Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430015370
PRAIRIES SECHES DE BOUJAILLES

(n° régional : 46000044)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Sur le plateau de Levier, aux environs de Boujailles, le paysage est largement dominé par des prairies pâturées mésophiles, développées sur un substrat calcaire du Jurassique supérieur bien apparent. Dans ce contexte, la zone des prairies sèches de Boujailles se situe au sud-est du village, le long de la route D9. Elle jouxte des boisements implantés au sud-ouest. Au nord du site, les prairies mésophiles et les pelouses sèches s’étendent en pente douce, alors que la partie sud est globalement plane. Toutefois, dans le détail, la topographie est assez hétérogène, en lien avec des affleurements calcaires omniprésents. Ces derniers se manifestent sous forme de nombreuses micro-falaises et de secteurs rocailleux. L’ensemble très ouvert est pâturé par des bovins. Une ancienne carrière de roches massives empiète sur la zone.

 

Sur ce secteur, plusieurs facteurs conditionnent l’installation de groupements de pelouses : sols superficiels à squelettiques, réserves en eau limitées, relative pauvreté en éléments nutritifs, ensoleillement important. On note en particulier la présence d’une association végétale originale, proche de la pelouse montagnarde à gentiane printanière et brome dressé, mais qui reste à définir précisément. Les conditions contraignantes entraînent la sélection d’une flore typique, riche en espèces d’affinité méditerranéenne. En particulier, le cortège comprend deux plantes protégées dans la région : le millepertuis de Richer et la gesse de Bauhin.

 

L’intérêt de cette zone est rehaussé par la présence d’une mare temporaire. Ce plan d’eau est utilisé par cinq espèces d’amphibiens protégés en période de reproduction ; l’alyte accoucheur et le triton ponctué, notamment, sont peu communs, voire assez rares dans la région.

 

Parmi les insectes, il faut souligner l’abondance d’Hyménoptères du groupe des polistes ; ceux-ci sont assez réguliers sur les exploitations récentes de granulats. Les papillons sont également bien représentés.

 

Enfin, ce site est favorable à la nidification du traquet motteux : cet oiseau affectionne les milieux ouverts à végétation rase, tels que ces prairies maigres et pelouses d’altitude. Ce passereau migrateur strict subit un déclin important en France, en particulier en Franche-Comté.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l’espace n’a été mise en place. En revanche, la présence d’espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 22/06/92, 19/11/07 et 29/10/09).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Les pelouses sèches sont des milieux semi-naturels relictuels et en régression. Il importe de conserver des pratiques agro-pastorales extensives, favorables à la préservation du site, tout en adaptant le chargement à la nature de ces milieux. En effet, ces pelouses ne supportent pas l’enrichissement en éléments nutritifs et les sols très superficiels sont particulièrement sensibles au piétinement.

 

Une reprise d'exploitation de la carrière semble très probable. Dans ce cas, il serait nécessaire de faire inscrire la sauvegarde de la mare et de sa périphérie dans le cahier des charges. Enfin, la zone d'exploitation ne devra pas être étendue.

 

Les habitats humides et aquatiques sont peu répandus sur ce plateau calcaire karstique où les écoulements sont en grande partie souterrains : il convient donc d'accorder une attention particulière à cette mare et au maintien de la connexion avec d’autres milieux humides. En effet, cette zone jouxte un système de très grand intérêt (tourbière, marais et étang) situé juste au nord. Il faut souligner que la préservation des amphibiens est liée à la présence de points d’eau, à considérer non pas de façon isolée, mais comme un réseau (fonctionnement de type métapopulation), ainsi qu’à la diversité de structure des habitats adjacents (prairies, boisements). Par exemple, le crapaud calamite, présent à quelques kilomètres de ce site, y trouverait un environnement favorable.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible