Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430010966
PELOUSE SOUS LA VIGNETTE ET LA COMBE AUX LARONS

(n° régional : 46484016)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Au sein du massif jurassien, la Combe d'Ain constitue une région naturelle particulièrement diversifiée. Deux entités majeures peuvent être distinguées. La première est représentée par la vallée de l'Ain, qui traverse, selon une orientation nord-sud, des paysages au relief calcaire tourmenté, marqués par une influence méridionale croissante. L'autre composante correspond à la région des lacs, dont l'origine glaciaire a permis le développement de grandes plaines marécageuses. Des plis accentués aux pentes boisées marquent également ce paysage, auxquels s'ajoutent de hautes falaises et des barres rocheuses.
A Blye, en rive droite de l’Ain, des buttes témoins héritées des reliefs antérieurs se démarquent dans le paysage. Aux lieux-dits Sous la Vignette et la Combe aux Larrons, deux secteurs de pelouses occupent le flanc méridional de ces collines calcaires. Plusieurs facteurs conditionnent l’installation de ces groupements herbacés sur ce site : sols superficiels à squelettiques, relative pauvreté en éléments nutritifs, ensoleillement important. En outre, la nature marnicole des pentes conditionne la venue d'un type particulier de végétation, représenté par l’association à plantain serpentant et lotier maritime. En effet, les pelouses sur marnes sont soumises à des contrastes hydriques importants avec alternance de phases d’engorgement et de sécheresse au cours de l’année. De ce fait, les conditions contraignantes entraînent la sélection d’une flore diversifiée et originale, comprenant à la fois des espèces de pelouse et de bas-marais. La pelouse marnicole se trouve en contact avec une prairie à molinie, celle-ci apparaissant à la faveur de suintements plus réguliers. L’intérêt du site est rehaussé par la présence de la gentiane pneumonanthe, plante strictement inféodée aux bas-marais alcalins et prairies humides oligotrophes, protégée dans la région où elle est en forte régression. L’évolution de ces milieux tend vers une recolonisation par les ligneux, ce qui se traduit par la présence d’ourlets, de fourrés et de stades préforestiers. La pelouse de la Combe aux Larrons, notamment, se trouve déjà bien enfrichée. Par contre, le pâturage pratiqué sur l’autre zone permet de contenir en partie cette dynamique et le milieu y reste encore assez ouvert.
A ces habitats est associée une faune typique. En particulier, plusieurs oiseaux devenant rares apprécient ce type de paysage semi-ouvert ponctué de buissons : la pie-grièche grise (menacée d’extinction dans la région), le torcol fourmilier et l’alouette lulu.

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l’espace n’a été mise en place. En revanche, la présence d’espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 22/06/92 et 29/10/09).

OBJECTIFS DE PRESERVATION

D’une manière générale, ces milieux semi-naturels subissent une régression alarmante et deviennent relictuels. Souvent, comme c’est le cas sur ce site, les menaces sont liées à un enfrichement suite à la déprise agricole et à l’abandon du pâturage au profit de zones plus accessibles.
Afin de conserver l’intérêt écologique de cette zone, plusieurs mesures de gestion sont à préconiser :
- programmer des opérations de restauration des pelouses dans les secteurs les plus embroussaillés, tout en préservant la diversité structurale de l'ensemble ;
- poursuivre une gestion extensive des pelouses encore exploitées par l'agriculture, en évitant notamment toute fertilisation ;
- interdire toute extraction des matériaux sur ces secteurs et proscrire les plantations, qui conduisent à une dégradation quasi irréversible de ces milieux.

Outre l’intérêt propre qu’elles présentent, ces pelouses font partie intégrante d’un réseau favorable à des échanges entre populations d’espèces calcicoles et thermophiles à l’échelle de la Combe d’Ain et jouent à ce titre un rôle de corridor écologique (notamment pour les papillons).

Prospection 2018 :

L’analyse des photographies aériennes anciennes montre que la dynamique forestière est peu importante sur ce site.
Le spiranthe d’automne (Spiranthes spiralis) a disparu de la parcelle dans laquelle il avait été vu initialement, sauf au niveau d’un petit sursaut de terrain. Il est par contre régulièrement présent dans la parcelle voisine, bien que moyennement abondant. Au total, il occupe une surface importante.
La gentiane pneumonanthe (Gentiana pneumonanthe) est abondante dans la pelouse marnicole résiduelle de la Combe aux Larrons.
Elle est accompagnée du tétragonolobe (Lotus maritimus), de l’épipactis des marais (Epipactis palustris) et de la chlore perfoliée (Blackstonia perfoliata).La scorzonère humble (Scorzonera humilis) n’a pas été revue en 2018.
La parcelle sur laquelle avaient été observés le spiranthe d’automne ne présente plus du tout une physionomie de pelouse, mais de prairie pâturée eutrophe. Cette parcelle a été déclarée comme prairie temporaire en 2017.
Par contre, il semble qu’une partie des pins surplombant la moliniaie résiduelle située au sud de la route au niveau de la Combe aux Larrons aie au moins en partie été exploitée. Il serait intéressant de laisser cette partie ouverte.
Afin de préserevr ce milieu, il convient de :
- Poursuivre une gestion extensive des pelouses encore exploitées par l'agriculture, en évitant notamment toute fertilisation et toute transformation par labour et ressemis.
- Proscrire toute plantation d’arbres.
- Programmer des opérations de restauration des pelouses dans les secteurs les plus embroussaillés, tout en préservant la diversité structurale de l'ensemble.
Il serait intéressant de prévenir les propriétaires de la présence d’espèces végétales protégées et suivies.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible