Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430013664
CAMP DE CÉSAR ET COTEAUX

(n° régional : 44000039)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

La zone du Camp de César et des coteaux adjacents s'inscrit au sein d'un ensemble de collines calcaires d'âge jurassique (Bajocien) s'étendant aux environs de Vesoul. Le site présente une géomorphologie spectaculaire, ce qui lui confère un bel attrait paysager et donne lieu à une grande diversité de milieux. Le périmètre englobe les zones ouvertes à semi-ouvertes du plateau, ainsi que les coteaux à fortes pentes, incluant les vergers et les anciennes vignes. Le village et les pâtures, au bas des versants, sont exclus. Le plateau forme un promontoire offrant un point de vue remarquable sur les environs ; ce lieu attire de nombreux promeneurs. Du sud-ouest au nord-ouest, des falaises et escarpements dominent des coteaux à dominante boisée. A la base, une assise géologique du Toarcien (Jurassique inférieur) composée de marnes et marno-calcaires imperméables est à l'origine de plusieurs sources.

Sur la partie sommitale, les conditions écologiques sont favorables à l'expression de groupements de type pelouse : sol superficiel à squelettique plutôt pauvre en éléments nutritifs, réserves en eau limitées et fort ensoleillement. Les parois rocheuses, quant à elles, sont colonisées par des associations spécifiques et une flore typique des falaises. Des prairies de fauche mésophiles et des pâtures entrecoupées de haies et bosquets sont également présentes. La flore associée à ces milieux inclut des espèces originales pour la région dont de nombreux éléments d'affinité méditerranéenne. Parmi les plantes remarquables, il faut citer le trèfle strié (protégé dans la région), la gesse sans feuille, la germandrée botryde, ainsi que l'orobanche du gaillet (formant ici une belle station).

Au sein de ces habitats disposés en mosaïque, la faune est diversifiée : elle comprend le cortège des espèces liées aux pelouses calcicoles plus ou moins buissonnantes (lézard vert, engoulevent d'Europe, alouette lulu) ou aux vergers. La pie-grièche grise est contactée en hivernage. Parmi les papillons, on notera la présence du damier de la succise, protégé en France et se raréfiant en plaine. Le pic mar et le pic cendré se reproduisent dans les boisements périphériques. Une source héberge des amphibiens protégés remarquables lors de leur reproduction : la salamandre tachetée et le sonneur à ventre jaune. En outre, une grotte située sous la falaise est fréquentée par des chauves-souris en hivernage, comme le grand rhinolophe et le grand murin ; les milieux diversifiés aux alentours sont utilisés comme territoire de chasse.

Enfin, l'intérêt du site est rehaussé par la présence d'un camp protohistorique (et non des vestiges d'époque gallo-romaine, contrairement à ce que la dénomination du site pourrait laisser supposer).

 

STATUT DE PROTECTION

La zone est incluse dans le site Natura 2000 " Pelouses vésuliennes et vallée de la Colombine ". En outre, la présence d'espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 29/09/09, 22/06/92, 23/04/07 et 19/11/07).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

En l'absence d'entretien, l'évolution des milieux semi-naturels que sont les pelouses tend vers une recolonisation forestière. A cet effet, une gestion par fauche tardive ou par pâturage extensif est susceptible de maintenir un recouvrement arbustif modéré (pelouses piquetées de buissons), structure la plus favorable à une biodiversité élevée. Par contre, les secteurs aux sols plus profonds sont soumis au risque d'intensification et à une potentielle mise en culture. Ces deux types de menaces sont les plus préoccupantes pour la pérennité du site.

La partie sommitale est utilisée à des fins de loisirs. Ainsi, l'entretien par la fauche d'une zone d'envol pour les parachutistes porte atteinte à de nombreuses plantes à fleurs qui sont fauchées en période de floraison ; de plus, le dérangement occasionné empêche l'installation éventuelle d'une avifaune rupestre (comme le faucon pèlerin).

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible