Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430010956
VALLEE DE LA BOURBEUSE

(n° régional : 47149003)

Commentaires généraux

Située au cœur du Territoire de Belfort, la Bourbeuse s'écoule du nord-est vers le sud-ouest et draine sur son passage les eaux des régions limitrophes, Vosges au nord et Sundgau au sud. La Bourbeuse naît de la confluence, en aval de Montreux-Château, de la Madeleine et la Saint-Nicolas. Elle se forme à 336 m d'altitude et rejoint l'Allaine, après un parcours de 8 km, pour former l'Allan en aval de Bourogne. Elle est longée sur sa rive gauche par le canal du Rhône au Rhin.

 

Au regard de la région, la Bourbeuse est l'une des dernières vallées de plaine qui soit encore préservée. Elle n'a pas subi de gros travaux de drainage et de recalibrage et reste bien vivante avec des débordements qui conservent le caractère humide de la vallée et de tous les habitats associés. L'agriculture traditionnelle, active dans ce secteur et la faible pression humaine ont permis le maintien d'une végétation naturelle conférant au site un intérêt floristique et faunistique remarquable. De plus, elle présente un site paysager exceptionnel, proche du Ried d'Alsace. La Bourbeuse est classée en rivière de deuxième catégorie ; elle est réputée pour sa grande richesse piscicole dont le brochet et la bouvière. La qualité de l'eau de la Bourbeuse est tributaire de la pollution de ses deux affluents : la Saint-Nicolas qui présente une qualité générale médiocre (classe 2) et la Madeleine qui présente une qualité moyenne (classe 1B) mais stable. La qualité de la Bourbeuse est médiocre de sa naissance jusqu'à Brebotte et s'améliore pour redevenir moyenne à l'aval.

 

De nombreux groupements végétaux remarquables caractérisent cette vallées et il faut retenir :

- la végétation aquatique enracinée de l'association à myriophille en épi et à nénuphar jaune, assez commune mais spectaculaire. Elle s'installe dans les méandres et les zones de courant calme montrant fréquemment une espèce protégée, le butome en ombelle,

- les prairies à jonc acutiflore développées sur des sols marécageux. Ce sont des prairies de fauche maigres d'aspect assez ras. Une espèce protégée, caractéristique de ces prairies humides, l'oenanthe à feuille de peucédan, est très régulièrement noté et l'orchis à fleurs lâches, indiqué par le passé, mériterait d'être confirmé,

- les formations arbustives ou arborescente hygrophiles : saulaies, aulnaies, aulnaies-frênaie,

- les formations à hautes herbes (mégaphorbiaie), roselières et cariçaies avec la présence de la nivéole d'été.

 

La faune contribue également à la valeur biologique du site. La vallée de la Bourbeuse est le seul lieu de nidification connu du courlis cendré et du vanneau huppé dans le Territoire de Belfort. Ces espèces sont accompagnées par un important cortège d'espèces nicheuses ou en halte migratoire, certaines menacées à l'échelle européenne. Pour les insectes, il faut signaler la présence de plusieurs stations de cuivré des marais et de damier de la succise, deux papillons protégés en France.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l'espace n'a été mise en place. En revanche, la présence de trois plantes deux insectes et trois poissons cités dans les arrêtés ministériels des 20.01.82, 19.11.07 et 8.12.88 assurent indirectement la protection des zones humides puisque est interdit tout acte de destruction à l'encontre de ces espèces et de leur biotope.

 

OBJECTIFS DE PRÉSERVATION

A l'instigation du Conseil général du Territoire de Belfort, un important programme de préservation de cette vallée est conduit avec l'adoption de mesures agri-environnementales agricoles sur plus de 150 ha, l'acquisition d'une trentaine d'ha, la mise en oeuvre de conventions de gestion sur les terres non agricoles. Parmi les mesures à promouvoir, il conviendrait d'engager un programme de restauration des qualités physico-chimique et biologique des eaux de surface et phréatiques.

 

 

Commentaires sur la délimitation

ensemble cohésif des zones humides conservées dans le lit d'inondation de la Bourbeuse avec une limite amont et avale liée à la présence des espèces animales et végétales.²