Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430015575
MOLARD DE LA JUSTICE ET CRÊT D'AVAL

(n° régional : 43489025)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Au sud du département du Jura, la région naturelle de la Petite Montagne se situe entre la plaine de Bresse et le cours de l’Ain. Ce territoire est ainsi dénommé d’après la fréquence des reliefs tourmentés. La structure géologique est constituée de trois faisceaux associés à deux étroites bandes de plateaux, ce qui se traduit par une alternance de crêtes et de dépressions orientées globalement nord-sud.

Le site du Molard de la Justice et du Crêt d’Aval couvre un vaste versant d'exposition est/sud-est. Ce coteau constitué de calcaires du Rauracien (Jurassique supérieur) accueille toute une mosaïque d'écosystèmes sur une belle surface, ce qui lui confère un grand intérêt sur le plan écologique :

des pelouses calcaires sur sols superficiels, entrecoupées de fourrés à genévriers et à buis. Disséminés sur l’ensemble du secteur, ces derniers sont toutefois plus représentés sur le rebord de la falaise ;

une végétation pionnière sur dalles rocheuses affleurantes ;

une chênaie pubescente, qui présente un faciès particulier, avec une strate arborée ne dépassant pas 2 à 4 mètres de hauteur malgré l'altitude (700 mètres) et le régime abondant de précipitations. Cela s’explique par les conditions de déficit extrême en eau (substrat calcaire fracturé et extrêmement drainant).

Ces mêmes facteurs (sol superficiel à squelettique, relative pauvreté en éléments nutritifs), associés à un ensoleillement important, sont à l’origine du développement de pelouses sèches sur ce coteau. Selon les conditions, ces formations herbacées se déclinent en pelouse calcicole mésoxérophile à phalangère ramifiée sur sol squelettique, ou acidicline à danthonie retombante et brachypode penné sur substrat décalcifié en surface, ou encore en association mésophile à blackstonie perfoliée sur terrain marneux. L’aspect bocager par endroits (haies perpendiculaires à la pente) est intéressant sur les plans écologique et paysager.

Les conditions contraignantes entraînent la sélection d’une flore particulière et originale, riche en éléments d’affinité méditerranéenne. Ainsi, cet éco-complexe de pelouses et de fourrés héberge de nombreuses plantes inféodées à ces milieux secs et chauds. Dans les ourlets thermophiles, il faut notamment souligner la présence de l'aster amelle (ou marguerite de la Saint-Michel), bénéficiant d'une protection au plan national.

La diversité floristique et structurale de cet ensemble est très favorable à une faune typique, notamment sur le plan entomologique. On retiendra plusieurs espèces en régression parmi la vingtaine de papillons de jour recensés (moiré franconien, virgule, azurés des genêts et des coronilles, grand nègre des bois), ainsi que la cigale des montagnes, rare en Franche-Comté. Parmi les oiseaux, l’alouette lulu, la pie-grièche écorcheur, le torcol fourmilier et l’engoulevent d’Europe trouvent ici une structure d’habitats favorable.

 

STATUT DE PROTECTION

Cette zone est incluse dans le réseau Natura 2000 « Petite Montagne du Jura ». En outre, la présence d’espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 29/10/09 et 20/01/82).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Si les pelouses restent encore bien représentées en Petite Montagne, elles sont généralement menacées par l’enfrichement. Etant donné le potentiel écologique élevé de ce vaste ensemble, un programme de restauration doit être engagé, afin de conserver la diversité structurale de l'éco-complexe.

Sur ce site, le maintien des plages de pelouses ouvertes est prioritaire. En outre, il conviendrait de procéder à un débroussaillement sélectif et raisonné des secteurs les plus récemment enfrichés. Dans ce but, des interventions manuelles et/ou mécaniques peuvent être combinées avec un entretien par pâturage bovin extensif (voire ovin/caprin sur les secteurs les moins accessibles). La mise en œuvre de conventions de gestion pourrait être une solution en cas de déprise pastorale.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible