Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020238
VALLÉE DE LA RÔGE

(n° régional : 35000015)

Commentaires généraux

Commentaire général

S’étendant au sud de Fougerolles, le site de la vallée de la Rôge couvre une surface de près de 140 hectares, s’étendant partiellement sur 6 communes du nord de la Haute-Saône. Le relief y est marqué par des versants très pentus qui encadrent la vallée de la Rôge. Ils sont recouverts  d’éboulis, alimentés par les formations gréseuses du début du Secondaire, majoritaires dans cette partie des collines sous-vosgiennes et à l’origine de conditions pédologiques principalement acidiphiles.

Ce site, d’intérêt patrimonial exceptionnel, compte un grand nombre de communautés forestières, mais les milieux ouverts ne sont pas en reste. Pâturages eutrophes à joncs et menthe aquatique alternent avec des formations à hautes herbes, se développant en milieu humide - les mégaphorbiaies - ou des petits îlots de saulaies arbustives. La déprise agricole étant importante dans le secteur, les terrains abandonnés par l’agriculture sont aujourd’hui couverts de saules ou de boisements humides qui en ont pris le relais. Lorsque les sols restent engorgés une bonne partie de l’année, une aulnaie marécageuse s’est développée, laissant la place à une chênaie pédonculée acidicline lorsque les sols se ressuient un peu. Les versants qui encadrent la vallée accueillent des hêtraies-chênaies acidiphiles ou acidiclines, voire des hêtraies neutrophiles à aspérule sur les sols les plus riches. Les nombreuses trouées qui mitent le paysage forestier sont occupées par des communautés végétales de clairières, voire de saulaies là où la présence de l’eau est quasi permanente. Cette diversité des habitats est favorable à la présence d’espèces devenues rares dans la région : circée intermédiaire, dryoptère espacé et osmonde royale, cette dernière représentée par une belle population de plusieurs centaines de pieds. Ces trois espèces sont protégées en Franche-Comté.
L’intérêt patrimonial de cette vallée tient aussi dans la présence de communautés bryophytiques particulièrement intéressantes, comme l’attestent trois associations rares en Franche-Comté : association oligotrophe à Dicranum montanum et Hypnum cuppressiformis var. filiformis, se développant sur les écorces, association à Hookeria lucens de caractère subatlantique et association hygroacidiphile des bords de la Rôge à Mnium hornum et Hyocomium armoricum, très rare et protégé en Franche-Comté. Huit autres espèces de bryophytes sont inscrites sur les listes rouges nationale et régionale.

La qualité des eaux de la Rôge et de ses petits affluents offre des conditions particulièrement favorables à une faune piscicole rare et de très grand intérêt patrimonial. Ainsi chabot, lamproie de Planer et truite fario sont encore présents en populations importantes. Les invertébrés liés à ces eaux oligotrophes (plécoptères, éphéméroptères) sont également des hôtes privilégiés de ce cours d’eau.

Statut de protection

Aucune mesure de protection réglementaire n’est mise en place sur le site dans son ensemble. Cependant, la présence de trois espèces végétales protégées en Franche-Comté et de deux espèces animales protégées en France implique indirectement un statut de protection au milieu ; la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les accueillent (arrêtés ministériels du 22.06.1992 et 08.12.1988).

Objectifs de préservation

Peu de menaces affectent le site actuellement. Cependant, la préservation de ces habitats et de ces espèces passe prioritairement par la conservation d’une eau de qualité exempte de toute pollution. L’absence de perturbations tels que les captages d’eau, le calibrage des ruisseaux, le creusement des étangs, l’introduction d’écrevisses exotiques, le passage d’engins dans le lit des cours d’eau, l’utilisation de produits phytosanitaires… est également un gage de durabilité pour un tel site.
Il serait judicieux également que la gestion forestière favorise les peuplements feuillus, notamment dans les zones humides, et réduise considérablement les introductions de résineux.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible