Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430015577
A LA PRAIRIE ET LA GRANGE DES CORNES

(n° régional : 43489027)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

 

Au sud du département du Jura, la région naturelle de la Petite Montagne se situe entre la plaine de Bresse et le cours de l’Ain. Ce territoire est ainsi dénommé d’après la fréquence des reliefs tourmentés ; ceux-ci sont disposés sous la forme d’une succession de crêtes et de dépressions orientées globalement nord-sud.

 

La zone dite A la Prairie et la Grange des Cornes est constituée de deux entités situées à l'est de l'anticlinal des Bois de Bugna-Narprin, au sein d'une faille marquée par d'importantes moraines würmiennes déposées lors du retrait des derniers glaciers.

 

Ces placages plus ou moins imperméables permettent l'expression d'une végétation très spécifique, à savoir une pelouse mésoxérophile sur sol à fort contraste hydrique. A la Prairie, ce milieu présente un faciès particulier, plutôt humide sur la partie basse et sec sur la partie haute ; dans le détail, des plages humides et sèches sont étroitement imbriquées en mosaïque. Dans la partie inférieure, l’aspect est celui d’une prairie oligotrophe à molinie, alors que la végétation prend un caractère mésophile en remontant le coteau. Cette formation associe des plantes aussi bien thermophiles que typiques des milieux humides ou encore caractéristiques des ourlets préforestiers. Ce cortège floristique se distingue également par la présence de nombreuses espèces montagnardes qui sont ici en position abyssale (du fait d’un micro-climat froid). La flore est remarquable par sa richesse et sa forte valeur patrimoniale. Il faut ainsi signaler la présence de l'aspérule des teinturiers et de la gentiane pneumonanthe, deux plantes rares et protégées en Franche-Comté. L’aspérule des teinturiers n’y est connue que dans six stations ; ici, la population, dynamique, est installée préférentiellement sur des secteurs secs assez évolués, en position d’ourlet autour des buissons. La gentiane pneumonanthe, quant à elle, est inféodée aux prairies à molinie sur sol plus ou moins tourbeux et aux bas-marais alcalins. Le long de la route, des espèces plus représentatives des bas-marais alcalins, telles que la grassette commune (également protégée dans la région), apparaissent à la faveur d’un petit écoulement.

 

En direction de la ferme des Cornes, une pelouse mésoxérophile calcaire est rattachée à l'association à phalangère ramifiée et brome dressé. Cette parcelle jouxte une forêt de type chênaie-hêtraie riche en buis où un petit ruisseau coule en cascade.

 

Sur ces deux secteurs, la diversité structurale est favorable aux insectes parmi lesquels on retrouve un papillon protégé, extrêmement menacé en France. Cette population est à relier avec celles subsistant autour du lac de Viremont, site avec lequel des connexions ont existé par le passé. La présence de la gentiane pneumonanthe laisse présager celle de l’azuré des mouillères, ce papillon lui étant intimement lié. Pour boucler son cycle, la chenille nécessite également une espèce précise de fourmi.

 

STATUT DE PROTECTION

 

Cette zone est incluse dans le réseau Natura 2000 « Petite Montagne du Jura ». De plus, elle est soumise aux dispositions de la loi Littoral qui s'appliquent aux communes limitrophes du lac de Vouglans. En outre, la présence d’espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 22/06/92 et 23/04/07).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

 

De façon générale, l’évolution de ces milieux en l’absence d’entretien tend vers une recolonisation par les ligneux.

 

En bordure de la route, la pelouse doit faire l'objet d'une restauration puis d'une gestion courante comprenant :

- une coupe de la parcelle enrésinée implantée au milieu, afin de rétablir l'unité du site ;

- un débroussaillement sélectif et raisonné sur les secteurs les plus récemment enfrichés ou boisés ;

- une fauche de la pelouse en fin de saison selon une périodicité de 5 à 10 ans.

 

Par ailleurs, l’entretien de la parcelle de la ferme des Cornes nécessite une fauche tardive annuelle ou bisannuelle. Sur l’ensemble des secteurs, il convient de respecter l’intégrité des fourmilières (localement nombreuses) lors des travaux.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible