon protégé en France. Enfin, un ancien tunnel ferroviaire abandonné accueille en hibernation une colonie de barbastelles (une centaine d'individus) et en transit automnal (une vingtaine) (indice chiroptèrologique de 24).

 

 

STATUT DE PROTECTION

La zone est incluse en partie dans le site Natura 2000 " Complexe des cinq lacs de Narlay, Ilay, Grand Maclu, Petit Maclu et Vernois " et la falaise bénéficie d'un Arrêté préfectoral de protection de biotope en vue de la protection du faucon pèlerin. En outre, la présence d'espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 17/04/81, 22/06/92, 23/04/07 et 6/05/07).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Afin de garantir des conditions de tranquillité lors de la période de nidification, il convient d'éviter toute source de dérangement aux oiseaux rupestres. A cet effet, les pratiques de loisirs (escalade, delta-plane et vol libre) ainsi que les travaux d'équipement forestier et routier sont réglementés.

Par ailleurs, les principales dégradations constatées sur ce site sont liées à la fréquentation touristique : pour éviter un piétinement excessif au niveau du belvédère, et compte tenu de la sensibilité particulière des pelouses et de leur végétation caractéristique, des mesures de canalisation des visiteurs seraient à envisager.

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible