Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430010460
CARRIERE AU CHAMP BARBAUX

(n° régional : 31000038)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Au sud du faisceau des Avant-Monts, entre les vallées du Doubs et de l’Ognon, le village de Corcondray s’insère dans un environnement vallonné. Juste au nord de la localité, une ancienne carrière désaffectée entaille le niveau calcaire du Bajocien (Jurassique moyen). Le ruisseau de Pommeau s’écoule à proximité immédiate.

 

Le front de taille, plus ou moins irrégulier avec des éboulis en pied, est surmonté par une pelouse plus ou moins enfrichée et divers faciès minéraux (dalles affleurantes, laves, rocailles et éboulis). En contrebas, on trouve une mare en voie d’assèchement ; quelques flaques temporaires se forment également sur le carreau de l’ancienne carrière.

 

Cette mare peu profonde est envahie par la végétation (roselière, saules). Ce point d’eau, autrefois plus étendu, était connu pour l’abondance des grenouilles rousses. La juxtaposition de milieux humides et pierreux, associés à divers fourrés, est favorable à la petite faune. Ainsi, deux espèces d’amphibiens remarquables (alyte accoucheur et triton alpestre) sont recensées sur ce site ; il est probable que des prospections plus précoces en saison permettraient d’en contacter d’autres. L’alyte accoucheur se caractérise par des mœurs particulières : chez ce crapaud au comportement pionnier, le mâle transporte les œufs pendant toute la période d’incubation et ne rejoint le milieu aquatique qu’au moment de l’éclosion. En dehors de cette période, l’adulte, toujours terrestre, se cantonne à faible distance du point d’eau où se développent les têtards et trouve refuge dans les moindres anfractuosités. Ce site est également favorable aux reptiles.

 

Il faut souligner que l’intérêt des mares dépasse largement leur taille restreinte. Dans ces hydrosystèmes d’une grande complexité, les milieux terrestre et aquatique sont étroitement imbriqués. D’une manière générale, leur productivité est importante et leur potentiel biologique élevé. En particulier, leur intérêt est essentiel pour la conservation des amphibiens : dans ces lieux de reproduction privilégiés, la prédation des œufs et têtards par les poissons est limitée.

 

Au-dessus de la carrière, le milieu très minéral est colonisé par des groupements végétaux pionniers à orpins et thym serpolet et diverses mousses. Localement, des lambeaux de pelouse dominés par le brachypode penné apparaissent, et même quelques arbustes et des ronces. Enfin, sur le plateau, le sol superficiel est propice à l’installation d’une pelouse mésophile, plus ou moins enfrichée. Une partie de cette surface est entretenue par l’action des lapins de garenne et demeure très rase.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l’espace n’a été mise en place. En revanche, la présence d’espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêté ministériel du 29/11/07).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Les mares se caractérisent par une grande instabilité avec des successions rapides de peuplements et des particularités qui leur confèrent une grande fragilité. Victimes de la modernisation de l’agriculture, de l’urbanisation croissante, d’un certain désintérêt ou d’a priori négatifs, ces plans d’eau subissent de nombreuses atteintes et disparaissent, et avec eux de nombreuses espèces. Ces milieux étant le plus souvent d’origine humaine, des interventions régulières sont nécessaires pour rajeunir le milieu qui tend à s’envaser. Ici, il serait souhaitable de recreuser et d’agrandir la mare en voie de comblement, en imperméabilisant le fond avec de l’argile. Il serait également judicieux de prévoir un débroussaillage léger.

 

D’autres menaces actives sont à signaler : cet espace est utilisé comme décharge sauvage (les dépôts divers entraînent une dégradation des habitats et nuisent à l’aspect paysager). En outre, des remblais empiètent sur les milieux de pelouses ; or ces habitats sont d’autant plus intéressants qu’ils sont très peu représentés dans ce secteur géographique.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible