Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020011
LE MATIN DU CHEMIN

(n° régional : 40000039)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Dans la haute chaîne du Jura plissé, les reliefs se disposent selon un axe nord-est/sud-ouest ; ils sont entrecoupés de synclinaux ou de combes creusées par l’érosion différentielle de couches géologiques plus tendres. Au nord de Morbier, la zone du Matin du Chemin se localise dans une combe insérée entre la forêt du Mont Noir et le bois de Chaux Mourant. Elle correspond à un ensemble herbacé assez vaste, partiellement inclus dans des boisements. Toute une gamme de milieux secs à humides d’affinité montagnarde et en bon état de conservation y est disposée en mosaïque. Dans ce secteur, recouvert par les glaciers au cours de l’ère quaternaire, l’érosion a modelé les paysages ; les combes creusées par l’érosion ont ensuite été colmatées par des dépôts morainiques plus ou moins imperméables. Sur cette zone, selon le degré d’humidité et l’épaisseur du sol, les habitats se déclinent en pelouses sèches calcicoles, prairies de fauche de montagne, prairies humides oligotrophes et bas-marais alcalins. La juxtaposition de ces milieux contrastés revêt un grand intérêt sur le plan écologique et est favorable à l’expression d’une biodiversité élevée.

 

Les pelouses sont des formations herbacées rases qui s’installent à la faveur de conditions particulières : sols superficiels à squelettiques, relative pauvreté en éléments nutritifs, réserves en eau limitées, et ce, bien que la pluviométrie soit élevée, ensoleillement important. Sur sol plus profond, on trouve des prairies montagnardes, physionomiquement marquées par la présence de la gentiane jaune pour les formes pâturées. Enfin, des prairies paratourbeuses et des bas-marais alcalins apparaissent dans les secteurs les plus humides, à la faveur de suintements permanents. Que ce soit dans les pelouses ou les bas-marais, les conditions écologiques particulières entraînent la sélection de cortèges floristiques spécialisés, riches en plantes rares. Par exemple, la zone du Matin du Chemin recèle plusieurs espèces de grand intérêt : la ciboulette (peu courante dans la région, elle pousse dans les pelouses et rochers humides de montagne), la laîche des bourbiers (dans les gouilles des bas-marais) et la grassette commune (petite plante carnivore des marais, tourbières ou suintements alcalins à neutres). Ces deux dernières sont protégées respectivement au plan national et régional. Elles sont accompagnées de nombre de végétaux inféodés à ces milieux (linaigrette à larges feuilles, swertie vivace, parnassie des marais, etc.). On recense également le saule noircissant, arbuste mésohygrophile montagnard, supportant des sols temporairement engorgés.

 

Cette vaste zone accueille une avifaune remarquable, comportant des espèces devenant rares, comme la pie-grièche écorcheur et l’alouette lulu, qui recherchent une structure paysagère composée de milieux ouverts buissonnants, ou encore le tarier des prés, en nette régression en plaine et qui se réfugie dans les prairies de fauche montagnardes.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l’espace n’a été mise en place. En revanche, la présence de plantes et d’oiseaux protégés confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 20/01/82, 22/06/92 et 29/10/09).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Sur ce site, les pratiques de gestion traditionnelles ont contribué à créer des milieux particulièrement intéressants sur le plan écologique. Il convient donc d’encourager la poursuite des activités agro-pastorales extensives actuelles. En outre, il est impératif de préserver les conditions d’oligotrophie sur l’ensemble de la zone (l’enrichissement en éléments nutritifs entraînant une banalisation des habitats et de la flore) et le fonctionnement hydrologique des prairies humides et des bas-marais (absence de toute opération de drainage, d’assainissement ou de creusement de plan d’eau). Enfin, l’extension des plantations de conifères est à proscrire sur ce site.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible