Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430015594
COTE D'ARELLE ET CHAMPS DE NOEUD

(n° régional : 33000018)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

A l'interface entre le faisceau de Quingey et le faisceau salinois, la Côte d'Arelle et les Champs du Nœud constituent un vaste coteau sec surplombant la route départementale 472 au nord-ouest de Salins-les-Bains. Les calcaires crémeux du Portlandien inférieur et du Kimméridgien qui le composent prennent, par altération, des formes arrondies, et parfois, un aspect caillouteux qui domine dans la partie supérieure. Encore partiellement pâturé, cet ensemble de milieux rocheux, de pelouses sèches et de friches bénéficie d'un grand intérêt écologique.

 

D'une manière générale, les pelouses sèches constituent un type de végétation herbacée installée sur des sols assez superficiels à degré nutritionnel peu élevé et aux réserves hydriques faibles. En Franche-Comté, de nombreuses catégories de pelouses ont pu être mises en évidence, les facteurs principaux de différenciation étant liés au climat et aux propriétés du sol. Malgré leur capacité à accueillir de nombreuses espèces patrimoniales, ces milieux sont toutefois très menacés à l'heure actuelle par deux phénomènes principaux. L'un concerne l'urbanisation qui cherche à investir les coteaux ensoleillés propices à ces pelouses et l'autre correspond à la déprise agricole qui tend à délaisser ces terres moins productives, qui reprennent alors plus ou moins rapidement une dynamique forestière. Sur la Côte d'Arelle et les Champs du Nœud, le groupement le plus remarquable est la pelouse xérothermophile à laîche de Haller et brome dressé, qui se présente comme un gazon ras et très ouvert, composé d'espèces de rocailles comme le fumana couché, l'ail à tête ronde, l'œillet sylvestre et le séséli des montagnes. Ce cortège floristique est enrichi par deux plantes rarissimes en Franche-Comté, à savoir le gaillet oblique et la stipe pennée. Si elle est courante dans le département de l'Ain, la première d'entre elles trouve toutefois ici son unique localité en Franche-Comté. La seconde, protégée régionalement, n'est connue que d'une dizaine de stations en Franche-Comté, réparties dans la partie jurassienne de la région.

 

En mosaïque avec cette pelouse écorchée, des communautés d'orpins des dalles calcaires côtoient des lambeaux de pelouse mésoxérophile, une végétation d'ourlet maigre à géranium sanguin et une fruticée à cerisier de Sainte-Lucie et coronille arbrisseau. Cette dernière, en très forte extension, s'apparente souvent à une formation arbustive peu productive dominée par le buis. Lorsque l'enfrichement est plus ancien, ces fourrés laissent la place à une chênaie-charmaie thermophile. Bien qu'aucune investigation entomologique n'ait été réalisée sur ce site, il semble que la qualité et l'organisation de tout ces milieux secs soient très favorable aux insectes.

 

Enfin, l'intérêt de ce secteur provient également de la présence de l'ancienne voie de chemin de fer en contrebas du coteau, qui est bordée de parois calcaires propices à l'implantation d'une végétation spécifique, mais surtout qui abrite le long du chemin la rue fétide. Cette plante, naturalisée, demeure relativement rare.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l'espace n'a été mise en place. En revanche, la présence d'une plante protégée régionalement par l'arrêté du 22.06.92 assure la préservation de cette zone puisque est interdit tout acte de destruction à l'encontre de cette espèce et de son milieu de vie.

 

OBJECTIFS DE PRÉSERVATION

La rareté des espèces rencontrées sur les pelouses de cette zone justifie des mesures de protection et de gestion particulières. Des opérations de réouverture devraient être conduites, en privilégiant le maintien d'un recouvrement arbustif sous forme d'îlots épars et en dégageant prioritairement les stations de plantes rares. L'extension du pâturage ovin pratiqué actuellement sur une partie du site permettrait par ailleurs de contenir cet enfrichement. Enfin, l'entretien de la végétation sur l'ancienne voie de chemin de fer convertie en sentier de randonnée ne évidemment pas recourir à des phytocides.

 

Commentaires sur la délimitation

La délimitation est définie par la répartition des pelouses xérophiles et friches thermophiles