Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430015593
MONT D'AUTHUME

(n° régional : 14000118)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

 

Au nord et au nord-ouest de Dole, plusieurs collines ponctuent la plaine et apportent une diversification de relief correspondant aux Avant-Monts du Jura. Dans ce secteur des monts dolois, les faciès calcaires affleurant datent des âges géologiques Callovien et Bathonien et les sommets sont généralement occupés par des pelouses sèches.

 

 

 

Sur le Mont d'Authume, la pelouse s'étend sur un coteau orienté à l'est. Cette vaste surface d'un seul tenant s'inscrit juste en limite de l'agglomération de Dole. Dans ce contexte périurbain, les activités humaines sont très marquantes : route D 475 très passagère en contrebas, zone industrielle, carrière en activité et moto-cross en périphérie immédiate du site.

 

 

 

Les pelouses mésophiles sont des formations herbacées plutôt rases installées sur des sols superficiels à squelettiques, à degré nutritionnel et réserves hydriques plutôt faibles. L'intérêt patrimonial de ces groupements se révèle particulièrement important : ces conditions écologiques contraignantes sélectionnent un cortège floristique tout à fait particulier. Ainsi, le Mont d'Authume présente une grande diversité d'espèces et plusieurs originalités floristiques : parmi les six plantes rares, très localisées et protégées en Franche-Comté, il faut citer la saxifrage granulée, la gesse à fruits ronds (espèce des ourlets) et le thésium divariqué ; ces deux dernières, d'affinité méditerranéenne, sont inféodées aux habitats arides et ensoleillés sur sols calcaires.

 

 

 

Sur le plan faunistique, trois papillons remarquables sont recensés : l'azuré bleu (caractéristique des prairies et pelouses calcaires), la thècle de l'acacia (d'affinité sud européenne et en limite d'aire de répartition) et la mélitée des scabieuses (réparti au sud-ouest de l'Europe et localisé en France). De plus, cette zone assez vaste offre un grand intérêt pour les reptiles (lézard vert) et des oiseaux inféodés aux milieux ouverts à semi-ouverts ponctués de buissons.

 

 

 

STATUT DE PROTECTION

 

Aucune protection réglementaire de l'espace n'a été mise en place. En revanche, la présence de plantes, de reptiles ou d'oiseaux protégés confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 22/06/92 et 19/11/07).

 

 

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

 

La principale menace affectant ce site est liée à la à l'extraction de matériaux calcaires déjà creusées au nord et au sud et qui grignotent le site progressivement.

 

La menace secondaire est l'abandon de toute pratique agricole : comme dans toutes les pelouses mésophiles, l'existence et le maintien des groupements végétaux herbacés présents sur le mont d'Authume sont conditionnés par la présence de sols squelettiques, la persistance de pratiques pastorales extensives et l'absence de fertilisation. Ainsi, suite à l'abandon du pâturage comme dans le cas présent, la pelouse se trouve progressivement piquetée d'arbustes puis d'arbres (cornouiller sanguin, troène...). Un enfrichement progressif est constaté depuis 1984 ; il est actuellement important et pourrait à terme menacer la pérennité des stations d'espèces protégées. De plus, certains secteurs ont été plantés en pins, il convient de surveiller leur extension. Les autres atteintes constatées sont un grignotage des surfaces en raison de la présence de carrières en périphérie et un piétinement lié à une fréquentation humaine importante à certains endroits (ball-trap).

 

 

 

Au vu de leur qualité et de leur originalité, les milieux naturels et les espèces actuellement recensés sur le Mont d'Authume justifient une attention particulière et la mise en place d'une gestion conservatoire : absence de dérangement et d'aménagement, restauration (travaux de débroussaillage avec exportation des produits de coupe) puis entretien raisonné et extensif des pelouses (pâturage et/ou fauche) pour prévenir leur embroussaillement. Compte tenu de la sensibilité de ce milieu, une protection réglementaire serait judicieuse. De plus, ce type d'habitat relictuel, en régression, présente un grand intérêt en tant que composante du réseau de pelouses à l'échelle des monts dolois et du nord Jura. Sa préservation est donc primordiale.

 

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible