Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430010968
CÔTE BRULÉE ET SOUS LA QUEILLE

(n° régional : 46000035)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Au sein du massif jurassien, la Combe d'Ain constitue une région naturelle particulièrement diversifiée. Deux entités majeures peuvent être distinguées. La première est représentée par la vallée de l'Ain, qui traverse, selon une orientation nord-sud, des paysages au relief calcaire tourmenté. L'autre composante correspond à la région des lacs, dont l'origine glaciaire a permis le développement de grandes plaines marécageuses. Des plis accentués aux pentes boisées marquent également ce paysage, auxquels s'ajoutent de hautes falaises et des barres rocheuses. Au cœur de cette région naturelle, à proximité du lac de Chalain, la zone de la Côte Brûlée et Sous la Queille est constituée de deux entités de pelouses enfrichées qui s’étendent à l’est du village de Marigny, en limite d’un massif forestier.

 

Sur ce site, la nature marnicole du substrat est à l’origine de l’installation de pelouses à tendance montagnarde relevant de l’association à plantain serpentant et lotier maritime. Divers facteurs conditionnent l’installation de ces formations herbacées dans ce secteur : sol superficiel à squelettique, relative pauvreté en éléments nutritifs, ensoleillement important. En outre, les groupements sur marne sont soumis à des contraintes supplémentaires (fort contraste hydrique au cours de l’année, faible stabilité des sols constamment rajeunis par l’érosion, humus peu épais). Les conditions extrêmes d'humidité ou de sécheresse induisent la cohabitation de plantes typiques des pelouses et des bas-marais. De ce fait, ces formations présentent un cortège floristique caractéristique, riche et diversifié.

 

L’évolution naturelle de ces milieux tend vers une recolonisation par les ligneux, ce qui se traduit par la présence de divers stades d’enfrichement : ourlets, fourrés et faciès préforestiers. Cette tendance est bien marquée sur ce site, où le taux d'enfrichement atteint 60 % voire 80 % par endroits. Un boisement clair de pins sylvestres occupe une partie du secteur ouest.

 

La structure en mosaïque de ces milieux est favorable à l’accueil de nombreuses espèces animales (insectes, reptiles, mammifères, oiseaux). Sur ce site, l’alternance de plages d'herbes plus ou moins hautes, de faciès buissonnants et de bois clairs favorise une diversité élevée. Ainsi, le cortège de papillons de jour se révèle très intéressant avec une vingtaine d'espèces recensées. L'une d'entre elles, la bacchante, est protégée en France et menacée sur l'ensemble de son aire de répartition. Cette espèce affectionne les zones de lisières, les bois clairs ou encore les prés-bois à strate herbacée développée. L’azuré de la croisette, lié à la présence de la gentiane croisette (plante-hôte des chenilles), n’est plus contacté qu'en haut de versant sur des poches encore ouvertes. Ce papillon, également protégé et très menacé, fait l’objet d’un plan régional de restauration. Sa situation est très peu favorable sur ce site.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l’espace n’a été mise en place. En revanche, la présence d’insectes protégés confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêté ministériel du 23/04/07).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

D’une manière générale, les pelouses sont des milieux semi-naturels relictuels et en régression, le plus souvent suite à une déprise agricole. C’est le cas sur cette zone, autrefois pâturée mais qui semble avoir été abandonnée depuis quelques années. Il s’ensuit une forte progression des buissons et un envahissement par les arbres. De ce fait, le maintien des populations de bacchante et d'azuré de la croisette est compromis, puisque ces papillons répugnent à exploiter les faciès ligneux trop denses. Il serait donc souhaitable de mettre en place une gestion appropriée afin de préserver l’intérêt écologique de cette zone : travaux préalables de réouverture sélective des secteurs les moins enfrichés, puis rétablissement de pratiques de pâturage extensif ou de fauche.

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible