Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020002
SUR LA ROCHE ET SUR LA CROCHERE

(n° régional : 40034015)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

 

Le Tacon emprunte une combe longue et profondément creusée, au profil en travers nettement dissymétrique. Ainsi le crêt occidental, comparativement au versant opposé, a une grande continuité topographique. Son dénivelé dépasse presque toujours 200 m et les corniches calcaires alimentent en débris des talus d'éboulis encore actifs. Autour des Bouchoux, les coteaux de l'Enversy et de la Crochère en constituent des versants orientaux particulièrement spectaculaires où l'imbrication des pelouses sèches et des barres rocheuses calcaires renforce l'intérêt paysager du site.

 

 

 

Le modelé topographique de ce site induit une grande variabilité dans l'épaisseur des sols, à l'origine de plusieurs types de pelouse encore soumises pour la plupart à un pâturage extensif bovin. Le groupement le plus recouvrant est la pelouse mésophile à gentiane printanière et brome dressé, qui occupe les sols peu à moyennement profonds du plateau et des pentes les plus faibles. Cette vaste pâture est parsemée de petites barres rocheuses, dont les corniches à sol très mince sont colonisées par diverses formations végétales plus ou moins développées. Les plus évoluées sont représentées par la pelouse montagnarde à globulaires et par la pelouse à genêt poilu et laser siler. Toutes deux comptent de nombreuses espèces des milieux très secs, dont certaines remarquables : crapaudine à feuilles d'hysope, joubarbe des Alpes, anthéricum à fleur de lys ou encore coronille engainante. Ces gazons sont parfois surmontés d'une fruticée thermophile montagnarde à amélanchier et cotonéaster tomenteux. Lorsque les dalles rocheuses affleurent, c'est un groupement maigre composé d'annuelles, de petites plantes grasses, de mousses et de lichens qui investit les lieux.

 

 

 

Au sommet des petites parois orientées vers la vallée du Tacon, les anfractuosités fraîches et ombragées des lapiaz sont investies par une flore originale dominée par les fougères comme la doradille rue-de-muraille, la scolopendre et le polystic en lance. Sur les frontons les mieux exposés, la présence de la potentille caulescente et de Grimnia teretinervis, une mousse bombée noirâtre, mérite d'être signalée. Il s'agit en fait de la deuxième station découverte en Franche-Comté pour la première espèce citée, tandis que la deuxième figure sur la liste rouge des espères rares et menacées d'Europe. En contrebas de ces barres rocheuses, des éboulis calcaires permettent le développement de l'association montagnarde à rumex à écussons sur les éboulis mobiles bien ensoleillés du haut de pente, puis de l'association à gymnocarpium de Robert sur les pierriers stabilisés, plus grossiers et ombragés du bas de pente. Des fourrés à base d´amélanchier, de nerprun des Alpes ou de sorbier de Mougeot contribuent à fixer ces éboulis.

 

 

 

La diversité et la qualité des milieux rencontrés sur ce site s'accompagnent depuis longue date d'une richesse entomologique assez exceptionnelle. Vingt huit espèces d'orthoptères ont été recensés, dont le criquet stridulant et le criquet bariolé, et trente et une espèces de papillons de jour, parmi lesquels de très belles populations d'azuré du serpolet, d'hespérie des potentilles et d'azuré du mélilot.

 

 

 

STATUT DE PROTECTION

 

Un secteur est protégé par l'arrêté de protection de biotope de la Douveraine. De plus, la présence d'espèces végétales et animales protégées assure indirectement la protection de cette zone puisque est interdit tout acte de destruction à l'encontre de ces espèces et de leur milieu (arrêtés ministériels des 06.05.07 pour les insectes et 22.06.92 pour les plantes).

 

 

 

OBJECTIFS DE PRÉSERVATION

 

Hormis les secteurs de dalles rocheuses, d'éboulis et de corniches qui ont une assez grande stabilité dans le temps et qui ne nécessitent qu'une lutte légère et ponctuelle contre les ligneux, les pelouses doivent faire l'objet d'une attention particulière afin d'éviter la colonisation par les épicéas et les genévriers. L'impératif maintien d'un pâturage extensif peut passer par des mesures agri-environnementales contractées avec les usagers locaux ou par une gestion avec un organisme conservatoire qui aurait la maîtrise foncière du site.

 

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible